Categories
Actu france Environnement Monde Sport Tourisme Vacances

Le Martinez, le Pavyllon, le Grand-Hôtel… 5 adresses magiques à Cannes et au-delà

Adresses magiques à Cannes et escales inoubliables autour de la ville-cinéma… Notre sélection officielle.

Deux échelles mythiques

Le Grand-Hôtel du Cap-Ferrat

Le décor : posé à la pointe de la presqu’île du Cap Ferrat, au milieu d’un parc de 7 hectares surplombant la mer, cet établissement, constitué en 1908, portant les couleurs de Four Seasons, a vu disparaître tout ce que la planète compte de célébrités… Pour son centenaire, il a fait peau neuve. Résultat : 74 chambres, 24 suites et une villa privée. Une nouvelle aile, baptisée La Résidence, comporte 8 suites prolongées d’une piscine creusée dans la roche. L’hôtel est truffé d’œuvres : tapisserie de Fernand Léger, table signée Lalique, tableaux de peintres contemporains…

À lire aussiSoleil de printemps : où partir pour un week-end de 3 jours à 3 heures d’avion

Le tableau : trois restaurants, trois ambiances différentes. Le Cap, 1 étoile, dirigé par le chef Yoric Tièche, affiche une carte provençale, La Véranda privilégie une cuisine légère et le Poolside Grill du club Dauphin proposent une sélection de poissons et de fruits de mer, au bord de la fameuse piscine.

On y va pour ? S’offrir une nouvelle retraite bien-être, dont les quatre piliers sont l’exercice physique, la relaxation, la nature et une alimentation saine. On s’y adonne au yoga, à des séances de respiration, de qi gong en plein air et d’activités aquatiques pour se ressourcer. Le tout accompagné de cours de poterie, d’art floral ou d’aquarelle.

À partir de 710 €. fourseasons.com/fr/capferrat

L’Hôtel Martinez, à Cannes

L’hotel Martinez Michel Figuette

Le décor : interprété en 1929, l’Hôtel Martinez évoque la Riviera des Années folles. Revu par l’architecte Pierre-Yves Rochon en 2018, ce fleuron de The Unbound Collection by Hyatt abrite, derrière sa mythique façade blanche, 409 chambres, dont 99 suites. Mention particulière aux appartements du septième étage dédiés à deux grandes figures du cinéma : Isabelle Huppert et Thierry Frémaux, délégué général du Festival de Cannes.

Le tableau : sous la houlette du chef Christian Sinicropi, Cannois d’origine, l’hôtel propose plusieurs restaurants. Star du lieu : La Palme d’Or, 2 étoiles au Guide rouge, on s’y régale d’un dîner avec accord mets et vins. Quant au Jardin du Martinez, planté d’essences méditerranéennes, il se donne des allures d’éden provençal. Enfin, La Plage affiche une ambiance yachting : canapés bleus, transats et parasols blancs, long ponton de bois. Un lieu incontournable pour un déjeuner ou un brunch le week-end.

On y va pour ? Découvrir dans l’atmosphère feutrée du bar la célèbre malle en vernis blanc abritant une incroyable collection des meilleurs gins du monde. L’occasion de déguster le Citadelle made in France, réalisé à base de 19 épices et accompagné de pintxos.

À partir de 433 €. hyatt.com

Trois tables étoiles

Le Pavyllon, à Monaco

Hôtel Hermitage, le Pavyllon Monte-Carlo LANNERETONNE

Yannick Alléno a nommé son Pavyllon Monte-Carlo, table sur flots du sublime Hôtel Hermitage, à l’œil de Chahan Minassian. L’architecte d’intérieur d’origine arménienne a fait sienne cette échelle du Rocher. Le « chahanisme » y opère avec le naturel des belles matières. Un immense comptoir en bois métallisé, avant-scène d’une cuisine ouverte au carrelage géométrique, crée d’emblée un esprit de convivialité. On se laisse happer par les gestes de la brigade et le kaléidoscope de la mer se reflétant dans de petits miroirs fumés. Chatoiement et cérusé, tons gris-vert, chaque élément a été pensé comme un subtil rappel de la Méditerranée, sur lequel une terrasse XXL déploie son jardin suspendu. On s’y régale de lasagnes vertes, d’un gratin de pâtes basilic, citron, poutargue, d’un merlan de ligne en fish & chips, d’un feuille-à-feuille de bœuf aux câpres…

Pavyllon Monte-Carlo, Hôtel Hermitage, square Beaumarchais, 98000 Monaco. montecarlosbm.com

Le Bella, à Cannes

Hôtel Belle Plage, la Bella. Service Presse

Perché sur le rooftop de l’hôtel Belle Plage, Bella est le tout nouveau nid-de-pie festif et haut en saveur de la Riviera. Aux commandes : le chef étoilé Eyal Shani. Figure de proue de la scène culinaire intégrée, déjà à la tête de Miznon, triptyque de joyeuses cantines levantines à Paris, et de tables inratables d’Ibiza, New York, Tel Aviv…, le voilà cannois. Vue grand large, décor bleu-blanc-sable, au casting des assiettes de ce bio au pic, les légumes, glanés de bon matin au marché, ont le rôle-titre. Des poissons tout juste débarqués du vieux port font leur happening. Bruschetta de chiffon de poulpe, mezzé de poivrons rouges rôtis au cœur de pousses d’artichaut et baba ganoush, pita de crevettes à la vapeur d’eau de mer, boulettes de merlu au sent-bon de tomate, plats de partage… Quand la Duo de fontes Méditerranée et le Moyen-Orient, ça réjouit le palais et la vita et bella !

Belle Plage Hôtel, 2, rue Brougham, square Mistral, 06400 Cannes. hotelbelleplage.fr

ALYA’S by SW, à Saint-Rémy-de-Provence

Plat pakistanais du restaurant l’ALYA’S by SW. Service Presse

Retour aux sources pour Sylvestre Wahid, chef doublement étoilé, aujourd’hui à la tête de son restaurant éponyme à Courchevel. Il profite de l’été, dès ce mois de mai, pour se mettre aux fourneaux familiaux à Saint-Rémy-de-Provence, où son frère, le pâtissier Jonathan Wahid, et sa belle-sœur, la cheffe Fanny Rey, tient auberge . Au menu : une cuisine, clin d’œil à ses origines pakistanaises. Épices et tandoori, légumes et poisson d’ici, lassi de là-bas, dhal de lentilles royales et gombo cuisinés à la façon « de sa mère »… vaut le voyage.

ALYA’S by SW, L’Auberge de Saint-Rémy, 12, boulevard Mirabeau, 13210 Saint-Rémy-de-Provence. aubergesaintremy.com

.

Categories
Actu france Environnement Monde Sport Tourisme Vacances

le bilan de l’explosion de l’hôtel Saratoga monte à 43 morts

Le bilan provisoire de l’explosion ayant soufflé l’hôtel Saratoga de La Havane est passé mardi 10 mai à 43 morts, après la découverte d’un nouveau corps sous les décombres, en cours d’identification. Selon le ministère de la Santé, 54 personnes ont aussi été blessées dans l’explosion, survenue vendredi matin, et 17 d’entre elles sont encore hospitalisées. Plus tôt dans la journée, les corps de deux voisins, une femme de 77 ans et un homme de 55 ans, avaient été retirés des décombres.

L’hôtel Saratoga, emblématique de la vieille Havane, était fermé depuis deux ans en raison de la pandémie et se préparait à rouvrir au public ce mardi, après des travaux. Les quatre premiers étages de l’établissement cinq étoiles ont été soufflés par l’explosion, au moment où un camion-citerne le ravitaillait en gaz. Sur les 51 employés présents sur place au moment du drame, 23 ont été tués, trois restent hospitalisés et 22 ont pu sortir de l’hôpital, a indiqué mardi en conférence de presse Roberto Enrique Calzadilla, délégué de l’entreprise touristique Gaviota, détenue par l’armée cubaine.

80% de la structure affectée

Trois employés sont restés portés disparus : «deux serveuses et un cuisinier», at-il précisé. Les premières constatations ont montré que la structure de l’hôtel a été «exploité à 80%» par la déflagration, selon Roberto Enrique Calzadilla.

Le Saratoga est connu pour avoir accueilli plusieurs célébrités ces dernières années, dont Mick Jagger, Beyoncé et Madonna. Construit en 1880 pour abriter des magasins, le bâtiment a été transformé en hôtel en 1933 et est devenu un établissement de luxe en 2005. Le tourisme est la principale activité économique de Cuba, après la vente de services médicaux, et peine à se relever de la pandémie de coronavirus.


À VOIR AUSSI – Explosion de l’hôtel Saratoga à Cuba: «40 personnes sont décédées», annonce le maire du quartier

.

Categories
Actu france Environnement Monde Sport Tourisme Vacances

le bilan monte à 26 morts, pas de nouveaux survivants

« Ma fille travaille au Saratoga, elle est là (sous les décombres) depuis hier, à huit heures du matin, et depuis tout ce temps je ne sais rien d’elle », a raconté, éplorée, Yaumara Cobas à des journalistes, expliquant n’avoir trouvé sa fille ni à la morgue ni dans un hôpital.

Les recherches dans les étages supérieurs de l’immeuble n’ont permis de trouver aucun corps ni survivants, a indiqué un pompier sur place. Elles se concentrent désormais dans les deux étages souterrains dont l’accès est compliqué par la grande quantité de gravats, a révélé un journaliste de l’AFP.

Des équipes cynophiles et de secouristes portant des outils de détection de possibles survivants espèrent accéder au sous-sol, d’où une femme avait émis un appel au secours vendredi après-midi.

« Il faut avancer, il peut y avoir encore des camarades qui sont en dessous, en vie, et plus nous tardons, moins ils ont de possibilités de rester en vie », a déclaré, sur place, Ramiro Valdés, vice-Premier ministre et commandant de la révolution de 1959.

Selon un nouveau bilan officiel, 26 morts, dont quatre enfants et adolescents, sont décédées dans cette explosion probablement due à une fuite de gaz. Sur les 45 blessés encore hospitalisés, neuf sont dans un état critique et six dans un état grave.

Le précédent bilan faisait état de 25 morts, dont une Espagnole.

« Une touriste espagnole est décédée et un autre citoyen espagnol est gravement blessé après l’explosion de l’hôtel Saratoga. Toute notre affection aux familles et à toutes les victimes et blessés. Tout notre soutien aussi au peuple cubain », a tweeté le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez.

Situé à deux pas du célèbre Capitole, siège de l’Assemblée nationale, le Saratoga est un emblème de la vieille Havane avec sa façade verte reconnaissable et son image d’hôtel des stars – il a notamment accueilli Mick Jagger, Beyoncé et Madonna.

Mais samedi matin, il affichait sa carcasse éventrée, les quatre premiers étages ayant été soufflés par l’explosion.

« Solidaire »

« Ce qui s’est passé est très regrettable, la destruction, surtout les pertes de vies, et aussi les personnes blessées, mais une fois de plus je veux souligner la rapidité avec laquelle la population et les institutions se sont mobilisées », a écrit sur Twitter le président Miguel Diaz-Canel.

« C’est la solidarité qui a primé », at-il ajouté alors que de nombreux Cubains se sont précipités vendredi pour donner leur sang et venir ainsi en aide aux blessés.

Les habitants des logements voisins endommagés par l’explosion ont été évacués par précaution vers des centres d’hébergement, indiqués à la télévision.

En travaux, l’hôtel Saratoga était fermé depuis deux ans aux touristes en raison de la pandémie.

Seuls se décrivent à l’intérieur des ouvriers et des employés en train de préparer sa réouverture, prévue à partir du 10 mai.

Construit en 1880 pour y abriter des magasins, l’immeuble de style néoclassique avait été transformé en hôtel en 1933 et rénové afin d’en faire un établissement de luxe en 2005, classé 5 étoiles avec ses 96 chambres, ses deux restaurants et sa piscine sur le toit.

Les premiers éléments indiquent qu’une fuite de gaz, lors d’une opération de ravitaillement par un camion-citerne, serait à l’origine de l’explosion, survenue vendredi vers 11H00 (17H00 heure belge).

Vendredi, les États-Unis, le Canada, l’Union européenne et le Venezuela ont notamment exprimé leurs condoléances aux autorités cubaines.

« La Chine est profondément attristée par la perte de vies dans (cet) accident et exprime ses sincères condoléances aux familles endeuillées et aux blessés », a commenté samedi le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian.

De son côté, le président russe Vladimir Poutine a également transmis ses condoléances à son homologue, selon le ministère russe des Affaires étrangères.

.