Categories
Actu france Environnement Monde Sport Tourisme Vacances

nos meilleures expériences à la belle saison autour de Corte

Avec 120 sommets de plus de 2000 m, la montagne corse n’a rien à envier aux massifs du Continent. En été, ses grands espaces constituant un formidable terrain de jeu ainsi qu’une alternative réussie à un séjour sur la côte.

Terre de quiétude mais aussi d’émerveillement, la montagne corse recèle des trésors naturels d’exception. Tous ses principaux massifs – Monte Cinto, Monte Rotondo, Monte Renoso ou Monte Incudine – sont protégés par le Parc naturel régional de Corse, qui concerne plus de 50 % de la superficie totale de l’île de Beauté. Un territoire sauvage où se rencontre une biodiversité unique en Méditerranée : le mouflon corse, le cerf élaphe, le gypaète barbu ou la sittelle sont ici chez eux, évoluant entre forêts de hêtres, pins laricio, prairies d’altitude et crêtes rocheuses.

Pour découvrir facilement cet univers grandiose mais parfois reculé, le mieux est d’installer son camp de base autour de Corte, l’agréable « capitale » de la Corse intérieure. Il sera alors aisé de rayonner vers les différentes vallées des environs, de la Restonica au Tavignano et du Vecchio à l’Asco, sans oublier la région méconnue du Niolo. En complément, on pourra aussi faire un détour par la verdoyante Castagniccia, où le châtaignier est roi.

S’offrir des panoramas à couper le souffle

Au-dessus du village de Vivario, la silhouette du fort de Pasciolo défiant le Monte Cardo compose un tableau saisissant. Jean Tiffon / Le Figaro

Nul besoin d’être un grand sportif pour profiter des panoramas du Centre Corse : il suffit d’emprunter ses routes, qui serpentent au creux des gorges et partent à l’assaut des montagnes ! Aux portes de Corte, remonter la vallée de la Restonica procurez-vous déjà de belles sensations : on rejoint les bergeries de Grutelle en suivant la rivière au milieu d’un irrésistible décor rocheux. Plus au sud, la route qui grimpe vers le col de Vizzavona offre des vues spectaculaires sur les gorges du Vecchio, enjambées par un viaduc signé Eiffel. Au-dessus du village de Vivario, la silhouette du fort de Pasciolo défiant le Monte Cardo compose un tableau saisissant. Au nord, sur la route du Niolo, la vertigineuse Scala de Santa Regina dérouler des paysages façonnés par le minéral, offrant un aspect quasi désertique.

  • Notre conseil : le voyage en train entre Corte et Vizzavona (compter une petite heure de trajet) permet aussi d’en prendre plein les yeux ! L’aller-retour est possible dans la journée. Infos sur le site des Chemins de fer de la Corse.

Randonner au cœur d’une nature éblouissante

Dans la Restonica, le sentier qui grimpe vers les lacs glaciaires de Mélo et Capitello fait figure de classique ; seul bémol, il est parfois très cité au cœur de l’été. D. Salielli / OT Centre de Corse

Si le fameux GR 20 ou le Mare a mare nord traverse la région, il n’est pas nécessaire de s’engager dans ces randonnées exigeantes pour profiter de la montagne et de ses merveilles. Dans la Restonica, le sentier qui grimpe vers les lacs glaciaires de Mélo et Capitello fait figure de classique ; seul bémol, il est parfois très cité au cœur de l’été. À quelques kilomètres, la haute vallée du Tavignano ne connaît pas ces problèmes : accessible uniquement à pied, la zone offre de splendides randonnées, à l’image de celle de l’Arche de Corte. Plus au sud, une grande piste mène à la Cascade des Anglais en traversant la forêt de Vizzavona, ombragée de hêtres et de pins laricio. Un Parc Aventure propice à la pratique de l’accrobranche s’y cache. Outre la randonnée, les plus sportifs pourraient aussi s’adonner à l’escalade sur les hauteurs de Capitello ou à la via ferrata dans la Vallée de l’Asco.

  • Avertissement : la montagne n’est pas sans danger. Avant de s’engager sur les sentiers, il faut s’informer sur les conditions climatiques et s’équiper correctement (chaussures de marche, vêtements chauds en cas d’intempérie, eau et provisions, etc.).

Se baigner dans l’eau pure des rivières et des torrents

Les possibilités de baignade en eau vive sont innombrables dans la région. D. Salielli / OT Centre de Corse

Les possibilités de baignade en eau vive sont innombrables dans la région. Trous d’eau et vasques alimentés par une eau limpide se succèdent le long du cours de la Restonica. Après le bain, une sieste sur un rocher s’impose ! Moins utilisée, la vallée du Tavignano cache aussi de superbes piscines naturelles comme celle de Lavu di a Matra, où l’on peut nager tranquillement. Plus au nord, la Vallée de l’Asco un tout du paradis pour ceux qui souhaitent se rafraîchir dans un cadre naturel grandiose. Notre spot préféré ? Le pont génois situé sous le village d’Asco, où les gamins s’amusent à plonger quand le niveau de l’eau est suffisant. Plus au sud, en direction de Vivario, le Vecchio se prête bien au canyoning : faites appel à Canyon Corse pour organiser votre randonnée aquatique.

  • Notre conseil : il est fortement déconseillé de se baigner en cas d’orage. Le niveau de l’eau peut alors s’élever brutalement.

Goûter aux saveurs locales et rencontrer des producteurs

La ferme d’Une Chjusellina produit du veau corse, de l’agneau de lait et des charcuteries issues de porc nustrale. Presse photographique

Votre quête de produits gourmands risque bien de s’éterniser sur ce territoire où la tradition n’est pas un vain mot. Comme ailleurs en Corse, on peut suivre la Route des Sens Authentiques pour dénicher les meilleurs producteurs locaux. La ferme d’Une Chjusellina produit du veau corse, de l’agneau de lait et des charcuteries issues de porc nustrale. À la table de son auberge, on déguste terrine au figatellu, beignets au fromage, farcis de légumes et sauté de veau. À Venaco, Mathieu Guglielmi préparation d’exceptionnels fromages de brebis au lait cru. Terre de transhumance, la vallée du Niolo accueille de nombreux bergers comme la famille Albertini, à Albertacce. Il faut absolument goûter à leur casgiu niulincu ! C’est moins connu mais le Centre Corse possède aussi un vignoble remarquable, le domaine Vico. Produits dans les trois couleurs, ses vins font preuve de caractère grâce à des conditions climatiques originales – altitude, amplitude thermique – et des sols spécifiques.

  • Pour les gourmands : les douceurs ne manquent pas non plus. À Soveria, on se régale des chocolats et confiseries d’Alexia Santini tandis qu’à Piedigrigio, on déguste les biscuits croquants d’Anne Marchetti.

Découvrir les secrets de Corte, ancienne capitale de la République corse

On chemine avec bonheur Corte, admirant au passage la discrète chapelle Sainte-Croix avant de gagner la citadelle. Jean Tiffon / Le Figaro

Dominée par un rocher sur lequel une citadelle a été créée dès 1419, Corte possède d’une place à part dans l’imaginaire corse. En effet, c’est dans cette ville que Pascal Paoli a installé sa capitale durant la brève indépendance de l’île, entre 1755 à 1769. Le Palais national abritait ainsi son gouvernement, tout en hébergeant la première université de Corse. Il faut prendre le temps de se balader dans les jolies rues de la ville, bordées de hautes demeures en pierre coiffées de toits de lauze. On chemine avec bonheur de place en place, admirant au passage la discrète chapelle Sainte-Croix avant de gagner la citadelle. Construite par un seigneur corse allié des Aragonais, elle a ensuite été remaniée par les Génois et les Français. Ce nid d’aigle abrite aujourd’hui le musée de Corse, qui présente un intéressant fond ethnographique sur l’île et ses traditions ainsi que d’ambitieuses expositions temporaires. Après Matisse en 2021, place à l’architecture insulaire en 2022 !

  • Visite guidée : pour ceux qui souhaitent approfondir leur découverte de Corte, l’office de tourisme organise des visites intéressantes thématiques de la ville. Renseignements au 04 95 46 26 70.

Carnet pratique

Y ALLER

Air France, Air Corsica, Transavia, Volotea et Easyjet desservent Bastia – l’aéroport le plus facilement accessible depuis Corte – au départ de Paris et de très nombreux aéroports de Province.

Corsica Ferries et Corsica Linea proposent des traversées en bateau entre le continent et Bastia au départ de Marseille, Toulon ou Nice.

OU DORMIR ?

Élégante demeure du XIXe siècle nichée en pleine forêt, ce quatre-étoiles met l’accent sur la culture corse et ses traditions. Presse photographique

Hôtel U Castellu

Élégante demeure du XIXe siècle nichée en pleine forêt, ce quatre-étoiles qui met l’accent sur la culture corse et ses traditions promettent une pause rafraîchissante dans la chaleur de l’été. Les sentiers sont innombrables dans ses environs, et la gare à seulement 10 minutes à pied. Chambres à partir de 120 €.

Hôtel U Castellu , Vizzavona, 20219 Vivario. Tél. : 04 95 30 53 00.

Dominique Colonna

Hôtel de charme posé en pleine nature, l’établissement réserve de belles surprises avec ses chambres au look contemporain, sa terrasse alanguie au bord de la Restonica et sa piscine. Chambres à partir de 140 €.

Hôtel Dominique Colonna, lieu dit Restonica, 20250 Corte. Tél. : 04 95 45 25 65.

Refuge de la Séga

Gardé de fin mai à mi-octobre, le refuge de la Séga est idéal pour s’accorder une nuit en pleine montagne. D’une capacité de 36 places et dortoirs simples de huit places, pas de couvertures, mais des repas peuvent être servis en soirée. Réservations très à l’avance sur : pnr-resa.corsica. Vallée du Tavignano. Tél. : 09 71 72 36 80.

BONNES TABLES

Classique cortenais s’il en est, U Campanile mise sur une bonne cuisine traditionnelle corse, aussi savoureuse que généreuse. Compter environ 25 € pour un repas. 2 rue de l’Église, 20250 Corte. Tél. : 06 25 78 12 49.

La Rivière des Vins régale les bons vivants avec ses charcuteries insulaires et ses viandes locales cuites au feu de bois. Compter environ 25 € pour un repas. 5 rampe Sainte-Croix, 20250 Corte. Tél. : 04 95 46 37 04.

À quelques minutes du centre de Corte, L’Ostaria de l’Orta dispose, en plus de ses chambres d’hôtes, d’une bonne table où les produits du cru et les légumes du jardin sont à l’honneur. essayez de repartir avec l’une des délicieuses conserves de la maison. 2 av. du Pont de l’Orta, 20250 Corte. Tél. : 04 95 61 06 41.

DOUCEURS

La pâtisserie Casanova régale Cortenais et becs sucrés de passage depuis 1887. Elle est réputée pour sa falculelle – une variante du fiadone préparé avec du brocciu, du jaune d’œuf et du sucre – ou pour ses fondants à la châtaigne. 4 cours Paoli, 20250 Corte. Tél. : 04 95 46 32 49.

Maison Alexia Santini – Confiserie Saint-Sylvestre, 20250 Soveria. Tél : 04 95 47 42 27.

PRODUITS DU TERROIR

L’épicerie A Robba Paisana regroupe plusieurs producteurs de la région et fonctionne en circuit court. 7 av. de la République, 20250 Corte. Tél. : 06 79 55 53 06.

Particulièrement photogénique avec ses étagères regorgeant de victuailles et ses charcuteries qui pendent au plafond, L’Epicerie Ghionga se visite presque comme un musée ! Elle existerait depuis plus de deux siècles. 9, rue du Vieux-Marché, 20250 Corte. Tél. : 04 95 58 70 86.

L’Andatu disposer d’un très beau choix de produits du terroir provenant de chez différents artisans locaux. Impasse du Cours, 20250 Corte. Tél. : 04 95 46 11 98.

À VOIR, À FAIRE

Musée de la Corse, rue de la Citadelle, 20250 Corte. Tél. : 04 95 45 25 45.

L’agence Couleurs corse programme différents séjours dédiés à la randonnée, accompagnés ou assistés, dans tous les massifs et sur le GR 20.

SE RENSEIGNER

Office de tourisme de Corte : corte-tourisme.com

Office de tourisme de Corse : visite-corse.com

.

Categories
Actu france Environnement Monde Sport Tourisme Vacances

Nos cinq plus belles plages de Corse, du nord au sud de l’Île de Beauté

Sable blanc et eau turquoise : les plages corses n’ont rien à envier aux îles du bout du monde. Tour d’horizon des bords de mer les plus idylliques.

Ah les plages de Corse… Souvent comparées, à juste titre, à celles de destinations exotiques, elles «crèvent les yeux», littéralement. Toutes différentes, elles ont pour dénominateur commun deux ingrédients essentiels : du sable blanc et des eaux turquoise. Passage en revue de ses plus beaux joyaux.

Rondinara (Corse du Sud)

La plage de Rondinara, en Corse, une anse en forme de coquillage parfaitement dessinée. Adobe Stock / Samuel B.

Effet waouh assuré ! À mi-chemin entre Porto Vecchio et Bonifacio, imaginez une anse en forme de coquillage, parfaitement dessinée, fermée par deux presqu’îles couvertes de maquis qui s’avancent l’une vers l’autre, comme le fermoir d’un collier. Entre les deux, un liséré de sable blanc baigné par des eaux turquoise et peu profondes, et bordé de pinède.

En période estivale, ce tableau est agrémenté de voiliers au mouillage dans la baie. À l’exception d’une paillote, aucune habitation ne vient défigurer ce paysage de rêve. Seul hic : un accès par une route étroite un peu malaisée.

Y aller

Route T10 entre Bonifacio et Porto-Vecchio, puis D158 sur la droite, en direction de Suartone. Parking payant en saison.

Palombaggia (Corse du Sud)

Palombaggia, c’est un ruban de sable de 3 km léché par une mer cristalline. Adobe Stock / pkazmierczak

Sur le podium des plages de rêve, Palombaggia peut prétendre occuper la première place. « Idyllique », l’adjectif paraît bien faible quand on découvre cet emblème des beautés naturelles du sud de la Corse, près de Porto Vecchio.

Frangée d’une pinède d’un vert éclatant, elle déroule un ruban de sable blanc sur 3 km, ponctué d’éperons rocheux et léché par une mer cristalline. Les couchers de soleil y sont splendides lorsque les rochers en partie immergés dans l’eau bleue ruissellent de teintes fauves et que les îles Cerbicale se détachent en ombres chinoises sur l’horizon.

Y aller

De Porto-Vecchio, prendre la T10 vers le sud puis bifurquer à gauche vers la D859.

Saleccia (Haute Corse)

Difficile d’accès, la plage de la Saleccia se mérite. Adobe Stock/mattei

Du sable blanc sur 1 km et des fonds translucides que l’on croirait copiés-collés d’un paysage des Seychelles… On ne se lasse pas de cette merveille aux allures tropicales, bordée d’un cordon dunaire piqueté d’oyats et de pins d’Alep. C’est la plage parfaite pour passer une journée farniente ou baignade.

La Saleccia se mérite : son accès en voiture, par une mauvaise piste à travers le désert des Agriates, est difficile. Un sentier littoral la repose à d’autres sublimes étendues de sable, dont la plage de Lodoà l’est (en 45 minutes), et la plage de Ghignuà l’ouest, moins mentionnée.

Y aller

Du hameau de Casta, sur la D81, une piste caillouteuse de 12 km descendre jusqu’à la plage. On peut s’épargner le trajet en voiture en prenant l’une des navettes maritimes au départ de Saint-Florent (www.lepopeye.com, 35 minutes).

Cupabia (Corse du Sud)

Plus discrètement que d’autres plages du Sud, Cupabia est divisée en deux par un éperon rocheux. Adobe Stock/seb hovaguimian

Elle n’a pas l’étoffe d’une star, et pourtant, elle envoûte tous ceux qui l’approchent. Longue étendue de sable fin qui s’offre comme une récompense au nord du golfe de Valincomoins ostensiblement sublime que les plages du sud de la Corse, Cupabia enchante par son authenticité et sa tranquillité.

Un éperon rocheux la sépare en deux, avec des ambiances différentes : calme total au nord (accessible à pied uniquement), tandis que la partie sud est plus familiale.

Y aller

Du village de Serra di Ferrorouler quelques kilomètres vers le nord sur la D155 puis bifurquer à gauche.

L’Ostriconi (Haute Corse)

La plage de l’Ostriconi est un beau diamant brut, encore préservé de la foule. Adobe Stock/Guillaume Besnard

Entre la Balagne et le désert des Agriates, cette plage crée la surprise. Au réduit d’une vallée, on ne s’attend peut-être pas à trouver ce beau diamant brut, relativement préservé des foules, même en haute saison. Savourez cette magnifique étendue de sable et de hautes dunes entre appelées serpentent des bras de mer bordés de roselières, sur fond de collines escarpées.

En revanche, l’ombre y est rare. À signaler : la baignade peut s’y révéler dangereuse en raison de la présence de courants et de vagues souvent puissantes.

Y aller

Suivre la T30 qui repose Corté un Calvi puis, à hauteur du Village de L’Ostriconiprendre la route qui longe la vallée de l’Ostriconi et se terminer en cul-de-sac.

Publié en juin 2020, cet article fait l’objet d’une mise à jour

.

Categories
Actu france Environnement Monde Sport Tourisme Vacances

nos incontournables à Porto-Vecchio, entre mer et montagne

TOURISME – Réputée pour ses plages d’une sidérante beauté, cette région au sud de la Corse fait le bonheur des amateurs de farniente, mais elle séduira aussi les visiteurs en quête de séjours plus actifs.

Des falaises de Bonifacio aux aiguilles de Bavella, le Sud Corse figure parmi les destinations les plus prises de l’île de Beauté. Facilement accessible par la terre, la mer ou les airs, disposant de tous les équipements nécessaires à un séjour estival réussi, Porto-Vecchio s’affirme comme la capitale touristique de la région. Si les visiteurs la fréquentent d’abord pour son littoral d’exception et sa collection de plages de rêve, ils découvrent avec plaisir qu’une foule d’activités peuvent y être pratiquées entre mer et montagne. L’occasion rêvée pour s’enivrer des paysages de ce coin si spectaculaire.

Se baigner sur les plus belles plages de Corse

Ce n’est pas une légende, les côtes situées de part et d’autre de Porto-Vecchio cachent les plus belles plages de Corse. Au nord du golfe, la discrète Cala Rossa offre des vues saisissantes sur la pointe de la Chiappa. Derrière, la baie de Saint Cyprien dérouler son croissant de sable blanc contre la lagune d’Arasu, face à des eaux limpides. En remontant vers le nord, la plage de Pinarellu s’inscrit dans une magnifique baie rafraîchie par une pinède. Sur la route de Solenzara, on ne peut rester insensible au charme de la plage de Fautéaveillée par une puissante tour génoise.

Au sud, la plage de Palombaggia est certainement la plus célèbre de Corse. Ses eaux azur et son sable d’une finesse incomparable attirent les foules en été. Même décor irrésistible agrémenté de pins parasols centenaires sur les anses de Tamaricciu ous d’Acciaggiu. Plus au sud, la plage de Sainte-Julie est l’autre vedette de la côte. Ses roches de granit affleurant au milieu d’un lagon turquoise lui donnent de faux airs des Seychelles. Enfin, en route vers Bonifacio, la plage de Rondinara affiche un visage plus sauvage avec ses rochers rougeoyants bordés de maquis.

  • L’activité à réserver : la côte est propice à la pratique de la plongée. Basée à Palombaggia, l’agence Kalliste Plongée organise des sorties pour tous niveaux, notamment autour des îles Cerbicale.

Randonner dans le spectaculaire massif de l’Ospedale

À seulement 30 minutes de Porto-Vecchio, la forêt de l’Ospedale est le territoire idéal pour une randonnée lors de vos prochaines vacances en Corse. Jean Tiffon / Le Figaro

À seulement 20 km de la côte, le hameau de l’Ospédale appartient déjà à un autre monde, celui de la montagne corse. On atteint ses maisons de granit perchées à 850 m d’altitude par des lacets vertigineux qui ménagent des vues extraordinaires sur la mer Tyrrhénienne. Plantée de pins laricio et de hêtres, la forêt de l’Ospedale offre des balades enchantées qui se terminent souvent par un pique-nique sur les rives de son lac de barrage. Mais le must, c’est de se lancer dans la randonnée qui dégringole vers la cascade de Piscia di Ghjaddu (compter 3h A/R). On chemine d’abord à travers une forêt de pins avant de rejoindre un plateau rocheux déroulant un panorama féerique sur la vallée de l’Osu. Un sentier très pentu plonge ensuite vers la cascade, qui fait une chute de 70 m de haut. Inoubliable !

  • L’activité à réserver : pour tout connaître du monde végétal insulaire, réservez la « Balade avec un Nez » de Stéphane Rogliano, qui propose des randonnées botaniques et olfactives entre maquis et forêts.

Se rafraîchir dans les rivières et torrents

La Solenzara accueille des spots de baignade réputés comme celui de Rosumarinu, où un grand bassin attire les adeptes de plongeons. Jean Tiffon / Le Figaro

Avec son relief escarpé et ses cours d’eau dévalant les pentes du massif de l’Incudine, la région de Porto-Vecchio est propice aux baignades en eau vive. Une activité estivale que les locaux adorent, accélérer ainsi les foules présentes sur le littoral. Non loin de Lecci, la Vallée du Cavu offre d’innombrables vasques couleur émeraude. On barbote joyeusement avant de s’accorder une sieste sur un rocher plat, bercé par le bruit de l’eau. Plus au nord, la Solenzara accueille des spots de baignade réputés comme celui de Rosumarinu, où un grand bassin attire les adeptes de plongeons. En remontant la rivière, c’est du côté d’U Gaglioni qu’il faudra s’arrêter : on y trouve une série de piscines naturelles aux reflets étincelants.

  • L’activité à réserver : Bavella Canyon organise des sorties canyoning le long de la Purcaraccia, du Pulischellu ou de la Vacca. Toboggans naturels, sauts et rappels sont au programme !

Prendre la mer et découvrir les merveilleuses îles Lavezzi

Sculptées par les vents et les vagues, les roches de cet archipel se découpent sur des eaux oscillantes entre le turquoise et le bleu outremer. Jean Tiffon / Le Figaro

Pour découvrir les splendeurs de la côte, rien ne vaut les sorties en mer ! Qu’elles se déroulent en bateau de croisière, en voilier, en kayak ou même en paddle, elles permettent de prendre du recul pour percevoir toute l’harmonie des paysages marins de cette portion de littoral. Nombreuses sont les entreprises organisatrices des croisières commentées au départ de Porto-Vecchio, Santa Giulia ou Saint-Cyprien. Parmi elles, Corse Sud Croisières se démarque par ses engagements en faveur d’un tourisme durable. L’excursion la plus classique longe les Cerbicales avant de cingler vers les îles Lavezzi, où les passagers débarquent pour une poignée d’heures. Classé réserve naturelle, cet archipel étonne par ses paysages lunaires où le granit envahit l’horizon… Ses eaux sont tellement riches en faune sous-marine qu’un simple masque suffit pour observer des dizaines d’espèces colorées.

  • L’activité à réserver : pour jouir d’une plus grande liberté, Marine Location propose différents types de semi-rigides. Si vous êtes un petit groupe et que l’un d’entre vous possède le permis bateau, c’est la solution idéale !

Rendre visite aux producteurs locaux

Le Domaine de Torraccia produit des vins dans les trois couleurs, vinifiés en grande partie avec des cépages autochtones. Claude Cruells / Photopresse

Il faut commencer par demander aux vignerons, qui font ici un formidable travail. Le Domaine de Torraccia produit des vins dans les trois couleurs, vinifiés en grande partie avec des cépages autochtones. Non longe, le Domaine de Granajolo se targue d’être bio depuis… 1974. Didier Beltramo produit du brocciu et du fromage au lait cru aux Bergeries de Bala. Chez Simple et Divine, ce sont des huiles essentielles d’immortelle ou de myrte que l’on distille. Pour faire le plein de bons produits, on peut également se tourner vers les marchés de producteurs locaux, à l’image de celui du dimanche matin à Porto-Vecchio ; ou encore vers les épiceries fines comme A Muredda ou L’Orriu, où l’on trouve des charcuteries, fromages, miels de Corse AOP, canistrelli artisanaux, vins et spiritueux insulaires.

  • L’activité à réserver : à travers U Porcu Ranger, Maxence Finidori fait découvrir son élevage de porcs nustrale de façon originale : on sillonne son exploitation en buggy avant de déguster les charcuteries maison.

Organisateur d’un road trip culturel dans l’Alta-Rocca

Le village de Zonza est un point de chute idéal pour partir à l’assaut du col de Bavella. Adobe Stock

Au-delà de l’Ospedale s’ouvre la région préservée de l’Alta-Rocca, nichée au cœur d’un arrière-pays à mille lieues de la frénésie du littoral. Bâtis de hautes maisons de granit, ses villages sont riches d’un petit patrimoine constitué de fontaines, fours à pain ou lavoirs. C’est à Lévie que l’on peut visiter le musée de l’Alta-Rocca, qui retracent l’histoire de la région à travers d’intéressantes collections archéologiques, datant aussi bien du Néolithique que du Moyen-Âge. À quelques kilomètres, le site préhistorique de Cucuruzzu ne manquera pas de plaire aux contemplatifs avec son cadre naturel d’exception. L’église romane de Saint-Jean-Baptiste à Carbini mérite un détour pour ses ornementations végétales ou animales ainsi que pour sa tour-clocher. Enfin Zonza est un point de chute idéal pour partir à l’assaut du Col de Bavella et s’offrir un tête-à-tête avec les célèbres aiguilles.

  • L’activité à réserver : en été, l’office de tourisme de l’Alta Rocca organise différentes visites guidées des villages et de leur patrimoine.

Profiteur de l’animation de Porto-Vecchio

Située au sud de la Corse, PortoVecchio bénéficier d’une position stratégique entre mer et montagne qui en fait une région à découvrir. Adobe Stock

Durant l’été, l’ancienne citadelle génoise est gagnée par une ambiance résolument festive. Les terrasses envahissent alors tout le centre-ville, notamment la place de la République, face au campanile de San Ghjuvanni Battistu. Les restaurants jouent à touche-touche, tout comme les bars ou les glaciers. En soirée, jeunes et branchés dirigent leurs pas vers quelques grands classiques comme l’Othello Bar – où l’on déguste des cocktails avec vue – ou La Taverne du Roi, qui organisent des soirées rythmées par les concerts. Au bas de la citadelle, c’est le port de plaisance qui habille tous les regards avec ses yachts clinquants, ses promeneurs du soir et ses terrasses bondées. Sur les plages, paillotes et bars les pieds dans l’eau séduisent ceux qui refusent de choisir entre mer, nourriture et divertissement. À cela s’ajoute un riche programme de concerts et d’animations qui vient rythmer la saison.


Carnet d’adresses

OÙ MANGER ?

A Cantina di l’Orriu

À la fois épicerie, bar à vins et table, c’est l’une des valeurs sûres de la citadelle. Au restaurant, on se régale d’un tartare de veau corse ou d’un cochon de lait farci, à accompagner d’un bon cru local.

L’Orriu, 5 cours Napoléon, 20137 Porto Vecchio. Tél. : 04 95 25 95 89. Compter 20-30 € pour y manger.

Paradisule

Toutes les paillotes ne se valent pas, loin de là. Celle-ci fait l’unanimité pour son accueil au beau fixe, son cadre enchanteur et ses assiettes aussi fraîches que savoureuses.

Paradisule , Plage de Santa Giulia, 20137 Porto Vecchio. Compter 30-40 € au dîner.

Le Terraméa

Une table chic avec vue imprenable sur le golfe de Porto-Vecchio, où le chef aime réinterpréter la cuisine insulaire en s’ouvrant à toute la Méditerranée.

Le Terraméa, route de Piccovaggia, 20137 Porto-Vecchio. Tél. : 04 95 50 03 94. Compter 40-60 € au dîner.

Le Rouf

Sur la plage de Pinarellu, ce restaurant au cadre enchanteur est l’adresse idéale pour goûter à une délicieuse cuisine de la mer, préparée avec la pêche locale.

Le Rouf , Hôtel Pinarello, plage de Pinarello, 20144 Zonza. Tél. : 04 95 71 44 39. Compter environ 50 €.

Je Ghjacci

Ce glacier propose différents parfums typiquement corsés à l’image de la « citron-nepita ».

I Ghjacci, 22, rue du Général-de-Gaulle, 20137 Porto-Vecchio. Tél. : 06 72 13 72 30.

OU DORMIR ?

Le Goéland – Casa Santini est idéalement situé au cœur de la baie de Porto-Vecchio, à deux pas du port de plaisance et de la citadelle. Hôtel Le Goéland / Photo presse

Hôtel Le Goéland – Casa Santini

Un hôtel de charme qui possède un emplacement exceptionnel, sur le golfe de Porto-Vecchio. Chambres vastes et plaisantes, égayées d’œuvres d’art et de meubles colorés. Plagette privée. Chambres de 150 à 300 €.

Hôtel Le Goéland , Un V. Georges-Pompidou, 20137 Porto-Vecchio. Tél. : 04 95 70 14 15. Ouvert de mi-avril à début novembre.

Hôtel Le Belvédère

Un établissement aussi plaisant que discret, qui aime affirmer son identité corse. Les chambres présentent un décor chaleureux avec arcades, pierres apparentes et tomettes. Restaurants et piscines. Chambre à partir de 120 € hors saison ; autour de 300 € l’été.

Le Belvédère , Route de Palombaggia, 20137 Porto Vecchio. Tél. : 04 95 70 54 13. Ouvert de mai à novembre.

S’INFORMER

Office de tourisme de Porto Vecchio : ot-portovecchio.com

Office de tourisme de l’Alta-Rocca : alta-rocca-tourisme.com

Office de tourisme de Corse : visite-corse.com

EN VIDÉO – En Corse, des bouées pour yachts afin de préserver les fonds marins

.