Categories
Actu france Environnement Monde Sport Tourisme Vacances

“Il est devenu compliqué de gérer l’abondance” de résas ! 🔑

TourMaG.com – Qu’est-ce qui marche chez Kuoni ?

Emmanuel Foiry : Je vous dirais ce qui ne marche pas, c’est plus facile.

L’Asie, mais comme pour tout le monde, est à l’arrêt. Les circuits accompagnés ont du mal, mais en raison de la géolocalisation de ces offres. généralement les circuits ont lieu en Asie ou Inde.

Cette dernière destination est un mal à séduire à nouveau les voyageurs. Sur les USA, nous reprenons des couleurs, ce qui est traditionnellement une destination forte.

Toute l’Europe marche bien, la Grèce cartonne comme depuis 2 ans.

Nous avons encore un point d’interrogation sur la rentrée. Nous sommes dans une certaine euphorie, du retour à la normale dans le voyage, mais rien ne dit que cela va perdurer.

TourMaG.com – Vos clients se projettent encore assez peu ?

Emmanuel Foiry : Exactement, même si nous avons des résas après l’été.

Nous parlements du monde d’avant et du monde d’après, il y a un réel changement : le last minute. En tant que spécialiste du long-courrier et plutôt cher, les réservations de dernière minute, concernent des départs dans le mois qui arrive.

TourMaG.com – Pourquoi vous semblez dubitatif sur une reprise soutenue et durable du voyage ?

Emmanuel Foiry : Je ne veux pas être un oiseau de mauvais augure, loin de là et j’espère me tromper.

Il y a actuellement des prix dans l’aérien qui sont très élevés, voire même des prix délirants et avec des établissements pleins. Un moment donné, nous serons peut-être rattrapés par l’inflation et notre belle reprise pourrait se résorber.

La question étant : jusqu’à quand le consommateur va continuer à se lâcher et supporter la hausse des prix ? Je n’ai pas la réponse. Et ce n’est pas nos marges qui changent ou qui peuvent changer quelque chose.

Dans tous les domaines économiques, tout est plus cher et rare.

.

Categories
Actu france Environnement Monde Sport Tourisme Vacances

Top 10 des plus belles villes d’Espagne à voir absolument

L’Espagne, classée parmi les trois destinations de vacances les plus prises en Europe, ne manque pas d’attraits. Le soleil y est généreux, ses côtes offrent des kilomètres de plages de sable et ses villes regorgent de trésors culturels. Sans oublier la gastronomie qui se décline en autant de spécialités que de provinces.

La péninsule ibérique, riche de son histoire et de ses trésors culturels, vibre au rythme des fêtes, des ferias et du flamenco, dont on profite entre les visites de la basilique de la Sagrada Familia à Barcelone, de la mosquée-cathédrale à Cordoue ou du musée Guggenheim de Bilbao. Alors que l’esprit se nourrit d’art et d’histoire, on grignote des tapas arrosées de vins riches, sous le soleil généreux, dont on se protège à l’ombre de bâtisses centenaires et d’orangers. Bienvenue en Espagne.

Ibiza, la festive

Capitale de l’île éponyme dans l’archipel des Baléares, la ville d’Ibiza est devenue, dans les années 70 le rendez-vous incontournable des hippies. La fête y bat toujours son plein, chaque été. Mais la ville a beaucoup d’autres choses à offrir. Il suffit de flâner dans Dalt Vila à pied, pour s’en rendre compte. Il faut partir dans ce vieux quartier, le long des rues étroites et sinueuses, à la rencontre des habitants. Les vieilles femmes et les hommes sont assis devant leur porte, simplement, et discutent, comme on ne peut le faire qu’en Espagne. Pour se rafraîchir, Ibiza regorge de bars ou restaurants plus ou moins branchés… Privilégions les plus typiques et bons comme La Oliva, entre les hauts murs, où l’on dîne à la lumière des bougies avec vue mer.

Saint-Jacques-de-Compostelle, la sainte

La cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle (Galice). Samaël 334 / stock.adobe

Destination finale des pèlerins qui parcourent les différents chemins éponymes, la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle abriterait le tombeau de l’apôtre Saint-Jacques. Dans la vieille ville, la cathédrale et le Pórtico da Gloria, sont des merveilles de l’architecture romane, gothique et baroque. Sans oublier, en plein centre, l’Alameda avec ses camélias et le Paseo da Ferradura, promenade offrant une superbe vue sur la cathédrale. Mais ultime d’un chemin éprouvé pour certains, et même pour les autres pourquoi ne pas essayer le massage « Fin du chemin » pour une meilleure récupération musculaire du pèlerin ou voyageur qui arrive à Saint-Jacques-de-Compostelle ? Sur l’embarras du choix…

Barcelone, la branchée

Le parc Güell, l’un des épicentres touristiques de la capitale de Catalogne. Luciano Mortula-LGM / stock.adobe

Déambuler dans les ruelles du Barri Goticdécouvrir la fondation Miro, s’extasier devant les créations flamboyantes de Gaudi et s’étonner devant les travaux gigantesques de la Sagrada Família, piquer une tête dans la Méditerranée entre deux visites et s’offrir une folle nuit dans les bars et les boîtes branchées, la bouillonnante capitale catalane ne laisse que peu de répit aux visiteurs. Alors direction le parc Güellet la Barceloneta, ancien quartier de pêcheurs pour ses bars, buvettes et farniente sur le front de mer, et un repos bien mérité. Pour les gourmets, il faut faire un tour à La Boqueriamarché situé à Le Ravalavec une entrée depuis La Rambla. Un stop incontournable aussi bien pour le choix des produits que pour l’ambiance.

Séville, la blanche

La somptueuse Giralda, témoignage de la riche histoire de la capitale d’Andalousie. stock.adobe

Tous les guides s’accordent à dire qu’il faut compter 3 jours pour visiter Séville. Après la cathédrale et sa Giraldaqui se visite aussi pendant les offices, ce qui ajoute à la magnificence du lieu, il faut filer aux Archives générales des Indes. Puis à l’Alcazarancien palais royal d’inspiration mauresque et ses jardins et à la Place d’Espagne, construit pour l’exposition de 1929. Sans manquer d’assister à un spectacle de flamenco. Petit conseil : vu l’affluence touristique, n’hésitez pas, pour visiter Séville, à prendre un pass (qui fait office de coupe-file), et réserver les visites des monuments à l’avance. Pour se détendre, en fin d’après-midi et le soir, cap sur le quartier de Alamedaoù les bars se succèdent, on a l’embarras du choix !

Cadix, presqu’une île

La cathédrale de Cadix, vue depuis la mer, un incontournable d’Andalousie. Turespaña

« La belle de Cadix a des yeux de velours – La belle de Cadix vous invite à l’amour », le nom de la ville de Cadix a fait le tour du monde avec la chanson de Luis Mariano. Cette ville portuaire d’Andalousie a connu un essor considérable au XVIe siècle. On compte plus de 100 tours de guet, dont l’emblématique Tour Tavira, qui était traditionnellement utilisée pour repérer les navires. Sur le front de mer se dresse le dôme de la cathédrale de Cadix, datant du XVIIIe siècle. Cadix dispose aussi de superbes plages. Ne partez pas sans avoir pris le temps de flâner sur la superbe Place de Minaà l’ombre de ses arbres géants.

Madrid, la royale

La plaza de Cibeles, entre Paseo del Padro et la calle Alacala, lieu de retrouvaille des habitants de la capitale espagnole et l’un des lieux les plus animés de Madrid. caffinantes

Parfois écartée au profit de Barcelone, Madrid, la capitale du royaume d’Espagne, a de nombreux attraits avec notamment ses célèbres musées : le Pradole Reine Sofía et le Thyssen. Se promener dans Madrid, c’est aussi découvrir des lieux emblématiques tels que l’étonnant Palais-royalla Plaza Mayorla Porte du Sol ou la célèbre Gran Via et ses boutiques. Chaque quartier offre une expérience différente : La Latina est idéale pour les tapas, Les Lettres, quartier littéraire, abrité de grands écrivains du XVIIe siècle comme Lope de Vega, dont la maison est aujourd’hui un musée. Entre deux visites, une sieste s’impose dans le fabuleux parc du Retiro125 hectares et plus de 15 000 arbres, tout de même !

Tolède, la médiévale

Non loin de Madrid, Tolède regorge de trésors dans sa vieille ville, en surplomb des plaines de Castille-La-Manche. Turespaña

Excursion recommandée depuis Madrid, il faut compter une journée pour visiter Tolède, aussi appelée « la cité des 3 cultures », classées au patrimoine mondial de l’Unesco. À ne pas manquer : la cathédrale et la synagogue de Santa-Maria la Blanca, devenue une église puis aujourd’hui un musée. Gros coup de cœur, pour le monastère de San Juan de Los Reyes et son cloître peuplé d’orangers. S’il reste un peu de temps, la visite des arènes de Tolède est intéressant aussi. En été, on peut se rafraîchir dans des bassins d’eau douce situés en pleine nature, dans les environs de la ville.

Cordoue, « la belle andalouse »

L’Alcazar. Cordoue se visite idéalement hors saison, pour éviter la masse des touristes et la chaleur qui frappe l’Andalousie aux beaux jours. Turespaña

Cordoue est une petite mais très belle ville, qui vaut le détour. Riche de sa mixité culturelle et religieuse, comme en témoigne sa somptueuse mosquée-cathédrale. L’autre monument incontournable de Cordoue c’est l’Alcazar situé à proximité de la cathédrale. Construit sur les ruines de l’ancienne forteresse maure, bâtiment défensif qui fut le lieu de résidence des rois catholiques après la reconquête chrétienne de Cordoue. Quand y aller ? Cordoue est une ville où il peut vite faire très chaud en été. Sans parler des ruelles saturées de touristes. Le printemps et l’automne sont de bien meilleures périodes pour visiter Cordoue. Et en toute saison, El Rincon De Carmen, restaurant typique de la ville, sert ses spécialités dans une ambiance bon enfant.

Grenade, la mauresque

L’Alhambra, l’un des sites les plus visités de Grenade et d’Andalousie. Turespaña

L’Alhambrale quartier de l’Albaicinles miradors de la ville, le Sacromontela cathédrale de Grenade et la chapelle royale, assister à un spectacle de flamenco… La liste des choses à voir et à faire à Grenade est longue ! La ville recèle de nombreux témoignages de l’époque maure. Elle fut en effet la capitale de la dynastie Nasride, qui régna sur une partie de la péninsule ibérique du XIIIe au XVe siècle. Petite suggestion : pour ne pas perdre une miette de la visite de l’Alhambra, suivez un guide. Et pour les souvenirs, il faut aller au marché de l’Alcaiceriaancien marché de la soie de Grenade, dans les rues piétonnes entre la place de Bib-Rambla et la cathédrale de Grenade. Les tapas sont une institution à Grenade : il faut goûter le poulet teriyaki d’Entrebrasas, une institution.

Bilbao, la basque

Le musée Guggenheim, imaginé par Frank Gehry, est devenu un emblème de Bilbao et un incontournable de la capitale touristique du Pays basque. Turespaña

Bilbao doit son charme au mélange de l’avant-garde et de l’aspect traditionnel de sa vieille ville, pleine de rues charmantes et de bars proposant des pintxos, les tapas basques. La visite de cette ville du nord de l’Espagne commence par le musée Guggenheim, imaginé par Frank Gehry. À l’intérieur, l’une des plus importantes collection privée d’art moderne et contemporain du monde. D’autre part, il est impossible d’imaginer passer à Bilbao sans visiter la vieille ville et se promener dans les célèbres «sept rues», découvrir la cathédrale ou l’élégant théâtre inspiré de l’Opéra de Paris, l’Arriaga. Pour les amateurs, Azurmendi, restaurant 3 étoiles saura vous surprendre aussi bien par sa carte que par son architecture.

.

Categories
Actu france Environnement Monde Sport Tourisme Vacances

ces techniques infaillibles pour voyager moins cher

Avec l’hébergement, le transport représente bien souvent la partie la plus chère d’un voyage en France. Nos astuces pour voyager en train sans se ruiner.

Pour traverser la France, le train est le moyen de transport le plus écologique, souvent le plus rapide, mais parfois aussi le plus onéreux. En période de forte affluence (jours fériés, vacances scolaires, etc.), le prix d’un billet de TGV dépasse parfois l’entendement. Au-delà de pratiques de bon sens, communes avec le transport aérien (voyager en période creuse, anticiper ses réservations, etc.), voici nos sept astuces pour voyager en train sans se ruiner.

» LIRE AUSSI – Voyager en train : idées et conseils

Des prix plafonnés avec la carte Avantage

Marre de débourser 300 € pour un aller-retour Paris-Marseille ? Les titulaires de la carte Avantage de la SNCF, en plus de profiter de 30 % de réduction sur leurs billets, bénéficient depuis juin 2021 de prix plafonnés sur les trajets en seconde classe en TGV inOui. C’est la garantie de ne jamais payer plus de 39 € en dessous de 1h30 de trajet, 59 € entre 1h30 et 3 heures et 79 € au-delà de 3 heures, quoi que soit le jour du départ et le moment de la réservation . Un avantage particulièrement bienvenu en période de forte affluence, notamment lors des grands départs en vacances. Cette carte, valable un an et déclinée en trois profils (Jeune, Adulte et Senior), est vendue à 49 € (ou à 25 € lors du Black Friday, fin novembre).

Réserver lors de l’ouverture des ventes

Pour bénéficier des prix d’appel (ceux qui sont promis par les publicités), une seule solution : anticiper. Mieux, réservez le jour de l’ouverture des ventes. Plusieurs fois par an, la SNCF ouvre à la réservation les trains pour les mois à venir. Pour les fêtes de fin d’année, par exemple, les ventes débutent généralement en octobre. S’inscrire à la newsletter des compagnies ferroviaires (SNCF, Eurostar, Thalys, etc.) est un bon moyen pour en être tenu informé. Ce principe du « premier arrivé, premier servi » augmente ses chances de dénicher un billet au prix le plus bas, comme un trajet en Ouigo à 10 €, un Paris-Bruxelles à 35 € ou un Paris-Londres à 44 €.

Voyager plus lentement : en TER ou Ouigo Train classique

Lancés en avril 2022, les Ouigo Train classique relient Paris à Lyon et Nantes deux fois plus lentement que le TGV. Éric PIERMONT / AFP

Si le prix des billets de TGV fluctue en fonction de plusieurs critères (taux de remplissage, jour de départ, etc.), ce n’est pas le cas avec les TER. Que vous réserviez plusieurs semaines ou quelques minutes avant le départ, le prix (basé sur la distance parcourue) reste le même. Pratique si vous partez en dernière minute ou en période de forte affluence. En outre, les billets de TER sont généralement utilisables sur la journée et non pas sur un train précis. Un bémol : aucune réservation n’étant obligatoire, la place assise n’est pas garantie.

Sur certains axes, les trains régionaux offrent une alternative plus lente mais parfois moins chère que les TGV. Au départ de Paris, on peut ainsi rejoindre Lille (en 2h10), Le Mans (2h15), Dijon (3 heures), Lyon (5 heures) et Strasbourg (5 heures) sans changement. Des cartes de réduction régionales permettent d’emprunter ces TER avec des rabais pouvant atteindre 60 %. Et en plus, quelques accompagnants peuvent bénéficier des mêmes avantages.

Pour vos escapades, certaines régions proposent des forfaits incluant le voyage en TER et une activité. Par exemple, les Hauts-de-France proposent un pack Baie de Somme à 27 € (ou 11 € pour les enfants de moins de 12 ans), incluant un aller-retour en TER (y compris depuis Paris) et un billet valable deux jours dans les trains historiques de la Baie de Somme. La région Centre-Val-de-Loire propose quant à elle un forfait Château de Chambord incluant le train, la navette et l’entrée sur le domaine (45 € depuis Paris).

Autre solution sur les axes Paris-Lyon et Paris-Nantes : emprunter les Ouigo Train classique, lancés en avril. Ces trains, qui réutilisent d’anciennes voitures Corail, empruntent des lignes classiques où la vitesse est limitée à 160 km/h. Le trajet est donc deux fois plus long qu’en TGV : compter quatre heures le Paris-Nantes ou cinq heures le Paris-Lyon. Établis entre 10 et 30 € selon les jours et la distance, les prix sont fixes quel que soit le moment de réservation, de sorte que tous les passagers d’un même train paient le même prix, même en dernière minute.

Pour les jeunes et les seniors : des voyages illimités avec l’offre Max

Proposée depuis 2017 aux jeunes de 16 à 27 ans inclus, l’offre Max est accessible aux plus de 60 ans depuis avril. Pour 79 € par mois, cet abonnement soumis à un engagement de trois mois minimum permet de voyager de manière illimitée à bord des TGV inOui et Intercités à réservation obligatoire. Autant dire qu’il peut être rentabilisé dès le premier trajet. Mais il faut faire preuve de souplesse, l’offre n’étant valable que du lundi au vendredi, en dehors des périodes de forte affluence. Par ailleurs, le nombre de places attribuées aux abonnés Max est limité par train.

Autre offre pour les jeunes : grâce au Pass Jeunes TER de France, mis en place à l’été 2020, les voyageurs de 12 à 25 ans inclus peuvent emprunter de manière illimitée tous les TER de France pour 29 € par mois en juillet et en août.

Jouer sur la flexibilité des billets

Vous hésitez entre plusieurs dates de voyage ? Une solution est de réserver plusieurs billets à des dates différentes, quitte à les annuler plus tard pour n’en garder qu’un seul. Cette pratique du empilement de voyage (littéralement «empilement de voyages») a prison essor au plus fort de la crise du Covid-19 à la faveur des politiques d’annulation flexibles mises en place par les acteurs du tourisme, dont la SNCF. Les voyageurs ayant acheté un billet de TGV en Oui ou d’Intercités peuvent en effet se faire rembourser sans frais ni justificatif jusqu’à trois jours avant le départ, quel que soit le tarif choisi. Chez Eurostar, les billets peuvent être échangés sans frais jusqu’à J-7. Chez Thalys, ceux acquis avant le 27 juin 2022 sont échangeables jusqu’à l’heure de départ. De quoi rassurer les plus indécis.

En Europe, réservez sur les sites étrangers

Le site SNCF Connect propose assez peu de trajets internationaux en dehors des trains que la compagnie exploite elle-même. Le mieux si vous devez voyager à/vers l’étranger est de réserver directement auprès des compagnies étrangères (Deutsche Bahn, Renfe, SNCB, CFF…). Sur le site de la Deutsche Bahn, il est possible de trouver des trajets entre Paris et n’importe quelle ville allemande à partir d’une soixantaine d’euros. Pour emprunter le train de nuit Paris-Vienne, privilégiez le site officiel de Nightjet, où l’offre et les différents tarifs sont mieux détaillés. Autre solution pour vos trajets internationaux : passer par des plateformes de réservation comme Trainline ou Omio qui ont l’avantage de comparer les offres de centaines de compagnies ferroviaires (et aussi d’autocar) publiques ou privées partout en Europe.

Utiliser le calendrier des prix

Visualiser en un coup d’œil les meilleurs tarifs sur un mois entier et la date la moins chère à laquelle voyager : ce sera de nouveau possible prochainement grâce au calendrier des prix. Proposé sur l’ancien site Oui.SNCF, il a disparu de SNCF Connect au grand barrage des utilisateurs qui réclament son retour. Cette fonctionnalité (aujourd’hui disponible uniquement sur les sites de Ouigo et d’Eurostar) devrait réapparaître «d’ici à l’été», promet la compagnie.

.

Categories
Actu france Environnement Monde Sport Tourisme Vacances

Le Martinez, le Pavyllon, le Grand-Hôtel… 5 adresses magiques à Cannes et au-delà

Adresses magiques à Cannes et escales inoubliables autour de la ville-cinéma… Notre sélection officielle.

Deux échelles mythiques

Le Grand-Hôtel du Cap-Ferrat

Le décor : posé à la pointe de la presqu’île du Cap Ferrat, au milieu d’un parc de 7 hectares surplombant la mer, cet établissement, constitué en 1908, portant les couleurs de Four Seasons, a vu disparaître tout ce que la planète compte de célébrités… Pour son centenaire, il a fait peau neuve. Résultat : 74 chambres, 24 suites et une villa privée. Une nouvelle aile, baptisée La Résidence, comporte 8 suites prolongées d’une piscine creusée dans la roche. L’hôtel est truffé d’œuvres : tapisserie de Fernand Léger, table signée Lalique, tableaux de peintres contemporains…

À lire aussiSoleil de printemps : où partir pour un week-end de 3 jours à 3 heures d’avion

Le tableau : trois restaurants, trois ambiances différentes. Le Cap, 1 étoile, dirigé par le chef Yoric Tièche, affiche une carte provençale, La Véranda privilégie une cuisine légère et le Poolside Grill du club Dauphin proposent une sélection de poissons et de fruits de mer, au bord de la fameuse piscine.

On y va pour ? S’offrir une nouvelle retraite bien-être, dont les quatre piliers sont l’exercice physique, la relaxation, la nature et une alimentation saine. On s’y adonne au yoga, à des séances de respiration, de qi gong en plein air et d’activités aquatiques pour se ressourcer. Le tout accompagné de cours de poterie, d’art floral ou d’aquarelle.

À partir de 710 €. fourseasons.com/fr/capferrat

L’Hôtel Martinez, à Cannes

L’hotel Martinez Michel Figuette

Le décor : interprété en 1929, l’Hôtel Martinez évoque la Riviera des Années folles. Revu par l’architecte Pierre-Yves Rochon en 2018, ce fleuron de The Unbound Collection by Hyatt abrite, derrière sa mythique façade blanche, 409 chambres, dont 99 suites. Mention particulière aux appartements du septième étage dédiés à deux grandes figures du cinéma : Isabelle Huppert et Thierry Frémaux, délégué général du Festival de Cannes.

Le tableau : sous la houlette du chef Christian Sinicropi, Cannois d’origine, l’hôtel propose plusieurs restaurants. Star du lieu : La Palme d’Or, 2 étoiles au Guide rouge, on s’y régale d’un dîner avec accord mets et vins. Quant au Jardin du Martinez, planté d’essences méditerranéennes, il se donne des allures d’éden provençal. Enfin, La Plage affiche une ambiance yachting : canapés bleus, transats et parasols blancs, long ponton de bois. Un lieu incontournable pour un déjeuner ou un brunch le week-end.

On y va pour ? Découvrir dans l’atmosphère feutrée du bar la célèbre malle en vernis blanc abritant une incroyable collection des meilleurs gins du monde. L’occasion de déguster le Citadelle made in France, réalisé à base de 19 épices et accompagné de pintxos.

À partir de 433 €. hyatt.com

Trois tables étoiles

Le Pavyllon, à Monaco

Hôtel Hermitage, le Pavyllon Monte-Carlo LANNERETONNE

Yannick Alléno a nommé son Pavyllon Monte-Carlo, table sur flots du sublime Hôtel Hermitage, à l’œil de Chahan Minassian. L’architecte d’intérieur d’origine arménienne a fait sienne cette échelle du Rocher. Le « chahanisme » y opère avec le naturel des belles matières. Un immense comptoir en bois métallisé, avant-scène d’une cuisine ouverte au carrelage géométrique, crée d’emblée un esprit de convivialité. On se laisse happer par les gestes de la brigade et le kaléidoscope de la mer se reflétant dans de petits miroirs fumés. Chatoiement et cérusé, tons gris-vert, chaque élément a été pensé comme un subtil rappel de la Méditerranée, sur lequel une terrasse XXL déploie son jardin suspendu. On s’y régale de lasagnes vertes, d’un gratin de pâtes basilic, citron, poutargue, d’un merlan de ligne en fish & chips, d’un feuille-à-feuille de bœuf aux câpres…

Pavyllon Monte-Carlo, Hôtel Hermitage, square Beaumarchais, 98000 Monaco. montecarlosbm.com

Le Bella, à Cannes

Hôtel Belle Plage, la Bella. Service Presse

Perché sur le rooftop de l’hôtel Belle Plage, Bella est le tout nouveau nid-de-pie festif et haut en saveur de la Riviera. Aux commandes : le chef étoilé Eyal Shani. Figure de proue de la scène culinaire intégrée, déjà à la tête de Miznon, triptyque de joyeuses cantines levantines à Paris, et de tables inratables d’Ibiza, New York, Tel Aviv…, le voilà cannois. Vue grand large, décor bleu-blanc-sable, au casting des assiettes de ce bio au pic, les légumes, glanés de bon matin au marché, ont le rôle-titre. Des poissons tout juste débarqués du vieux port font leur happening. Bruschetta de chiffon de poulpe, mezzé de poivrons rouges rôtis au cœur de pousses d’artichaut et baba ganoush, pita de crevettes à la vapeur d’eau de mer, boulettes de merlu au sent-bon de tomate, plats de partage… Quand la Duo de fontes Méditerranée et le Moyen-Orient, ça réjouit le palais et la vita et bella !

Belle Plage Hôtel, 2, rue Brougham, square Mistral, 06400 Cannes. hotelbelleplage.fr

ALYA’S by SW, à Saint-Rémy-de-Provence

Plat pakistanais du restaurant l’ALYA’S by SW. Service Presse

Retour aux sources pour Sylvestre Wahid, chef doublement étoilé, aujourd’hui à la tête de son restaurant éponyme à Courchevel. Il profite de l’été, dès ce mois de mai, pour se mettre aux fourneaux familiaux à Saint-Rémy-de-Provence, où son frère, le pâtissier Jonathan Wahid, et sa belle-sœur, la cheffe Fanny Rey, tient auberge . Au menu : une cuisine, clin d’œil à ses origines pakistanaises. Épices et tandoori, légumes et poisson d’ici, lassi de là-bas, dhal de lentilles royales et gombo cuisinés à la façon « de sa mère »… vaut le voyage.

ALYA’S by SW, L’Auberge de Saint-Rémy, 12, boulevard Mirabeau, 13210 Saint-Rémy-de-Provence. aubergesaintremy.com

.

Categories
Actu france Environnement Monde Sport Tourisme Vacances

Trois hébergements idéaux pour musarder en Provence cet été

Le clapotis de l’eau des fontaines, le parfum de collines, la lumière d’or, les parties de pétanque, les vins du sud et les saveurs ensoleillées… Nos bonnes adresses pour des vacances raffinées, empreintes de douceur et d’authenticité.

Une collection de jolies maisons à louer

Un atelier d’artiste dans le Luberon, une maison de village à Saumane dans les monts de Vaucluse, un cabanon dans les calanques (prochainement)… La collection de maisons de vacances Enamoura propose cinq adresses d’exception en Provence où goûter à l’ art de vivre méditerranéen, apéritif sous la tonnelle enguirlandée de lampions ou bain sous les lumières rasantes du soir. Une décoration ciselée, mobilier ancien chiné ou autoédité et quelques pièces contemporaines, habille avec sensualité ces lieux de caractère aux murs en pierre apparente ou peints à la chaux. Notre coup de cœur ? Difficile de choisir entre une chapelle du Xe siècle agrippée au rocher de Saignon avec un bassin de nage taillé dans la pierre et un étourdissant point de vue à 360° sur le Luberon et le mont Ventoux, et une maison de ville avec bassin (photo) dans le vibrant quartier de Vauban à Marseille. On aime aussi le guide de la Provence de Magali Avignon, la fondatrice d’Enamoura.

Les maisons de vacances Enamoura . Location à la semaine ou le week-end, de 4 à 9 personnes, selon les adresses. À partir de 1000 € la semaine.

Le nouveau mas du Domaine de Marie (Luberon)

Au cœur d’une propriété viticole de 24 hectares, le mas Vermentino exalte les fondamentaux de la Provence. Gaëlle Le Boulicaut

Ce printemps, la famille Sibuet lève le voile sur sa dernière pépite : le mas Vermentino, une maison de vacances à louer avec services, sur le Domaine de Marie à Ménerbes. Au cœur de la propriété viticole de 24 hectares, à quelques minutes du caveau, ce mas de pierre avec ses poutres apparentes, ses véritables tommettes, son imposante cheminée, ses surfaces chaulées… exalte les fondamentaux de la Provence. Une beauté brute et authentique, polie avec une grande douceur (coussins en boutis, voiles en lin, jetés en laine vaporeuse). La demeure, dotée de six chambres avec salle de bains, d’un grand salon et d’une vaste cuisine où l’on refait le monde en dégustant un vin divin, s’ouvre sur un patio et son jardin de curé embaumant le thym , le romarin et la lavande. La piscine chauffée, à l’abri des regards, est accompagnée de chênes, de vignes et d’oliviers. Envie d’être davantage choyé, direction la maison mère, l’hôtel La Bastide de Marie pour son spa et sa table locale.

Le Mas Vermentino (Tél. : 04 90 72 54 21). À partir de 7700 € la semaine (pour 12 maximum), avec une gouvernante, les petits déjeuners et les goûters.

La Renaissance d’un hôtel à Bonnieux (Vaucluse)

À Bonnieux, l’Hôtel Capelongue – Beaumier compte désormais 37 chambres et suites habillées de bois clair. Presse photographique

« Tu pneus, ou tu pointes ? » Échappées du boulodrome, ces paroles pleines de soleil incarnent déjà ce « village » réinventé. À Bonnieux, l’Hôtel Capelongue – Beaumier rouvre le 28 mai après de longs travaux de rénovation menés par le cabinet d’architecture JAUNE assistés par l’Atelier Saint-Lazare (ex-be-poles). La vie s’y écoule autour de la « place centrale » en buvant une citronnade ou en lisant les nouvelles du jour, achetées à la librairie, et en lézardant au bord d’une des deux piscines, bercé par le chant des cigales. Quant aux 37 chambres et suites, elles s’habillent désormais de bois clair et d’un dégradé de tonalités rouge et rosée évoquant la terre. Dans les effluves de lavande et de pin, on choisira les activités du jour : balades (autour de la botanique, en poney, à bicyclette électrique…), course à vélo de route, escalade, trail, cinéma en plein air… Ou soin au spa, voire séance gastronomie à table de Noël Bérard, le chef nouvellement étoilé au Guide Michelin, qui officiera désormais dans un des deux restaurants de l’hôtel.

Hôtel Capelongue – Beaumier (Tél. : 04 79 33 01 04). À partir de 350 € la nuit en chambre double.

.

Categories
Actu france Environnement Monde Sport Tourisme Vacances

Les bonnes conduites à adopter quand on est un touriste en Thaïlande

Alors que le Pays du Sourire fête ce 16 mai le Visakha Bucha, principale fête bouddhiste, rappel de quelques us et coutumes à respecter pour se fondre parmi les locaux.

Toucher la tête de quelqu’un ou entrer dans un logement sans se déchausser… Autant d’actes anodins qui peuvent froisser les Thaïlandais et aller à l’encontre de leurs traditions. Si les locaux savent se montrer tolérants et accueillants envers les visiteurs étrangers, gare à ne pas commettre d’impairs ! Notre guide des bonnes conduites à suivre lors de votre séjour à Bangkok, sur les plages paradisiaques de Phuket ou dans les montagnes de Chiang Mai.

Dans la rue, au quotidien

Serrer la main ou faire la bise n’est pas l’usage en Thaïlande. Pour se saluer, on utilise le waigeste consistant à joindre les paumes des mains avec les doigts droits (comme pour une prière) tout en se disant «Sawasdee” (“Bonjour”). Évidemment, en tant qu’étranger, on vous pardonnera si vous ne saluez pas en wai. En réponse, un simple sourire ou hochement de tête peut suffire.

Tous les jours, à 8h puis à 18h, l’hymne nationalel retenu dans les lieux publics et diffusé à la radio et à la télé. Si vous l’entendez, il est d’usage d’interrompre vos occupations, d’arrêter de marcher et de vous tenir debout pendant la durée de l’hymne (environ une minute). Les Thaïs vénèrent le roi et la famille royaleil convient de respecter cette croyance et d’éviter d’aborder les sujets liés à la politique du royaume.

La cigarette classique est autorisée uniquement dans les zones appliquées à cet effet, y compris sur les plages afin de protéger l’environnement marin. 2014, l’usage et la détention d’une cigarette electronique sont interdits par la loi, ce qui fait de la Thaïlande l’un des pays les plus stricts en la matière.

Dans les temples

Un homme vers de l’eau sur une statue de Bouddha lors des festivités liées au Nouvel An thaïlandais (Songkran) au temple bouddhiste Wat Mahabut à Bangkok, le 13 avril 2022. Jack TAYLOR / AFP

S’il y a bien un lieu où il faut se déchausser, c’est bien un temple bouddhiste. Cet usage vaut aussi dans d’autres lieux publics. Si vous voyez une pile de chaussures à l’entrée, vous savez ce qu’il vous reste à faire. Comme dans la plupart des édifices religieux, ôtez votre couvre-chef et vos lunettes de soleil en signe de respect. Une tenue décente est requise pour visiter les temples et les sites royaux. Homme et femme, privilégiez les vêtements couvrant les épaules et les genoux. Enfin, les statues du Bouddha étant sacrées, évitez de les toucher, de les montrer du doigt ou de leur tourner le dos.

Chez l’habitant

De nombreuses fêtes et cérémonies religieuses ponctuent l’année, comme le festival des Lanternes (Loi Kratong) qui se tient généralement en novembre. MLADEN ANTONOV / AFP

Lorsque vous parlez à une personne assise, il est conseillé de se courber en avant en signe de politesse. Pour les Thaïs, la tête est considérée comme la partie la plus sacrée du corps. Évitez de toucher, y compris celle d’un enfant. À l’inverse, les pieds sont perçus comme la partie la plus vile du corps. Désigner quelqu’un avec ses pieds ou les poser sur une table, un coussin ou un appuie-tête est une marque d’irrespect. Comme dans la plupart des lieux publics, n’oubliez pas de retirer vos chaussures quand vous entrez dans le domicile d’un Thaïlandais.

Dans les transports en commun

Dans les bus, trains ou bateaux, laisser sa place à un moine est un signe de respect. Les femmes doivent éviter tout regard ou contact physique avec un moine, tandis que les hommes doivent en faire de même avec les nonnes.

Au restaurant

À la différence de la plupart des pays asiatiques, les baguettes sont peu utilisées à table, l’usage de la fourchette et de la cuillère étant la norme. Le couteau est assez peu utilitaire, les aliments étant préalablement émincés. Utilisez une cuillère pour boire une soupe plutôt que de la boire directement au bol.

.

Categories
Actu france Environnement Monde Sport Tourisme Vacances

Où dormir à Barcelone à moins de 150 euros la nuit ? Nos dix hôtels préférés

LA SÉLECTION DU FIGARO – Avec ses immeubles Art nouveau et Art déco, dont ceux de Gaudi, ses boutiques, ses marchés et la mer proche, Barcelone s’impose pour les escapades d’un week-end voire d’une semaine. Pour concilier plaisir et budget, voici dix adresses aux tarifs très abordables.

Generator Barcelone, auberge pour tribus

Situé dans le quartier de Gracia, à 500 m du Passeig de Gràcia, sa déco hétéroclite est l’un de ses charmes. On aime ou pas ! Et son approche à la fois hôtel avec des chambres et suites, certaines prolongées de grandes terrasses et Hostel pour adultes – obligation d’avoir plus de 18 ans avec des mini-dortoirs de quatre à huit lits. L’ambiance s’en ressent, très cool. À savoir : une clim un peu bruyante perturbera les allergiques au bruit.

Les + : ses vues splendides depuis les terrasses élevées et le penthouse. Son bar (assez kitsch) où l’on peut, quasi à toute heure, boire et savourer quelques mets locaux.

Le prix : chambre individuelle à partir de 99 €, en dortoir 29 €.

Générateur Barcelone, Carrer de Còrsega, 373, 08037 Barcelone. Tél. : +34 932 20 03 77.

Colocataire Carla Fan, parfaitement minimaliste

Le Room Mate Carla est à 200 mètres du Passeig de Gràcia et à 5 minutes à pied de La Pedrera de Gaudí à Barcelone. Room Mate Carla / Photopresse

Autant l’avouer d’emblée, on adore cette collection d’hôtels urbains fondés il y a dix ans, par quatre amis d’enfance qui font systématiquement appel à des architectes de renom, autochtones pour qu’ils s’emparent des codes de la ville. Ici, Tomás Alía. Les 88 chambres très claires, peu de mobilier, aucune déco superflue, mais ultra-confortables déclinent des couleurs sobres. Super bien situé, au cœur de l’Eixample, quartier historique à quelques minutes de la Sagrada Familia, toujours en construction, de la Plaça Catalunya et des Ramblas.

Les + : le petit déjeuner (compris dans le prix) – pantagruélique et délicieux, servi jusqu’à midi et l’« Honesty bar » avec des cocktails… Waouh !

Le prix : à partir de 145 €.

Room Mate Carla, Carrer de Majorque, 288, 08037 Barcelone. Tél. : +34 934 76 33 96.

Sercopel Caspe, design et convivial

L’hôtel Sercopel Caspe possède une localisation parfaite pour arpenter Barcelone à pied. Sercopel Caspe / Presse photo

De l’espace, une déco dite moderniste et une localisation fabuleuse pour arpenter la ville à pied, rejoindre en quelques minutes le quartier gothique, la Sagrada Familia, le Passeig de Gràcia, et le quartier du Born. Un bon classique pour un séjour sans souci. Les 141 chambres, sobres et bien insonorisées, de ce quatre-étoiles sont vastes.

Les + : la cafétéria en rooftop, la salle de fitness et le parking.

Le prix : à partir de 110 €.

Sercopel Caspe, Carrer de Casp, 103, 08013 Barcelone. Tél. : +34 932 46 70 00.

Melia Barcelone Sarrià, amical pour la planète

Légèrement excentré, le Melià Barcelona Sarria propose toutefois un service comparable à celui d’un 5-étoiles à moins de 150 euros la nuit ! Melià Barcelone Sarria / Photopresse

Appartenant à la plus grande marque hôtelière d’Espagne, ce quatre-étoiles de 20 étages abritent 333 chambres dévoilant pour la plupart un panorama grandiose. Légèrement excentré mais très bien desservi par les transports en commun, bus notamment, il offre un service comparable à celui d’un 5-étoiles. Belle table méditerranéenne, le « Nonna Maria », réputée entre autres pour ses pizzas décalées. Les amoureux des boutiques hôtels confidentiels passeront toutefois leur chemin.

Les + : son spa YHI son espace forme et ses efforts en matière de développement durable qui lui valent d’être certifié EarthCheck par le Global Sustainable Tourism Council.

Le prix : à partir de 139 €.

Melià Barcelone Sarria, Av. de Sarrià, 50, les Corts,08029 Barcelone. Tél. : +34 934 10 60 60.

Hôtel Atlantis by ATBCN, l’accueil

Malgré son côté désuet, cet hôtel est idéalement situé à 2 mn de la place de Catalogne. Hôtel Atlantis par Atbcn / Photo presse

Non loin de la place de Catalogne, des Ramblas et du marché de la Boxera, ce trois-étoiles vaut d’abord par sa situation. Loin de bouder ses 50 chambres très classiques, un rien démodées, les hôtes apprécient leur calme et leur taille. Bravo aux réceptionnistes invites à donner leurs adresses de boutiques, de restos, de lieux insolites. Le café bar s’anime le soir chacun et échange spontanément ses bons plans.

Les + : le généreux petit déjeuner en buffet, compris dans le prix, le room-service 24/24, rare dans un trois-étoiles et la possibilité de retenir une place de parking.

Le prix : à partir de 120 €.

Hôtel Atlantis par Atbcn, Carrer. de Pelai, 20, 08001 Barcelone. Tél. : +34 933 18 90 12.

Hôtel Barcelone Universal, et plouf !

Spacieuses et lumineuses, les chambres Privilège se présentent aux étages supérieurs de l’hôtel, offrant une splendide vue panoramique sur Barcelone. Hôtel Barcelone Universal / Photo presse

Zou, avant de se balader ou en rentrant, on grimpe au dixième étage pour étirer ses muscles et se rafraîchir dans la piscine de belle taille, formant un coude. Les mercenaires iront aussi parfaire leur silhouette au centre de fitness avant de s’exposer sur la plage, pas si loin du centre. Les chambres épurées, lumineuses, sont au-dessus des normes d’un quatre-étoiles urbain, quasi luxueuses.

Les + : le solarium et les deux terrasses pour prendre à la fois le soleil, un pot et… des photos. Influenceur(se) bienvenue !

Le prix : à partir de 100 € avec petit déjeuner.

Hôtel Barcelona Universal, Av. del Parallel, 76-80, 08001 Barcelone. Tél. : +34 935 67 74 477.

Arc La Rambla, à la rencontre de Christophe Colomb

Son emplacement privilégié, vous permettra de découvrir à pied les sites architecturaux et culturels incontournables de Barcelone. Arc La Rambla / Presse photo

Dominant la célèbre promenade des Ramblas, ce trois-étoiles invite à la progression de la Plaça de Catalunya aux Drassanes, anciens arsenaux royaux, chantiers de construction navals désormais désaffectés. On salue au passage Christophe Colomb ou plus exactement sa statue perchée en haut d’une colonne désignée là où le navigateur débarque d’Amérique, en 1493. Au retour, on apprécie la sérénité de l’Arc, de ses 98 chambres dont 32 avec balcon et vue sur les Ramblas. Les plus grandes peuvent accueillir 2 adultes et 2 enfants.

Les + : l’organisation de visites sur-mesure dans la ville et aux alentours grâce aux connexions des concierges et le solarium très cosy au 5e étage.

Le tarif : à partir de 120 €.

Hôtel Arc La Rambla, La Rambla, 19, 08002 Barcelone. Tél. :+34 933 01 97 98.

Hôtel Seventy Barcelona, ​​un bel accord

Le Seventy Barcelona est l’un des établissements les plus en vue du moment et déjà un incontournable de l’hôtellerie barcelonaise. Soixante-dix Barcelone / Photo presse

On craignait d’être déçu n’aimant pas trop les hôtels avec un nombre de chambres conséquent, 144. Comme quoi les a priori sont efficaces puisqu’on a succombé aux charmes de ce quatre-étoiles où tout matche, un décor très sympa, un accueil plus que parfait, un hall énorme et étonnant de 1500 m2, vitré. On a cité assidûment The Kitchen & Timeless à la cuisine très saine, très fraîche et moins, The Cors pour des cocktails. Bien évidemment on a usé et abusé de la piscine au 7e étage et pour repartir lisse comme un pétale de lys on s’est offert un petit, petit soin au spa.

Les + : « Le patio » ombré d’oliviers pour prendre un verre, flâner et le jardin solarium planté d’herbes folles.

Le prix : à partir de 140 €.

Lire l’avis d’expert

Hôtel Seventy, Barcelone, Carrer de Còrsega, 344, 352, 08037 Barcelone. Tél. : +34 930 12 12 70.

BB Hotel Barcelona Viladecans, prix mini et maxi efficacité

Le B&B Hotel Barcelona Viladecans propose des hébergements à Viladecans, à seulement 220 mètres de la gare. BB Hôtel Viladecan / Photo presse

Fondée par des Bretons pour contrecarrer Airbnb, entre autres, cette chaîne d’hôtels baptisée, pour donner le change, B&B, concilie prix imbattables, design et sens du service. Celui-ci, situé près de la gare Renfe, donc pas en ville, permet d’accéder au cœur de Barcelone en 15 minutes, 20 en voiture. Réception et café avec thés et café gratuits, ouverts 24/24, 216 chambres très spacieuses, et le matin un petit déjeuner appétissant pour bien commencer la journée.

Le + : un parking couvert, surveillé gratuit et un personnel très dispo.

Le tarif : à partir de 54 €.

BB Hôtel Viladecans, Avinguda Olof Palme, 08840 Viladecans, Barcelone. Tél. : +34 932 993 658.

Hôtel Olivia Balmes, à quelques centimes près

Le Olivia Balmes Hotel est une oasis en plein centre de Barcelone. Olivia Balmes / Presse photo

Un coup de cœur tel qu’on le sélectionne malgré sa première chambre qui dépasse, sauf promotions concernées, de 3 € le prix plafond qu’on s’était fixé mais c’est justifié. Cet hôtel design, quatre étoiles au cœur de l’Eixample, de 128 chambres sur huit étages, parfaitement insonorisées, lumineuses, assure un sommeil réparateur.

Les + : au « Seventeen », son restaurant, on se régale d’assiettes généreuses catalanes. Et surtout… on se détend à fond dans sa grande piscine découverte !

Le prix : à partir de 153 €, grande suite familiale pour 3 à partir de 209 €.

Hôtel Olivia Balmes, Carrer de Balmes, 117, 08008 Barcelone. Tél. : +34 932 14 41 63.

.

Categories
Actu france Environnement Monde Sport Tourisme Vacances

ces statistiques étonnantes sur le profil des voyageurs

Motivations au départ, itinéraires préférés… Une étude dresse le portrait des cheminants toujours plus nombreux à s’élancer, en France comme en Espagne, en direction de Saint-Jacques de Compostelle. Avec quelques surprises.

Sans même les avoir parcourus, connaître le nombre de Français, au moins de nom, les Chemins de Compostelle. Classé à l’Unesco depuis 1998, cet ensemble d’itinéraires pédestres est traditionnellement emprunté depuis le Moyen Âge par les pèlerins pour se rendre à Saint-Jacques-de-Compostelle, en Espagne. En 2019, 347.578 marcheurs ont été remis au bureau d’accueil des pèlerins de la capitale galicienne, contre 3501 en 1988, tandis que Saint-Jean-Pied-de-Port (Pyrénées-Atlantiques), point de convergence des Chemins, a accueilli 61.104 pèlerins.

Un succès qui pourrait s’amplifier encore au vu des nouvelles attentes des voyageurs. «Les Chemins de Compostelle répondent à une demande croissante pour un tourisme différent, plus authentique, centré sur le bien-être, le respect de l’environnement et la valorisation des territoires», estime Caroline Boucher, directrice générale d’Atout France. L’organisme public et l’Agence française des Chemins de Compostelle ont présenté ce 11 mai les résultats d’une enquête (1) sur les publics et leurs motivations, la dernière étude de cette envergure remontant à 2003. Voici ses principaux enseignements :

Une envie de se ressourcer et de se déconnecter

Traditionnellement liés à la notion de « pèlerinage » et à une dimension religieuse, les Chemins de Compostelle attirent finalement beaucoup moins de croyants qu’on le pense. Seuls 12 % des cheminants partent avec une démarche liée à leur foi. Néanmoins, la notion de spiritualité est la principale motivation à partir proposé sur les Chemins de Compostelle plutôt que sur un autre sentier de randonnée.

Un voyageur sur deux (51 %) cite en effet l’envie de « prendre du temps pour soi » et le besoin de « rupture », notamment après un choc de vie, comme principales motivations. Autres raisons les plus citées : l’envie de pratiquer la marche ou la randonnée (45 %) et les rencontres avec d’autres voyageurs (41 %), tandis que la découverte du patrimoine est moins prioritaire (24 %).

Une majorité de femmes et de marcheurs solitaires

Un cheminant sur deux réalise son périple étant en seul. Ici Saint-Jean-Pied-de-Port (Pyrénées-Atlantiques), étape majeure des Chemins de Compostelle. Pierre Carton

Les cheminants sont majoritairement des femmes (54 %). Ils marchent seuls (50 %), bien moins souvent entre amis (22 %), en couple (18 %) ou en famille (9 %), et se présentent en premier lieu de Paris et des départements du Rhône et de la Garonne. Les Chemins attirent autant de retraités (44 %) que d’actifs (44 %), qui exercent en majorité des professions libérales et supérieures. À noter aussi la partie non négligeable des moins de 35 ans qui représente un voyageur sur dix, tandis que la tranche 35-50 ans est très peu représentée.

En moyenne, les marcheurs dépensent 45,40 € par jour pour les repas et l’hébergement et parcourent 26 km par jour pour une durée de séjour totale de 28 jours. Une durée «très élevé par rapport à une démarche ‘touristique’ classique»souligne l’étude.

La voie du Puy éclipse les autres itinéraires

Bien moins connue sur la voie du Puy, la voie du Piémont pyrénéen (GR78) relie Montpellier à Saint-Jean-Pied-de-Port via Carcassonne sur 700 km. ADT09

Il n’existe pas un, mais une douzaine de chemins de Compostelle côté français. La voie du Puy (GR65) est empruntée par plus d’un voyageur sur deux (55 %), près de 20.000 chemins s’étant élancés du Puy-en-Velay (Haute-Loire) en 2019. C’est oublier l’ existence de nombreuses autres variantes, comme la voie d’Arles (GR653, 13 %), la voie de Vézelay (GR654, 12 %) ou le chemin du Piémont pyrénéen (GR78, 6 %). L’une d’elles, la voie de Tours (GR655, via Turonensis), part de Paris, au pied de la tour Saint-Jacques.

De quoi créer un « déséquilibre de fréquentation entre les itinéraires », voire la « surfréquentation de certains tronçons de la voie du Puy à certaines périodes », observez l’Agence, qui précise que les autres voies n’accueillent que quelques milliers de chemins sur toute une année. Le manque d’hébergements et d’aménagements (toilettes, points d’eau, poubelles…), le mauvais balisage des sentiers ou tout simplement la méconnaissance peut expliquer le manque d’attractivité des autres itinéraires.

Hébergement : entre improvisation et manque de lits

Si un voyageur sur deux (54 %) réserve ses hébergements avant le départ, totalement ou partiellement, une grande partie préfère laisser place à l’improvisation en le réservant la veille pour le lendemain, voire le jour même (33 %). Appréciés pour leur prix modique, les gîtes d’étape sont les hébergements les plus largement plébiscités (81 %), loin devant les chambres d’hôtes (30 %), les presbytères (19 %) et les hôtels (15 %). Néanmoins, des différences notables existent selon les âges. Ainsi, le bivouac est le deuxième mode d’hébergement utilisé par les moins de 35 ans.

L’offre d’hébergement est un point faiblement souligné par les personnes interrogées, 43 % d’entre elles ayant rencontré des difficultés à trouver un toit pendant leur cheminement. En cause, le manque d’hébergements dans certaines zones, le manque de lits/chambres disponibles et des logements trop chers pour le budget prévu.

(1) Enquête réalisée de mai à novembre 2021 via des questionnaires distribués en ligne ou sur le terrain sur environ 500 lieux répartis sur l’ensemble des Chemins de Compostelle de France. Parmi les 3640 témoignages recueillis, 3565 ont été retenus pour l’enquête.

.

Categories
Actu france Environnement Monde Sport Tourisme Vacances

Après deux ans d’attente, l’Aman New York ouvre enfin en août

La très exclusive enseigne hôtelière s’apprête à dévoiler son nouveau sanctuaire urbain au sein de l’emblématique Crown Building à Manhattan.

Annoncée officiellement à l’automne 2017 et initialement prévue pour 2020, l’ouverture sans cesse reportée de l’Aman New York vient d’être finalement dévoilée par le groupe hôtelier de luxe : l’établissement accueillera ses premiers hôtes le 2 août 2022.

Le bâtiment, conçu en 1921 par Warren & Wetmore, architectes parmi les plus emblématiques de New York (Grand Central Station, Helmsley Building) est situé dans le Crown Building, à l’angle de la 5e avenue et de la 57e rue. En pénétrant, les Aman accros accéderont directement au 14e étage, où un atrium à double hauteur donne un sentiment d’immensité face à Central Park. La zénitude de la marque a encore une fois été réinventée dans cet environnement urbain, nous transportant loin du rythme effréné de Manhattan. Cet Aman, œuvre de l’architecte vedette Jean-Michel Gathy du cabinet Denniston, compte outre ses 83 chambres et suites, les 22 premières résidences urbaines du groupe, dont un penthouse sur cinq niveaux.

Un spa unique de 2300 m2

Concrétisation de la plus poussée de la philosophie d’Aman Wellness dans cette partie du monde, l’Aman Spa de l’Aman New York offre un éventail complet d’installations dédiées au bien-être, dont notamment une piscine intérieure longue de 20 mètres. Aman / Presse photo

Chaque suite disposera d’une cheminée centrale, une première à New York ; de leur côté, les salles de bains, gigantesques et généreuses, ont été aménagées avec de grandes baignoires ovales, des douches en marbre à effet pluie et des lavabos à double vasque. Le grand luxe !

Les vrais plus : un spa sur trois étages de 2300 mètres carrés, une spectaculaire piscine de vingt mètres, un club-bar de jazz, un cigare-lounge, un rooftop avec vue sur New York et deux restaurants : Arva, l’emblématique table conviviale signée italienne Aman , et Nama et son concept culinaire japonais qui réinterprète la tradition du washoku (une pratique sociale basée sur un ensemble de savoir-faire, de connaissances et l’utilisation de produits locaux, NDLR) et où l’on pourra déguster une méthodiquement préparée par un chef sushi.

L’Aman New York en photos

L’hôtel Aman New York en images

Accéder au diaporama (6)

L’Aman New York a rejoint l’Amangani dans le Wyoming et l’Amangiri dans l’Utah en tant que troisième destination du groupe aux États-Unis. Dans les cartons de projets à venir, ce trio sera bientôt accompagné par l’Aman Miami (dont l’ouverture est prévue en 2024).

Les réservations ouvriront le 25 juillet 2022, pour des séjours à partir du 2 août 2022. Reste un dernier détail, les prix. Ils seront annoncés en juillet.

Aman New York, The Crown Building, 730 Fifth Avenue, New York, NY 10019. Tél. : +1 212 201 8888.

.

Categories
Actu france Environnement Monde Sport Tourisme Vacances

la nouvelle version de la plateforme est-elle à la hauteur des promesses ?

AVANT PREMIÈRE – Plus de flexibilité, de sécurité, de logements insolites… La plateforme, le site comme application, fait sa mue ce jeudi. À la clé, de nouvelles options de réservation, de nature, selon elle, à « réinventer » notre façon de voyager. Vraiment ? Sur un testé.

«Le changement de la décennie», «le voyage réinventé», «une refonte complète»… Depuis quinze jours, Airbnb rivalisait de superlatifs pour décrire sa nouvelle interface. Présentée très officiellement ce mercredi par le cofondateur de la plateforme, Brian Chesky, qui a pris la parole en direct sur le site web, elle sera mise en ligne, en France, à partir du jeudi 12 mai. Airbnb explique avoir revu sa copie pour mieux coller à nos nouvelles habitudes de voyage, nées pendant la pandémie.

Nathan Blecharczyk, le deuxième fondateur de la plateforme américaine, l’expliquait au Figaro à la veille de ce lancement en grande pompe : «Les voyageurs sont désormais plus flexibles, à la fois sur leur date et leur lieu de destination. Ils vont avoir tendance à rester plus longtemps sur place, en mêlant vacances et travail, à privilégier le tourisme domestique et les logements insolites.» Selon lui, le Covid a aussi provoqué une décentralisation du tourisme et un nouvel intérêt pour les territoires ruraux. Les dix plus grosses destinations du site ne représentent désormais plus que 8 % des réservations, contre 12 % avant la pandémie. Forte de ce constat, la plateforme innove donc avec de nouvelles catégories de recherche et de nouvelles garanties pour le voyageur. Alors, la révolution est-elle vraiment au rendez-vous ?

Encore plus de catégories de recherche

Les catégories « Design » et « OMG » font leur apparition Presse photo / Airbnb

La nouveauté

Dômes, tiny houses, maisons troglodytes… L’an dernier, Airbnb contient de nombreuses catégories de recherche, permettant à l’utilisateur de trouver son bonheur en testant un type d’hébergement plutôt qu’en cherchant de façon traditionnelle par date ou par lieu. La plateforme continue sur cette diffusion en inaugurant de nouvelles catégories correspondantes à la fois à des types de logements et à des emplacements : campagne, design, camping, patrimoine (en France uniquement) et « OMG ». “Au contraire de la catégorie luxe, OMG (acronyme de Oh My God, NDLR) groupe des maisons pas obligatoires chères mais uniques, de celles qui en mettent plein les yeux», précise Nathan Blecharczyk.

On en pense quoi ?

Des filtres, encore des filtres, toujours des filtres ! Le site propose désormais 56 catégories de recherche différentes. À trop vouloir segmenter, Airbnb ne risque-t-il pas de perdre l’utilisateur ? Cette mise à jour permet au moins d’introduire la catégorie «campagnes» qui manquait jusqu’ici (alors que « bord de mer » ou « montagne » existaient déjà). À l’inverse, certains filtres bien utiles sont toujours aux abonnés absents : maison avec jardin, par exemple, ou accueil en personne. Ils auraient sûrement été plus utiles que « maison cycladique » !

La fonction “Séjour en deux temps”

La fonction “Séjour en deux temps” Presse photo / Airbnb

La nouveauté

Pour les séjours d’une semaine et plus, Airbnb va systématiquement proposer aux voyageurs d’occuper deux hébergements successifs, aux services similaires, dans une même destination.

On en pense quoi ?

Cette option assurera aux voyageurs qui partent longtemps de plus en plus de choix, étant rares étant les maisons disponibles plusieurs semaines de suite a fortiori en haute saison. Nathan Blecharczyk estime que les voyageurs auront en moyenne 40 % d’options en plus à date égale. Difficile de s’en plaindre mais peut-on pour autant parler de révolution ?

La garantie Air Cover pour les voyageurs

La garantie Air Cover Presse photo / Airbnb

La nouveauté

Déjà disponible pour les hébergeurs, la garantie AirCover est désormais offerte à tous les voyageurs à la réservation. Elle assure :

  • La proposition de logements de remplacement similaires si l’hôte annule dans les 30 jours précédant le séjour,
  • La garantie d’exactitude de l’annonce et la garantie à l’arrivée, toutes deux disponibles pendant 72 heures (contre 24 heures avant),
  • Une assistance 24 heures sur 24

On en pense quoi ?

Ces avancées avancées bien sûr plus de sécurité pour le locataire dans un contexte international toujours fluctuant. Mais Airbnb ce faisant s’aligner sur ce que propose déjà la majorité des acteurs du tourisme, qui ont revu leurs politiques de vente depuis deux ans.

En conclusion

La « mise à jour de la décennie » se poursuit en fait surtout les avancées amorcées en novembre 2021, au moment de la dernière évolution du site. Airbnb choisit de cibler encore davantage une clientèle qui télétravaille et peut donc se permettre de partir sur de longues plages de temps – une nuitée réservée sur cinq l’est pour un séjour de plus d’une semaine, selon la plateforme. Au risque de se couper des autres ? L’avenir le dira…


À VOIR AUSSI – Airbnb : Ian Brossat propose l’instauration d’un quota par quartier à Paris

.

Categories
Actu france Environnement Monde Sport Tourisme Vacances

dès lundi, le masque ne sera plus obligatoire dans les avions et aéroports au sein de l’UE

Olivier Véran est venu d’en faire l’annonce au sujet de la France seulement quelques heures plus tôt. L’Agence européenne de la sécurité aérienne annonce elle aussi la levée de l’obligation du port du masque au sein de l’Union.

La dernière grande restriction va disparaître en France. Les voyageurs ne doivent pas reculer plus porter le masque dans les transports dès lundi, une annonce faite par le gouvernement en plein de l’épidémie. «À partir du lundi 16 mai, le port du masque ne sera plus obligatoire dans l’ensemble des transports en commun», a déclaré Olivier Véran à la sortie du conseil des ministres. Sont concernés le métro, le bus, le train, l’avion et les taxis, a précisé le cabinet du ministère à l’AFP. Peu après cette déclaration, l’Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) a elle aussi annoncé la levée à compter de lundi de l’obligation de porter un masque dans les aéroports et à bord des avions dans toute l’Union européenne.

En France, le ministre de la Santé insiste sur le fait que le port du masque reste « recommandé ». La réalité s’est probablement transformée aux supermarchés ou aux cinémas, où un tel allègement est déjà en place : la grande majorité des visages sera à nouveau découvert. Ce sera donc la fin du dernier grand marqueur de l’épidémie de Covid-19 dans l’espace public. Reste que chaque pays reste maître des règles qui s’y appliquent. Si vous prenez un avion ou un train vers un pays où le port du masque est toujours obligatoire, les compagnies de transport seront en charge de préciser les règles à bord, à savoir Olivier Véran.

Avec la fin annoncée du masque dans les transports, la France, à l’étape de plusieurs de ses voisins, aura presque retrouvé sa vie d’avant la pandémie, plus de deux ans près l’arrivée de celle-ci en Europe. Certains chercheurs mettent en garde, à ce titre, contre un sentiment excessif de sécurité, prévenant que l’épidémie est sous contrôle mais probablement pas finie, notamment face à la menace d’une nouvelle variante.


À VOIR AUSSI – Covid-19 : fin du port du «masque obligatoire dans les transports en commun à partir du 16 mai», annonce Olivier Véran

.

Categories
Actu france Environnement Monde Sport Tourisme Vacances

«Nous sommes satisfaits préféré que la compagnie honore le voyage mais nous sommes»

En octobre dernier, Peter Delille partageait sa colère contre Tui dans la presse belge. Il faut que ce Limbourgeois voie ses vacances de rêve purement et simplement annulées par l’agence de voyages. En cause, une promotion erronée que le tour-opérateur ne pouvait décemment pas maintenir : un voyage avec hôtel pour deux personnes en République dominicaine pour seulement… 545 euros au lieu de 6.173 euros exactement demandés.

Lorsqu’il avait vu cette offre -le prix était barré en rouge avec l’indication « -91 % »- Peter n’avait pas hésité une seule seconde. Il s’était empressé de réserver, en se permettant même d’ajouter deux bagages supplémentaires pour 150 euros. Et jusqu’au dernier moment, l’homme pensera avoir fait l’affaire du siècle. Sauf que quelques jours avant de partir, il doit se rendre en agence car les détails de son vol ont été changés. « Nous sommes allés pour trouver un nouveau vol mais l’agent, après avoir regardé notre dossier, nous a dit que nous ne pouvons pas partir à ce prix », racontait-il au Belang van Limburg.

« -91 % », enfin non

Après des mois à rêver de ce voyage, Peter et son épouse tombaient brutalement de haut. On leur explique que TUI s’est trompé dans sa promotion, que la réduction devait être de « 28 % » et non de « 91 % », que le client devait se rendre compte que voyager à ce prix n’était pas réaliste… « On s’attend à ce qu’une telle entreprise agisse en bon père de famille. TUI aurait pu vérifier si quelqu’un avait déjà réservé avec cette formidable réduction, si celle-ci était erronée. Au lieu de ça, rien n’a été fait pendant plusieurs mois », se lamentait Peter.

Devant cette situation fâcheuse, l’agence de voyages tente de trouver un compromis. Peter et son épouse se voient proposer d’annuler leur voyage sans frais ou d’obtenir une intervention commerciale de 150 euros/personne. Des offres jugées inadéquates pour le couple qui avait déjà préparé ses vacances. « Je sais qu’une entreprise n’est pas obligée de vendre à un prix affiché, si ce prix est manifestement une erreur. Mais c’est différent. Ce n’est pas une simple erreur (…) TUI m’a fourni avec une énorme réduction et joue maintenant sur le fait que, compte tenu des contraintes de temps, je vais quand même voyager à un prix beaucoup plus élevé », expliquait Peter .

Gain de cause

Le SPF Economie avait d’ailleurs déjà donné raisonné au vacancier. « Même si la promotion est importante, TUI ne peut pas simplement se soustraire à sa responsabilité », expliquait-on.

Après avoir présenté son cas devant la Commission de Litiges Voyages, Peter a obtenu gain de cause fin avril. « Le professionnel est responsable de toute erreur due à un défaut technique du système de réservation », indique la Commission qui ajoute que, « comme TUI ne voulait plus effectuer le contrat de vacances à ce prix, le demandeur a réservé dû un nouveau voyage en dernier recours, à des conditions beaucoup moins favorables. »

Avec cette décision, le couple a touché 545,80 euros de dommages et intérêts. « Nous préférons que TUI honore le voyage mais je suis tout de même satisfait. Un tour-opérateur doit savoir qu’il ne peut pas publier n’importe quoi. Et qu’il doit vérifier ce qu’il publie », conclu Peter.

.

Categories
Actu france Environnement Monde Sport Tourisme Vacances

Quelles sont les plages les plus proches de Lille en voiture ?

À une heure de la capitale des Hauts-de-France, le littoral de la Manche ou de la mer du Nord offre une parenthèse de nature, facilement accessible le temps d’une journée ou d’un week-end. Notre palmarès.

La mer, le sable, l’air marin… Situées à moins de 100 km de Lille, la Manche et la mer du Nord sont accessibles en seulement une heure en voiture. Dans le Nord, le Pas-de-Calais et même en Belgique, nous avons classé les gares balnéaires en fonction de la distance minimale par la route, avec à chaque fois l’itinéraire alternatif en train.

Le kilométrage et la durée des trajets en voiture sont ceux donnés par Google Maps pour des départs de Lille le week-end (le vendredi soir ou le samedi matin) dans des conditions normales de circulation. Les embouteillages, inévitables à certains moments de l’année, sont évidemment susceptibles d’allonger le voyage. En période de grands départs, il convient de consulter les acheteurs de trafic de Bison Futé.

Pour le train, nous indiquons le meilleur temps de parcours tel qu’indiqué sur le site SNCF Connect. Bon à savoir : les principales villes de la Côte d’Opale sont desservies par des TERGV, des trains régionaux assurés par des TGV deux fois plus rapides que les TER classiques. Par ailleurs, chaque été, dans le cadre de l’opération éTER, la région Hauts-de-France propose des billets de train à 1 € pour se rendre notamment sur le littoral.

Bray-Dunes (Nord, Hauts-de-France)

Bray-Dunes est l’une des extrémités de la « Vélomaritime », une véloroute qui la relie à Roscoff en Bretagne. Emmanuel Berthier

Plage la plus septentrionale de France, Bray-Dunes est aussi la plus proche de Lille par la route. La station balnéaire, située accessible à la frontière belge, est une destination idéale pour les familles, avec des activités et restaurants pour tous les budgets. Ses paysages de dunes en font un lieu apprécié des randonneurs. Bray-Dunes est le point de départ et d’arrivée de la «Vélomaritime», une véloroute qui passe à Roscoff en Bretagne sur 1500 km. La section entre Bray-Dunes et Dunkerque (12 km) est aménagée sur une ancienne voie ferrée.

En voiture : en 55 minutes par l’autoroute A25 et la D917 (76 km).

Et en train ? En 30 minutes en TERGV ou en 1h10 en TER jusqu’à Dunkerque, puis bus urbain DK’Bus gratuit (lignes C1 puis 20, 50 minutes).

La Panne (Belgique)

La station balnéaire de La Panne, à la frontière franco-belge. Jens Deppner

Comme sa voisine Bray-Dunes, de l’autre côté de la frontière, La Panne est marquée par un paysage de dunes réunies dans la réserve naturelle du Westhoek. Aussi idéale pour les familles balnéaires, la station accueille l’un des plus importants parcs d’attractions de Belgique, Plopsaland.

En voiture : en une heure par l’A25 et la D947 (80 km).

Et en train ? En 30 minutes en TERGV ou en 1h10 en TER jusqu’à Dunkerque, puis bus urbain DK’Bus gratuit (lignes C1 puis 20, 1 heure).

Malo-les-Bains (Nord, Hauts-de-France)

Villas de la Belle Époque et cabines de plage bordent la digue de Malo-les-Bains. Massimo Santi Photographe – stock.adobe.com

Dotée notamment d’un casino, d’un bowling et d’une patinoire, Malo-les-Bains est la principale plage de Dunkerque. Villas de la Belle Époque, cabines de plage, mais aussi brasseries et glaciers bordent la digue qui s’étend jusqu’à la commune de Leffrinckoucke. Les lieux de culture ne manquent pas autour de la plage. Le Frac Grand Large, aménagé en 2013 à l’emplacement d’anciens chantiers navals, mis à l’honneur l’art contemporain, tout comme le LAAC voisin. Le musée Dunkerque 1940, installé dans d’anciennes casemates, revient quant à lui sur un épisode marquant de la Seconde Guerre mondiale, l’opération Dynamo. Le Radisson Blu Grand Hôtel & Spa Malo-les-Bains, un quatre-étoiles de 110 chambres Doté d’un espace de balnéothérapie, devrait ouvrir en septembre 2022 sur le front de mer.

En voiture : entre 50 minutes et 1h20 par l’autoroute A25 (84 km).

Et en train ? En 30 minutes en TERGV ou en 1h10 en TER jusqu’à Dunkerque, puis bus DK’Bus gratuit (lignes C3 ou C4, 15 minutes).

Gravelines / Petit-Fort-Philippe (Nord, Hauts-de-France)

Vue aérienne sur la citadelle de Gravelines et la plage de Petit-Fort-Philippe. Ville de Gravelines

Seule ville de France dotée de remparts entièrement entourés d’eau, Gravelines est marquée par la présence des fortifications Vauban. Un ancien bâtiment militaire que l’on peut visiter à pied ou à vélo, mais aussi en barque à rames ou en bateau pédalier ou électrique. La station balnéaire de Gravelines, Petit-Fort-Philippe, située à 3 km des remparts, est accessible à pied en empruntant la digue du chenal. La plage est propice à la pratique du char à voile à marée basse et au kitesurf à marée haute.

En voiture : entre une heure et 1h30 par l’autoroute A25 (92 km).

Et en train ? En 1h04 en TERGV avec correspondance en TER à Dunkerque. Depuis la gare, la plage se situe à 45 minutes de marche en passant par les remparts de Gravelines.

Ostende (Belgique)

Avec son casino, ses musées et des paysages dunaires, Ostende est la principale station balnéaire du littoral belge. Visiter Ostende

La principale station balnéaire de Belgique se situe à seulement 90 km de Lille par la route. Si les constructions modernes du front de mer enlèvent un peu de charme à la reine des plages belges, il suffit d’emprunter le Kusstram vers l’ouest de la ville pour trouver les paysages de dunes. Cette ligne de tramway parcourt l’ensemble du littoral belge sur 67 km, de La Panne à la frontière française à Knokke à la frontière néerlandaise. Pour faire le plein de culture et en apprendre plus sur l’histoire maritime belge, montez à bord du Mercator et de l’Amandine, deux bateaux-musées amarrés dans le port de plaisance d’Ostende.

Pour découvrir la ville de façon originale, suivez la balade digitale dédiée au chanteur Marvin Gaye. En 1981 après un grand passage à vide artistique, la légende de la soul trouvée à Ostende l’inspiration pour compositeur son dernier album Amour de minuitsur lequel figure son tube « Sexual Healing ».

En voiture : entre une heure et 1h20 par l’autoroute E403 (93 km).

Et en train ? En 1h53 en train IC (SNCB) depuis la gare Lille-Flandres avec correspondance à Courtrai.

La plage du Cap Blanc-Nez (Pas-de-Calais, Hauts de France)

À quelques minutes de Calais, le Cap Blanc-Nez est classé parmi les Grands Sites de France, comme le Cap Gris-Nez, situé plus au sud. aquaphoto – stock.adobe.com

C’est l’une des plus belles curiosités naturelles des Hauts-de-France. À quelques kilomètres à l’ouest de Calais, le Cap Blanc-Nez fait partie du réseau des Grands Sites de France, tout comme le Cap Gris-Nez, situé plus au sud. Du haut des falaises de craie qui culminent à 134 mètres au-dessus de la Manche, les côtes anglaises, distantes d’une trentaine de kilomètres, s’offrent à la vue des promeneurs par temps clair. Un sentier de randonnée (GR120) repose sur les deux caps en passant par plusieurs villages côtiers comme Ambleteuse et Audresselles.

En voiture : entre 1h15 et 1h50 via l’autoroute A25 et A16 (122 km).

Et en train ? En 1h15 en TER jusqu’à Calais-Ville, puis bus Div’in gratuit (ligne 5, 30 minutes).

Wimereux (Pas-de-Calais, Hauts-de-France)

À Wimereux, le front de mer est bordé par quelque 300 villas du 19e siècle. Erik_AJV – stock.adobe.com

Composée à la fois de sable fin et de galets, la plage de Wimereux, considérée comme la plus ancienne station balnéaire du nord de la France, se situe à quelques kilomètres de Boulogne-sur-Mer. La digue longue de 1,5 km est bordée par quelque 300 villas de la Belle Époque, construites en pleine mode des bains de mer et peu après l’arrivée du chemin de fer. Traversé par la route côtière D940, Wimereux est un point de départ idéal pour découvrir en voiture ou à pied le site des Deux-Caps.

En voiture : entre 1h20 et 1h50 via l’autoroute A25 et A16 (138 km).

Et en train ? En une heure en TERGV avec correspondance en TER à Calais-Fréthun, puis cinq minutes de marche depuis la gare de Wimille-Wimereux.

Le Touquet Paris-Plage (Pas-de-Calais, Hauts-de-France)

Le Touquet, parfois surnommé la « Nice du nord », n’a rien à envier à sa cousine du sud. Office de tourisme Le Touquet – Paris-Plage

Sport, nature, bien-être… La station balnéaire du Touquet Paris-Plage, sur la Côte d’Opale, a tout à offrir. Côté sport, la station balnéaire est un haut lieu du golf, du tennis, du char à voile et de l’équitation. Sa plage, une étendue de 11 km de sable et d’espace dunaires bordée par une forêt de pins, est propice aux promenades en famille, à pied ou à vélo. Pour se détendre, on choisira de loger à l’emblématique hôtel Westminster, rénové en septembre 2020 et doté d’un spa Nuxe.

En voiture : entre 1h50 et 2h20 par l’autoroute A25 et A16 (177 km).

Et en train ? En 1h20 en TERGV ou en 2h30 en TER jusqu’à Etaples-Le Touquet, puis navette (20 minutes).

[Initialement publié le 13 juin 2021, cet article a fait l’objet d’une mise à jour.]

.

Categories
Actu france Environnement Monde Sport Tourisme Vacances

Le voyage aux caraïbes a tourné au cauchemar : Anne-Marie et Bartolomeo remboursés !

Bonne nouvelle pour Anne-Marie et Bartolomeo qui, après un voyage aux Caraïbes annulé en dernière minute en février pour un problème administratif lié à la crise sanitaire, vont pouvoir être remboursés grâce à la ténacité de leur agence.

****** ******** ******** ********** ** *** **** ********* * ******** ** ****** **** *** ********* **** *** ********** ** ***** ** ****** ** ******** ** ************* ** ***** *** ******* *********** ** ********* **** *** **** ********** *** ** **** ********** ******** ** ***** ** ******** ****** ** ***** ** ********** ************** ***** ** ** ***** *** ****** *** ******* ****** *** ***** ** ************ **** ** ** ** ***** ******* ****** ** ****** ************* ******* ** *** ***** *** ************** *** *** ********** *** *** * ******* *************** *** *** **** ********** ******** ****** ******* ********** * ***** ** ******** *********** ****** **** ****** *********** ********** ********* **** ** ** ***** ***** ** ***** ****** **** *** ******** **** ** ** ***** ******* ** ******** *** ** ************* ********** ** ***** ******* ************** ** ***** ** ****** ** ***** ***** * ***** ***** ************

** ************ ***** ** ****** ***** ******** *** ******* ********** **** ******* ***** **** ******* ************* **** ********* ** ********** **** *** ********** ** * * **** **** ****** ** ** ****** *** ** ********* ****** ***** ***** **** ** ************

** ****** ** **************

** ******** ** ****** **** ********** ****** ********** ** ** ******* ** ************* ****** ****** *** ***** ****** ***** ** ***** ***** ** ***** ****** ******************** ** **** ****** **** *** ********* *** ** ************ ***** * ***** **** ******* ** ** **** ***** **** ******* *** ****** ** **** ******************* **** ***** ******* ******** * ****** ** ********** ** **** ** ** **********

***** **** ****** *** ****** *** ******** ****** ***** **** * ********* ************ ***** ****** ***************** **** *** ******* *** ****** ******* **** ******** ** ****** ******* **** ******* ********** ****** ** ** ******* *** ** ******* *** ****** ** **** ***** ** ********** ** ******* ** ** ******* ********* ** *********** ** ************* ** ** ** ********* ********** ******* **** ****** ** *** ******* **** ***** ***** ******** **** ******** ** ** ****** ** **** *** ************** ** ************ *** ******** ******* * *** ** ******* **** **** ******** ** **** **** ****** ** **** ** ********* ***** ****************

** ************* *** ********* **** ******* *** ***** **** **** **** ********** ******* *********** **** ****** **** ******** ** ***** ***** **** ** **** ****** ***** *** ** ** ** * ******* ********* ** ** ****** ** ******** *** ********* * * ********** ***** ***** ** *** ** ******** ** *** **** ***** ***** *** ***** ******* **** **** * ****** ***** ***** ** *** ******** **** ********* *** ****** ***** ** ** ********* ** * ** **** ** ***** ******* *** *********** ********** **** * * ****** ** **** ****** ***** **** *************

***** ***** ** ******

**** **** ********** ** ********** ** **** *** **** ****** * ********* ********** ** ********** ********** * ***** *** ** ***** ******** ********** **** ***** **************** * ******** ** *********** ********** * ***** ** ******* ** * ** ***** **** ** ****** ** **** *** ***** ** **** ***** ** **** ***** ** ************* ******** *** ************ *** **** *** **** ** **** ** ******* ** ***** ** * * ** *** ***** ** ***** ** ** ***** ** * **** ***** ***** ** ***** ***** **** ***** *** **************

** ***** ** ******* ******* ************* *** ********** * *** *** ********** ** ***** *** ******** **** ** ***** ** *** ****** ******* *** ************ ******** ************** **** ******* ** ************ ** ******* **** ******* ** *** ** ******** ******* ** ******* ******* ******** **** ** *** * **** ** ********* ******** *** **** ** ******* ** ******* * ** ** **** ** ***** ******* ** ***** ***** ** **** ********* * * ***** ** ***** ****************** ******** ******* **** ******************

.

Categories
Actu france Environnement Monde Sport Tourisme Vacances

les destinations inattendues de l’été

DÉCRYPTAGE – Résultat d’un délicat jeu de séduction entre compagnies, aéroports et offices de tourisme, plusieurs vols relient cette saison la France à des sites jusqu’alors mal desservis, voire pas du tout.

L’île grecque de Skiathos, Chypre, les îles Féroé, les Açores ou encore le Monténégro. Ensoleillées, confidentielles, sauvages ou culturelles, ces destinations ont un point commun : auparavant impossibles à rejoindre sans escale depuis la France, elles se sont reliées à l’Hexagone par de nouvelles lignes aériennes, avec Transavia, easyJet, Air Montenegro ou encore Atlantic Airways .

« Tout en renforçant les liaisons classiques, nous essayons de diversifier notre réseau en proposant des sites hors des sentiers battus »explique Nicolas Henin, directeur général adjoint de Transavia.

Tout en renforçant les liaisons classiques, nous essayons de diversifier notre réseau en proposant des sites hors des sentiers battus

Nicolas Henin, directeur général adjoint de Transavia

Cette stratégie commerciale participe à une meilleure répartition des flux, dans l’intérêt à la fois des voyageurs, de l’environnement et des habitants tourmentés par le tourisme de masse. Mais investir dans une destination sans infrastructure touristique est un pari pour une compagnie aérienne.

Un rôle déterminant

« Pour l’archipel des Açores, au Portugal, on a longtemps hésité. C’est un paradis pour les amateurs de randonnée…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 87% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ? Connectez-vous

.

Categories
Actu france Environnement Monde Sport Tourisme Vacances

Dix adresses pour dormir près des châteaux de la Loire

Après une journée passée à visiter Chambord, Azay-le-Rideau, Amboise ou Chenonceau, il est temps de se trouver un joli hôtel pour profiter au mieux de cette escapade dans le Val de Loire. Voici dix bonnes adresses au plus près des châteaux, entre 50 euros et 270 euros la nuit.

Au hasard des méandres du fleuve et des forêts, la Vallée de la Loire, égrène un millier de châteaux des plus connus, Chambord, Cheverny, Chenonceau, Blois, Amboise, aux plus intimistes, tel Troussay, le plus petit. Pour les découvrir, chacun à son rythme, dix escales hôtelières plus ou moins étoilées. En attendant l’ouverture, en juin, de Fleur de Loire à Blois, cinq-étoiles écoresponsable du chef étoilé Christophe Hay.

Le Brame de Sologne : pour la sérénité

Près du château de Chambord, voilà un trois-étoiles comme on les aime, sans prétention. Le Brame de Sologne / Photopresse

Bardage en bois, toiture végétalisée, plastique réduit, bravo ! Près du château de Chambord, voilà un trois-étoiles comme on les aime, sans prétention, chaleureux, aux 20 chambres dont 6 suites très agréables à vivre. En prime, un espace bien-être hammam et sauna, privatisable. Et, la bonne idée pour combler les petites et grandes faims en l’absence d’une vraie table, des planches apéro bien garnies pour deux… à 19 € ou à dîner, un grand choix de bocaux de la maison Bocaux du bocage, avec entrée , plat dessert, à déguster dans sa chambre ou dans le restaurant, 26 €. Avec de bons vins vendus à prix très raisonnable. Petits déjeuners copieux en buffet. À partir de 80 €.

Le Brame de Sologne, 4 bis route de Sologne, 41500 Muides-sur-Loire. Tél. : 02 55 59 05 24.

Hôtel L’Orée des Châteaux : miniprix, maxi-sourire

Idéalement situé sur la route des châteaux de La Loire, L’Orée des Châteaux à Bracieux est à seulement 10 kilomètres de Chambord et Cheverny et 20 kilomètres de Blois. L’Orée des Châteaux / Photo presse

Récemment rénové, près de Chambord et de Cheverny, ce deux-étoiles se prête tout autant aux séjours en couple qu’en famille grâce à ses chambres et appartements dédiés. La carte de son restaurant propose des pizzas revisitées avec des produits régionaux. Le petit déjeuner buffet mixe aussi friandises, en majorité régionales, salées et sucrées ». L’accueil souriant, attentionné et efficace emporte vite l’adhésion des plus ronchons. A partir de 50 €.

Hôtel L’Orée des Châteaux, 9bis route de Blois, 41250, Bracieux. Tél. : 02 54 46 40 19.

Le Saint-Florent : nuits calmes pour becs sucrés

Le Logis Hôtel le Saint Florent ***, situé à Mont-près-Chambord à 10 minutes des châteaux de Chambord et de Cheverny. Logis Le Saint-Florent / Photo presse

Comme beaucoup d’hôtels ayant profité du confinement pour se refaire une beauté, ce trois-étoiles labellisé Logis (catégories Cosy et Gourmand) brille comme un sou neuf, avec ses 17 chambres pimpantes, rénovées. Peu de charme certes, mais bien pour un séjour quasi à l’ombre des châteaux avec son sauna privatisable et la possibilité de louer des vélos. Côté resto, carte courte, trouée par le chef, propriétaire des lieux. Menu très correct à 25 € aux succulents desserts. Chambre à partir de 70 €. Qui dit mieux ?

Logis Le Saint-Florent, 14 rue de la Chabardière, 41250 Mont-près-Chambord. Tél. : 02 54 70 81 00.

Hôtel de la Sologne : au cœur de Beaugency

L’Hôtel de la Sologne est situé sur une place arborée, au pied d’une abbatiale. Les chambres sont au calme, tout en étant au centre du vieux Beaugency. Hôtel de la Sologne / Photopresse

Son harmonieuse façade en pierre du XVIIIe siècle ne dépare pas le quartier historique de Beaugency, petite ville réputée pour son château des XVe et XVIe siècles et ses demeures Renaissance. Agréable de gagner à pied le centre, le soir, pour dîner ou tout simplement se balader. Les 15 chambres, dont certaines familiales pour quatre, de belle taille, au calme, avec leur vaste salle de bains justifient ses 3 étoiles. À partir de 65 €.

Hôtel de la Sologne, Place Saint-Firmin, 45190 Beaugency. Tél. : 02 38 44 50 27.

Le Clos d’Amboise : chez Gargantua

Le Clos d’Amboise est situé au cœur de la ville authentique et pittoresque de la Cité Royale. Le Clos d’Amboise / Photopresse

Autre coup de cœur, cette maison patriarcale du XVII siècle, où vécut Jean Langlois, grand écuyer et maréchal de Logis de Louis XIV et Louis XV, devenue quatre-étoiles cosy. Certaines de ses chambres et suites concernant le château. Une situation d’exception au cœur de la ville, près de tous les centres d’intérêt dont le château royal, l’un des trois de la Loire (les deux autres étant Chambord et Blois), le Clos Lucé de Léonard de Vinci ou encore les jolies rues commerçantes. Un séjour aux petits oignons, dans le grand parc où les roses flirtent avec de grands cèdres. Le soir, on savoure les spécialités du chef soit dans l’élégante salle, soit en terrasse. Menu premier 30 €, à la carte, compter 50 €. Chambre à partir de 152 €.

Le Clos d’Amboise, 27 rue Rabelais, 37400 Amboise. Tél. : 02 47 30 10 20.

Le château de la Giraudière : grande maison, bel accueil

Au cœur de la Sologne des Étangs et aux portes de la Vallée de la Loire, le calme de la propriété est idéal pour y trouver quiétude et intimité. Château de la Giraudière / Photopresse

Cinq chambres et suites au cœur de ce joli bâtiment du XVIIIe siècle entouré d’un parc paysager aux chênes centenaires et de 600 hectares de terres. Dîner aux chandelles dans le château ou sur la terrasse l’été, petit déjeuner soigné et bon participer largement aux plaisirs du séjour. Prêt de bicyclette pour filer jusqu’à Chambord, produits de courtoisie bio Maison Caulières, comme à l’hôtel de Crillon, et depuis ce printemps un bassin de nage pour se rafraîchir après avoir arpenté Chambord tout proche. À partir de 180 €.

Château de la Giraudière, La Giraudière, 41220 Villeny. Tél. : 06 37 21 34 85.

Les Hautes Roches : troglodyte chic

Ce Relais & Châteaux concilie le charme de 14 chambres et suites très design, dont une partie troglodyte. Les Hautes Roches / Photopresse

Surplombant la Loire, niché en partie dans la roche, comme les maisons troglodytes alentour, ce Relais & Châteaux concilie le charme de 14 chambres et suites très design, dont une partie troglodyte justement, et une table étoilée, celle du chef Didier Edon. Le décor rêvé pour « faire la route des châteaux » et visiter les caves proches de Vouvray, un des vins de Loire les plus réputés, tranquilles ou pétillants. Au restaurant, le chef marie avec intelligence produits du terroir et produits de la mer (il est Breton). Son premier menu en 5 services est à 76 €. À la carte, compter 100 €. Chambre à partir de 270 €.

Les Hautes Roches, 86 quai de la Loire, 37210 Rochecorbon. Tél. : + 02 47 52 88 88.

Grand Hôtel du Lion d’Or à Romorantin : Histoire de France et de famille

Construit en 1530 par un ami du roi François 1er, cet hôtel particulier Renaissance fut la résidence des premiers échevins et maîtres drapiers de la ville. Grand Hôtel du Lion d’Or / Photo presse

Résidence des premiers échevins de la ville, construite au XVIe siècle, par un noble, ami de François 1er, la bâtisse Renaissance, est auberge depuis 1774, Les Clément, père étoilé, maman attentive à la décoration et fille au service chouchoutent les hôtes des 16 chambres et suites de ce Relais & Châteaux, un des premiers membres de la chaîne. Séjour gastronomique avec une jolie cuisine du terroir, menu à partir de 120 €. Organisation d’expériences sur-mesure possibles, écoute du brame du cerf dans un abri en forêt, survol en Cessna ou montgolfière des châteaux. Chambre, à partir de 210 €.

Grand Hôtel du Lion d’Or, 69 Rue Georges Clemenceau, 41200 Romorantin-Lanthenay. Tél. : 02 54 94 15 15.

Relais de Chambord : le voisin de François 1er

Le Relais de Chambord profite d’un cadre royal et unique face au château, joyau de la Renaissance et de la vallée de la Loire. Relais de Chambord / Photopresse

Small Luxury Hotel of the world, ce quatre-étoiles est le seul hôtel dans l’enceinte même du château. Une poignée de ses 55 chambres et suites ouvre sur la demeure de François 1euh, d’autres sur le Cosson, cours d’eau la séparant du château, et certaines, moins glamour sur le parking. Les plus hardis opteront pour la toue (sorte de barque à fond plat) – cabanée sur l’eau… Ayant décroché pour 50 ans la concession des lieux, appartenant au domaine de Chambord, l’homme d’affaires Frédéric Jousset, s’est attaché les services de l’architecte Jean-Michel Willmotte pour réparer le très vieillissant Hôtel Saint Michel. Trois tables : gastronomique (menu découverte 90 €) brasserie (salades, burgers, sandwichs — et bar en terrasses. Donnez un spa Nuxe pour un séjour, royal ou presque. Coups de cœur pour les chambres 122 et 215. À partir de 172 € sans vue sur le château, 290 € avec.

Le Relais de Chambord, place Saint Louis, 41250 Chambord. Tél. : 02 54 81 01 01.

Les Sources de Cheverny : en trois coups de pédale, le château

Autour des étangs, des cabanons en bois noirci en forme de longères contemporaines sont dessinés et coiffés d’un patchwork de toits en zinc et ardoise – clin d’œil aux hameaux des alentours. La suite du Baron perché et son belvédère. Éric Martin / Le Figaro Magazine

Ouvert en 2020, entre bois, vignobles et pâturages, le cinq-étoiles compte 49 chambres et suites éparpillées entre le château du Breuil du XVIIIe siècle et les cabanes chics. Deux tables : « Le Favori » qui a décroché une étoile (menu à partir de 120 €), « l’Auberge » bistronomique avec de belles grillades (menu à partir de 32 ) , ont même s’ajouté un bar à vins. Piscines, chevaux, vélos, balades en toue sur la Loire, vol en montgolfière, et superbe spa ouvrant sur la nature. Le ton est donné, bobo de bobo. À partir de 200 € en basse saison, les prix s’envolent les week-ends et l’été.

Les Sources de Cheverny, 23 route de Fougères, 41700 Cheverny. Tél. : 02 54 44 20 20.


À VOIR AUSSI – Le château de Versailles vu par Franck Ferrand

.