Categories
Actu france Environnement Monde Sport Tourisme Vacances

Le Martinez, le Pavyllon, le Grand-Hôtel… 5 adresses magiques à Cannes et au-delà

Adresses magiques à Cannes et escales inoubliables autour de la ville-cinéma… Notre sélection officielle.

Deux échelles mythiques

Le Grand-Hôtel du Cap-Ferrat

Le décor : posé à la pointe de la presqu’île du Cap Ferrat, au milieu d’un parc de 7 hectares surplombant la mer, cet établissement, constitué en 1908, portant les couleurs de Four Seasons, a vu disparaître tout ce que la planète compte de célébrités… Pour son centenaire, il a fait peau neuve. Résultat : 74 chambres, 24 suites et une villa privée. Une nouvelle aile, baptisée La Résidence, comporte 8 suites prolongées d’une piscine creusée dans la roche. L’hôtel est truffé d’œuvres : tapisserie de Fernand Léger, table signée Lalique, tableaux de peintres contemporains…

À lire aussiSoleil de printemps : où partir pour un week-end de 3 jours à 3 heures d’avion

Le tableau : trois restaurants, trois ambiances différentes. Le Cap, 1 étoile, dirigé par le chef Yoric Tièche, affiche une carte provençale, La Véranda privilégie une cuisine légère et le Poolside Grill du club Dauphin proposent une sélection de poissons et de fruits de mer, au bord de la fameuse piscine.

On y va pour ? S’offrir une nouvelle retraite bien-être, dont les quatre piliers sont l’exercice physique, la relaxation, la nature et une alimentation saine. On s’y adonne au yoga, à des séances de respiration, de qi gong en plein air et d’activités aquatiques pour se ressourcer. Le tout accompagné de cours de poterie, d’art floral ou d’aquarelle.

À partir de 710 €. fourseasons.com/fr/capferrat

L’Hôtel Martinez, à Cannes

L’hotel Martinez Michel Figuette

Le décor : interprété en 1929, l’Hôtel Martinez évoque la Riviera des Années folles. Revu par l’architecte Pierre-Yves Rochon en 2018, ce fleuron de The Unbound Collection by Hyatt abrite, derrière sa mythique façade blanche, 409 chambres, dont 99 suites. Mention particulière aux appartements du septième étage dédiés à deux grandes figures du cinéma : Isabelle Huppert et Thierry Frémaux, délégué général du Festival de Cannes.

Le tableau : sous la houlette du chef Christian Sinicropi, Cannois d’origine, l’hôtel propose plusieurs restaurants. Star du lieu : La Palme d’Or, 2 étoiles au Guide rouge, on s’y régale d’un dîner avec accord mets et vins. Quant au Jardin du Martinez, planté d’essences méditerranéennes, il se donne des allures d’éden provençal. Enfin, La Plage affiche une ambiance yachting : canapés bleus, transats et parasols blancs, long ponton de bois. Un lieu incontournable pour un déjeuner ou un brunch le week-end.

On y va pour ? Découvrir dans l’atmosphère feutrée du bar la célèbre malle en vernis blanc abritant une incroyable collection des meilleurs gins du monde. L’occasion de déguster le Citadelle made in France, réalisé à base de 19 épices et accompagné de pintxos.

À partir de 433 €. hyatt.com

Trois tables étoiles

Le Pavyllon, à Monaco

Hôtel Hermitage, le Pavyllon Monte-Carlo LANNERETONNE

Yannick Alléno a nommé son Pavyllon Monte-Carlo, table sur flots du sublime Hôtel Hermitage, à l’œil de Chahan Minassian. L’architecte d’intérieur d’origine arménienne a fait sienne cette échelle du Rocher. Le « chahanisme » y opère avec le naturel des belles matières. Un immense comptoir en bois métallisé, avant-scène d’une cuisine ouverte au carrelage géométrique, crée d’emblée un esprit de convivialité. On se laisse happer par les gestes de la brigade et le kaléidoscope de la mer se reflétant dans de petits miroirs fumés. Chatoiement et cérusé, tons gris-vert, chaque élément a été pensé comme un subtil rappel de la Méditerranée, sur lequel une terrasse XXL déploie son jardin suspendu. On s’y régale de lasagnes vertes, d’un gratin de pâtes basilic, citron, poutargue, d’un merlan de ligne en fish & chips, d’un feuille-à-feuille de bœuf aux câpres…

Pavyllon Monte-Carlo, Hôtel Hermitage, square Beaumarchais, 98000 Monaco. montecarlosbm.com

Le Bella, à Cannes

Hôtel Belle Plage, la Bella. Service Presse

Perché sur le rooftop de l’hôtel Belle Plage, Bella est le tout nouveau nid-de-pie festif et haut en saveur de la Riviera. Aux commandes : le chef étoilé Eyal Shani. Figure de proue de la scène culinaire intégrée, déjà à la tête de Miznon, triptyque de joyeuses cantines levantines à Paris, et de tables inratables d’Ibiza, New York, Tel Aviv…, le voilà cannois. Vue grand large, décor bleu-blanc-sable, au casting des assiettes de ce bio au pic, les légumes, glanés de bon matin au marché, ont le rôle-titre. Des poissons tout juste débarqués du vieux port font leur happening. Bruschetta de chiffon de poulpe, mezzé de poivrons rouges rôtis au cœur de pousses d’artichaut et baba ganoush, pita de crevettes à la vapeur d’eau de mer, boulettes de merlu au sent-bon de tomate, plats de partage… Quand la Duo de fontes Méditerranée et le Moyen-Orient, ça réjouit le palais et la vita et bella !

Belle Plage Hôtel, 2, rue Brougham, square Mistral, 06400 Cannes. hotelbelleplage.fr

ALYA’S by SW, à Saint-Rémy-de-Provence

Plat pakistanais du restaurant l’ALYA’S by SW. Service Presse

Retour aux sources pour Sylvestre Wahid, chef doublement étoilé, aujourd’hui à la tête de son restaurant éponyme à Courchevel. Il profite de l’été, dès ce mois de mai, pour se mettre aux fourneaux familiaux à Saint-Rémy-de-Provence, où son frère, le pâtissier Jonathan Wahid, et sa belle-sœur, la cheffe Fanny Rey, tient auberge . Au menu : une cuisine, clin d’œil à ses origines pakistanaises. Épices et tandoori, légumes et poisson d’ici, lassi de là-bas, dhal de lentilles royales et gombo cuisinés à la façon « de sa mère »… vaut le voyage.

ALYA’S by SW, L’Auberge de Saint-Rémy, 12, boulevard Mirabeau, 13210 Saint-Rémy-de-Provence. aubergesaintremy.com

.

Categories
Actu france Environnement Monde Sport Tourisme Vacances

Où dormir à Barcelone à moins de 150 euros la nuit ? Nos dix hôtels préférés

LA SÉLECTION DU FIGARO – Avec ses immeubles Art nouveau et Art déco, dont ceux de Gaudi, ses boutiques, ses marchés et la mer proche, Barcelone s’impose pour les escapades d’un week-end voire d’une semaine. Pour concilier plaisir et budget, voici dix adresses aux tarifs très abordables.

Generator Barcelone, auberge pour tribus

Situé dans le quartier de Gracia, à 500 m du Passeig de Gràcia, sa déco hétéroclite est l’un de ses charmes. On aime ou pas ! Et son approche à la fois hôtel avec des chambres et suites, certaines prolongées de grandes terrasses et Hostel pour adultes – obligation d’avoir plus de 18 ans avec des mini-dortoirs de quatre à huit lits. L’ambiance s’en ressent, très cool. À savoir : une clim un peu bruyante perturbera les allergiques au bruit.

Les + : ses vues splendides depuis les terrasses élevées et le penthouse. Son bar (assez kitsch) où l’on peut, quasi à toute heure, boire et savourer quelques mets locaux.

Le prix : chambre individuelle à partir de 99 €, en dortoir 29 €.

Générateur Barcelone, Carrer de Còrsega, 373, 08037 Barcelone. Tél. : +34 932 20 03 77.

Colocataire Carla Fan, parfaitement minimaliste

Le Room Mate Carla est à 200 mètres du Passeig de Gràcia et à 5 minutes à pied de La Pedrera de Gaudí à Barcelone. Room Mate Carla / Photopresse

Autant l’avouer d’emblée, on adore cette collection d’hôtels urbains fondés il y a dix ans, par quatre amis d’enfance qui font systématiquement appel à des architectes de renom, autochtones pour qu’ils s’emparent des codes de la ville. Ici, Tomás Alía. Les 88 chambres très claires, peu de mobilier, aucune déco superflue, mais ultra-confortables déclinent des couleurs sobres. Super bien situé, au cœur de l’Eixample, quartier historique à quelques minutes de la Sagrada Familia, toujours en construction, de la Plaça Catalunya et des Ramblas.

Les + : le petit déjeuner (compris dans le prix) – pantagruélique et délicieux, servi jusqu’à midi et l’« Honesty bar » avec des cocktails… Waouh !

Le prix : à partir de 145 €.

Room Mate Carla, Carrer de Majorque, 288, 08037 Barcelone. Tél. : +34 934 76 33 96.

Sercopel Caspe, design et convivial

L’hôtel Sercopel Caspe possède une localisation parfaite pour arpenter Barcelone à pied. Sercopel Caspe / Presse photo

De l’espace, une déco dite moderniste et une localisation fabuleuse pour arpenter la ville à pied, rejoindre en quelques minutes le quartier gothique, la Sagrada Familia, le Passeig de Gràcia, et le quartier du Born. Un bon classique pour un séjour sans souci. Les 141 chambres, sobres et bien insonorisées, de ce quatre-étoiles sont vastes.

Les + : la cafétéria en rooftop, la salle de fitness et le parking.

Le prix : à partir de 110 €.

Sercopel Caspe, Carrer de Casp, 103, 08013 Barcelone. Tél. : +34 932 46 70 00.

Melia Barcelone Sarrià, amical pour la planète

Légèrement excentré, le Melià Barcelona Sarria propose toutefois un service comparable à celui d’un 5-étoiles à moins de 150 euros la nuit ! Melià Barcelone Sarria / Photopresse

Appartenant à la plus grande marque hôtelière d’Espagne, ce quatre-étoiles de 20 étages abritent 333 chambres dévoilant pour la plupart un panorama grandiose. Légèrement excentré mais très bien desservi par les transports en commun, bus notamment, il offre un service comparable à celui d’un 5-étoiles. Belle table méditerranéenne, le « Nonna Maria », réputée entre autres pour ses pizzas décalées. Les amoureux des boutiques hôtels confidentiels passeront toutefois leur chemin.

Les + : son spa YHI son espace forme et ses efforts en matière de développement durable qui lui valent d’être certifié EarthCheck par le Global Sustainable Tourism Council.

Le prix : à partir de 139 €.

Melià Barcelone Sarria, Av. de Sarrià, 50, les Corts,08029 Barcelone. Tél. : +34 934 10 60 60.

Hôtel Atlantis by ATBCN, l’accueil

Malgré son côté désuet, cet hôtel est idéalement situé à 2 mn de la place de Catalogne. Hôtel Atlantis par Atbcn / Photo presse

Non loin de la place de Catalogne, des Ramblas et du marché de la Boxera, ce trois-étoiles vaut d’abord par sa situation. Loin de bouder ses 50 chambres très classiques, un rien démodées, les hôtes apprécient leur calme et leur taille. Bravo aux réceptionnistes invites à donner leurs adresses de boutiques, de restos, de lieux insolites. Le café bar s’anime le soir chacun et échange spontanément ses bons plans.

Les + : le généreux petit déjeuner en buffet, compris dans le prix, le room-service 24/24, rare dans un trois-étoiles et la possibilité de retenir une place de parking.

Le prix : à partir de 120 €.

Hôtel Atlantis par Atbcn, Carrer. de Pelai, 20, 08001 Barcelone. Tél. : +34 933 18 90 12.

Hôtel Barcelone Universal, et plouf !

Spacieuses et lumineuses, les chambres Privilège se présentent aux étages supérieurs de l’hôtel, offrant une splendide vue panoramique sur Barcelone. Hôtel Barcelone Universal / Photo presse

Zou, avant de se balader ou en rentrant, on grimpe au dixième étage pour étirer ses muscles et se rafraîchir dans la piscine de belle taille, formant un coude. Les mercenaires iront aussi parfaire leur silhouette au centre de fitness avant de s’exposer sur la plage, pas si loin du centre. Les chambres épurées, lumineuses, sont au-dessus des normes d’un quatre-étoiles urbain, quasi luxueuses.

Les + : le solarium et les deux terrasses pour prendre à la fois le soleil, un pot et… des photos. Influenceur(se) bienvenue !

Le prix : à partir de 100 € avec petit déjeuner.

Hôtel Barcelona Universal, Av. del Parallel, 76-80, 08001 Barcelone. Tél. : +34 935 67 74 477.

Arc La Rambla, à la rencontre de Christophe Colomb

Son emplacement privilégié, vous permettra de découvrir à pied les sites architecturaux et culturels incontournables de Barcelone. Arc La Rambla / Presse photo

Dominant la célèbre promenade des Ramblas, ce trois-étoiles invite à la progression de la Plaça de Catalunya aux Drassanes, anciens arsenaux royaux, chantiers de construction navals désormais désaffectés. On salue au passage Christophe Colomb ou plus exactement sa statue perchée en haut d’une colonne désignée là où le navigateur débarque d’Amérique, en 1493. Au retour, on apprécie la sérénité de l’Arc, de ses 98 chambres dont 32 avec balcon et vue sur les Ramblas. Les plus grandes peuvent accueillir 2 adultes et 2 enfants.

Les + : l’organisation de visites sur-mesure dans la ville et aux alentours grâce aux connexions des concierges et le solarium très cosy au 5e étage.

Le tarif : à partir de 120 €.

Hôtel Arc La Rambla, La Rambla, 19, 08002 Barcelone. Tél. :+34 933 01 97 98.

Hôtel Seventy Barcelona, ​​un bel accord

Le Seventy Barcelona est l’un des établissements les plus en vue du moment et déjà un incontournable de l’hôtellerie barcelonaise. Soixante-dix Barcelone / Photo presse

On craignait d’être déçu n’aimant pas trop les hôtels avec un nombre de chambres conséquent, 144. Comme quoi les a priori sont efficaces puisqu’on a succombé aux charmes de ce quatre-étoiles où tout matche, un décor très sympa, un accueil plus que parfait, un hall énorme et étonnant de 1500 m2, vitré. On a cité assidûment The Kitchen & Timeless à la cuisine très saine, très fraîche et moins, The Cors pour des cocktails. Bien évidemment on a usé et abusé de la piscine au 7e étage et pour repartir lisse comme un pétale de lys on s’est offert un petit, petit soin au spa.

Les + : « Le patio » ombré d’oliviers pour prendre un verre, flâner et le jardin solarium planté d’herbes folles.

Le prix : à partir de 140 €.

Lire l’avis d’expert

Hôtel Seventy, Barcelone, Carrer de Còrsega, 344, 352, 08037 Barcelone. Tél. : +34 930 12 12 70.

BB Hotel Barcelona Viladecans, prix mini et maxi efficacité

Le B&B Hotel Barcelona Viladecans propose des hébergements à Viladecans, à seulement 220 mètres de la gare. BB Hôtel Viladecan / Photo presse

Fondée par des Bretons pour contrecarrer Airbnb, entre autres, cette chaîne d’hôtels baptisée, pour donner le change, B&B, concilie prix imbattables, design et sens du service. Celui-ci, situé près de la gare Renfe, donc pas en ville, permet d’accéder au cœur de Barcelone en 15 minutes, 20 en voiture. Réception et café avec thés et café gratuits, ouverts 24/24, 216 chambres très spacieuses, et le matin un petit déjeuner appétissant pour bien commencer la journée.

Le + : un parking couvert, surveillé gratuit et un personnel très dispo.

Le tarif : à partir de 54 €.

BB Hôtel Viladecans, Avinguda Olof Palme, 08840 Viladecans, Barcelone. Tél. : +34 932 993 658.

Hôtel Olivia Balmes, à quelques centimes près

Le Olivia Balmes Hotel est une oasis en plein centre de Barcelone. Olivia Balmes / Presse photo

Un coup de cœur tel qu’on le sélectionne malgré sa première chambre qui dépasse, sauf promotions concernées, de 3 € le prix plafond qu’on s’était fixé mais c’est justifié. Cet hôtel design, quatre étoiles au cœur de l’Eixample, de 128 chambres sur huit étages, parfaitement insonorisées, lumineuses, assure un sommeil réparateur.

Les + : au « Seventeen », son restaurant, on se régale d’assiettes généreuses catalanes. Et surtout… on se détend à fond dans sa grande piscine découverte !

Le prix : à partir de 153 €, grande suite familiale pour 3 à partir de 209 €.

Hôtel Olivia Balmes, Carrer de Balmes, 117, 08008 Barcelone. Tél. : +34 932 14 41 63.

.

Categories
Actu france Environnement Monde Sport Tourisme Vacances

dix rooftops pour prendre un verre, dîner marocain ou danser au sunset

De la médina à la palmeraie en passant par la ville nouvelle de Guéliz, Marrakech a vu fleurir les terrasses haut perchées avec vue plus ou moins dégagée sur les montagnes de l’Atlas et les monuments emblématiques de la ville rouge. Nos bonnes adresses.

Ville basse à l’origine avec des riads dépourvus d’étages, Marrakech cède aujourd’hui à la mode du perchoir. Côté ville nouvelle mais aussi de plus en plus en médina, se hisser sur un toit-terrasse au soleil ou dans le vent tiède du soir est devenu un nouvel art de vivre. Lounges végétalisés en écho aux jardins parfumés, rooftops taillés pour boire un verre à l’heure du coucher de soleil et des soirées électro face à l’Atlas, terrasses pour se régaler de spécialités locales après s’être nourri d’art et d’ histoire… Voici notre top 10 des rooftops de Marrakech.

Vues sur la Koutoubia

EL FENN, COOL CHIC & SUNSET D’ANTHOLOGIE

D’une superficie de 1 300 m2, le toit terrasse d’El Fenn offre une vue imprenable sur La Koutoubia ainsi que sur les toits de Marrakech. El Fenn / Presse photo

À deux pas de Jemaa El Fna, la vue époustouflante sur la mosquée de La Koutoubia sur fond d’Atlas rosissant aimante une clientèle cosmopolite en quête d’un verre au coucher du soleil. Espaces intimistes avec lits et canapés, cocktails créatifs à accompagné de tapas et bande-son éclectique : à la lueur des bougies, la cool chic attitude est de rigueur sur ce vaste toit-terrasse de 1300 m2. On s’offre volontiers un avant que au soleil pour profiter du combo piscine chauffée (13m) avec déjeuner léger ou un après au restaurant et sa savoureuse carte locavore.

Le prix : à partir de 15 € le cocktail signature, 6,50 € le verre de vin, 52 € le carte journalière85 € avec massage de 45 mn.

Conseil : pas de réservation possible pour le bar, on s’y rend tôt si l’on veut être aux premières loges au le coucher du soleil. Au passage, on jette un œil à la boutique, superbe vitrine de créateurs marocains

El Fenn, derb Moulay Abdellah Ben Hezzian, Bab El Ksour, Marrakech. Tél. : + 212 524 44 12 20.

KABANA, UNE OASIS BRANCHÉE POUR MIX PARTY

Un bar looké façon cabane africaine avec son toit en paille, des verts qui se déclinent du carrelage aux imprimés jungle des coussins : face à la mosquée de La Koutoubia, le Kabana est la plus vibrante des oasis perchées de Marrakech. Les week-ends ou soirées spéciales, on y monte le son au rythme des sets D’J ou des orchestres live : danser est tout sauf une option. Pour agrémenter la longue carte des boissons, dont les cocktails maison et une bonne sélection de vins du monde, une (courte) carte de plats, tapas et sushis. Ouvert aussi le midi.

Le prix : cocktails à partir de 10 €, Kabana XL (1 litre) à partager (35 €). Bon choix de bières.

Conseil : réservation obligatoire, en particulier les week-ends pour les soirées avec orchestres.

Kabana, Rue Lalla Fatima Zahra, Marrakech. Tél. : +212 664 46 44 50.

Vol au-dessus de la médina

EL MIDA : LE MAROC REVISITÉ DANS L’ASSIETTE, L’ATLAS EN LIGNE DE MIRE

Au cœur de la médina, à deux pas de la place des épices dans une ruelle étroite, se cache le restaurant L’mida. L’mida / Photo presse

Ici la semoule est verte, parfumée aux herbes et pistaches. Comme la grande terrasse qui s’étire en surplomb des cascades de toits ponctuées de minarets carrés. Hauteur oblige, le panorama sur les montagnes de l’Atlas est grandiose. En plein cœur de la médina, à deux pas de la place aux épices (Rahba Kdima), on n’y pratique pas le le coucher du soleil apéritif, la maison ne servant pas d’alcool, mais plutôt l’art de se réunir autour d’un thé et de bons petits plats marocains revisités.

Le prix : compter environ 25 € le repas complet sans les boissons.

Conseil : pour plus de chance de voir les montagnes enneigées, préférer les mois de novembre à avril.

L’mida, 78 derb Nkhel Rahba Kdima, Marrakech. Tél. : +212 524 44 36 et +212 673 82 31 85.

MAISON DE LA PHOTOGRAPHIE : EXPOS ET PERCHOIR DE HAUT NIVEAU

Pour accéder au toit de la Maison de la Photographie et ses vues sur la ligne d’horizon de la médina sur fond d’Atlas, il faut s’acquitter du ticket d’entrée du musée. On ne s’en plaindra pas tant que la visite de ce lieu dédié à la mémoire du Maroc est passionnée. Scènes de vie et portraits en noir et blanc ou autochromes exposés dans une chambre noire, le fonds d’archives très riche invite à une exploration de la diversité du royaume chérifien. On achève le voyage par un thé à la menthe accompagné de douceurs ou un déjeuner 100% traditionnel sur la terrasse.

Le prix : 5 €/personne l’entrée au musée, 10 € le menu.

Conseil : Ne pas oublier de visiter la boutique qui vend des tirages réalisés à partir de plaques de verre originales.

Maison de la Photographie de Marrakech, Rue Ahl Fes, 46 rue Bin Lafnadek, Marrakech. Tél. : +212 524 38 57 21.

MANDALA SOCIETY : UNE TERRASSE EN BONNE SANTÉ AU GOÛT DU MONDE

Voilà le dernier-né des toits d’une médina qui n’a cessé de se mettre au goût du jour, et de mixer les cultures à l’image de cette adresse créée par un duo maroco-islandais. Ni très haute ni surdimensionnée, la terrasse joue la carte d’une simplicité étudiée, avec une belle vue sur la façade crénelée du palais Moulay Idriss. Bercé par une excellente bande-son à dominante jazzy, on s’y chauffe au soleil en croquant des délices fraîcheur, salades, bols ou un brunch pantagruélique à arroser de cafés 100% arabica, thés parfumés ou smoothies minute.

Le prix : 22 € le brunch pour 2 personnes, compter 3 € et 4 € pour un jus.

Conseil : craquer pour les desserts, aussi doux que le personnel, attentionné et efficace, avec mention spéciale pour le gâteau à la carotte aux fruits secs et écorces d’orange.

Société Mandala, 159 rue Zitoun Jdid, Marrakech. Tél. : + 212 808 53 47 12.

LA SULTANA : TABLE DU MARCHÉ FACE AUX TOMBEAUX SAADIENS

La Sultana Marrakech représente à elle seule une page d’histoire de la médina. La Sultane / Photo presse

C’est l’histoire de Marrakech que l’on savoure à l’heure du déjeuner sur ce toit terrasse XXL de 2000 m2 mitoyen des tombeaux saadiens : il offre une incroyable vue plongeante sur la fastueuse nécropole royale redécouverte au début du XXe siècle. Tables en zelliges verts, murs en briquettes ocre et feuillages, la « Table du souk » fait écho au camaïeu des toits qui s’incrustent dans le ciel entre deux palmiers. Dans l’assiette, une savoureuse cuisine locavore, parfumée au safran de Taliouine ou à l’huile d’argan du Souss et des spécialités de la l’alimentation de ruecomme la fameuse soupe d’escargots !

Le prix : environ 30 € le plat, 50 € le menu, 55 € le menu fruits de mer.

Conseil : au coucher du soleil, dernier bonheur du jour à l’Odette Rooftop Bar & Mezzé pour un apéritif et petits plats. Le dimanche, sur réserve un menu spécial plateau de fruits de mer pour le déjeuner.

La Sultana Marrakech, 403 rue de la Kasbah, Marrakech. Tél. : + 212 524 38 80 08 et + 212 524 38 77 77.

Dans le ciel de M’Avenue, le style de vie du nouveau quartier

LE DOUAR : LA CUISINE DU BLED EN MODE GLAM

Le Douar met en scène une vraie cuisine de terroir sur son toit-terrasse avec vue sur M’Avenue, l’avenue Montaigne de Marrakech. Le Douar / Photopresse

Son nom (douar signifie village) dénote dans ce nouveau quartier chic dépendant de l’Hivernage à La Menara. Un parti pris pour ce restaurant qui met en scène une vraie cuisine de terroir sur son toit-terrasse avec vue sur M’Avenue, l’avenue Montaigne de Marrakech. Agneau en croûte de foin ou ch’hiwates (délices) puisés dans les familles, la carte conçue par le chef Issam Rhachi à partir de recettes et techniques ancestrales mises à l’honneur les produits locaux et tout est fait maison, du pain à la semoule. Au passage, on prend une leçon de cuisine au fil des cinq stands où les femmes roulent la semoule, préparent l’huile d’olive ou concoctent des gâteaux.

Le prix : étonnamment doux dans ce quartier bling : 12 € les 12 ch’hiwates (petits plats), 16 € en moyenne le plat, 7 € le dessert.

Conseil : faire provision d’épicerie fine à la boutique au rez-de-chaussée, qui vend également la jolie vaisselle élaborée par les potiers locaux et les verres soufflés beldi.

Le Douar M Avenue, Meydene Avenue de la Ménara, Marrakech. Tél. : +212 626 62 16 16.

Au cœur de la ville nouvelle

ROOFTOP GARDEN DE LA PERLE MARRAKECH, LA RONDE AUTOUR DES REMPARTS

Niché sur le toit de l’hôtel, le Rooftop Garden avec sa vue imprenable sur les montagnes de l’Atlas et La Koutoubia. Perle Marrakech / Presse photo

Au dernier étage de cet hôtel chic décoré par Jacques Garcia, tout est rond : la piscine en forme d’anneau et le bar circulaire épousent les formes du bâtiment. Une configuration idéale pour profiter du panorama, les montagnes de l’Atlas bien sûr, mais aussi les remparts millénaires en contrebas derrières qui se devinent les jardins de La Mamounia et du Royal Mansour. À contempler au coucher du soleil en piochant dans une carte hétéroclite, asiatique, italienne ou marocaine, agrémentée d’un large choix de vins et alcools.

Le prix : 12 € le cocktail, 14 € la pizza en moyenne, 16 € le plat japonais.

Conseil : l’hiver en soirée ou l’été quand il fait très chaud, s’installer plutôt dans le restaurant vitré.

Pearl Marrakech, angle avenue Echouada et rue du Temple, Marrakech. Tél. : + 212 524 42 42 42.

LOLA SKY LOUNGE : LA SKYLINE DE GUÉLIZ EN HÉRITAGE

Lola Sky Lounge : un bar à tapas gastronomique à la décoration pop et une carte équilibrée sur les toits de Marrakech. 2 Ciels Luxury Boutique Hotel & Spa / Presse photo

Du haut du Lola Sky Lounge, au dernier étage du 2 Ciels Luxury Boutique Hotel & Spa, pleins feux sur la genèse du quartier de Guéliz édifié à partir de 1912. Toute la saga des années 1930 s’incruste dans la skyline, du clocher de l’église des Saints-Martyrs (1928) au jardin Jnane El Harti (1930) en passant par le stade du même nom. Carrelage en damier noir et blanc, couleurs acidulées en écho aux cocktails et bonne carte de tapas, la clientèle est plutôt jeune, d’où la carte à base de pizzas, salades et pâtes, et donnéese par la piscine et ses transats aux imprimés papillon .

Le prix : environ 6 € la salade, 2,50 € la bière pression (25 cl). Pass journée piscine : 25 € incluant une boisson sans alcool.

Conseil : se renseigner au préalable sur les horaires d’ouverture le soir variant selon le climat et la saison.

2 Ciels Boutique Hôtel, Rue Oued El Makhazine, Marrakech. Tél. : + 212 524 35 95 50.

Perché dans la Palmeraie

NOMAD BAR NAMASKAR : LES PALMES DU SOIR

Avec un panorama époustouflant sur les majestueuses montagnes de l’Atlas et de la Palmeraie, le Nomad Bar est l’un des trésors du Palais Namaskar. Palais Namaskar / Photo presse

Des coupoles étincelantes et des palmes qui se balancent dans le vent du soir… Sur la terrasse du Nomad Bar, l’exotisme est sans limites : le toit est perché au-dessus des jardins balinais du Palais Namaskar dont l’architecture s’inspire à la fois du Feng Shui, de la tradition mauresque et des palais du Rajasthan. Cocktails signés du mixologue maison, tapas d’ici et d’ailleurs (briouates au fromage, tapas thaïes ou toasts au foie gras…), on chaloupe au rythme de la musique en guettant l’instant décisif quand les palmiers se découpent en ombres chinoises sur fond de ciel orangé.

Le prix : 16 € le cocktail signature, 11 € le verre de vin, 9 € l’assiette de tapas.

Conseil : choisir un soir où la vue s’annonce dégagée et réserver au préalable. Situé en dehors du périmètre urbain (à 20 mn du centre) accès en grand taxi (environ 50 € l’A/R).

Palais Namaskar, Route de Bab Atlas, No.88/69, Province Syba. Tél. : + 212 524 29 98 00.

.

Categories
Actu france Environnement Monde Sport Tourisme Vacances

Dix adresses pour dormir près des châteaux de la Loire

Après une journée passée à visiter Chambord, Azay-le-Rideau, Amboise ou Chenonceau, il est temps de se trouver un joli hôtel pour profiter au mieux de cette escapade dans le Val de Loire. Voici dix bonnes adresses au plus près des châteaux, entre 50 euros et 270 euros la nuit.

Au hasard des méandres du fleuve et des forêts, la Vallée de la Loire, égrène un millier de châteaux des plus connus, Chambord, Cheverny, Chenonceau, Blois, Amboise, aux plus intimistes, tel Troussay, le plus petit. Pour les découvrir, chacun à son rythme, dix escales hôtelières plus ou moins étoilées. En attendant l’ouverture, en juin, de Fleur de Loire à Blois, cinq-étoiles écoresponsable du chef étoilé Christophe Hay.

Le Brame de Sologne : pour la sérénité

Près du château de Chambord, voilà un trois-étoiles comme on les aime, sans prétention. Le Brame de Sologne / Photopresse

Bardage en bois, toiture végétalisée, plastique réduit, bravo ! Près du château de Chambord, voilà un trois-étoiles comme on les aime, sans prétention, chaleureux, aux 20 chambres dont 6 suites très agréables à vivre. En prime, un espace bien-être hammam et sauna, privatisable. Et, la bonne idée pour combler les petites et grandes faims en l’absence d’une vraie table, des planches apéro bien garnies pour deux… à 19 € ou à dîner, un grand choix de bocaux de la maison Bocaux du bocage, avec entrée , plat dessert, à déguster dans sa chambre ou dans le restaurant, 26 €. Avec de bons vins vendus à prix très raisonnable. Petits déjeuners copieux en buffet. À partir de 80 €.

Le Brame de Sologne, 4 bis route de Sologne, 41500 Muides-sur-Loire. Tél. : 02 55 59 05 24.

Hôtel L’Orée des Châteaux : miniprix, maxi-sourire

Idéalement situé sur la route des châteaux de La Loire, L’Orée des Châteaux à Bracieux est à seulement 10 kilomètres de Chambord et Cheverny et 20 kilomètres de Blois. L’Orée des Châteaux / Photo presse

Récemment rénové, près de Chambord et de Cheverny, ce deux-étoiles se prête tout autant aux séjours en couple qu’en famille grâce à ses chambres et appartements dédiés. La carte de son restaurant propose des pizzas revisitées avec des produits régionaux. Le petit déjeuner buffet mixe aussi friandises, en majorité régionales, salées et sucrées ». L’accueil souriant, attentionné et efficace emporte vite l’adhésion des plus ronchons. A partir de 50 €.

Hôtel L’Orée des Châteaux, 9bis route de Blois, 41250, Bracieux. Tél. : 02 54 46 40 19.

Le Saint-Florent : nuits calmes pour becs sucrés

Le Logis Hôtel le Saint Florent ***, situé à Mont-près-Chambord à 10 minutes des châteaux de Chambord et de Cheverny. Logis Le Saint-Florent / Photo presse

Comme beaucoup d’hôtels ayant profité du confinement pour se refaire une beauté, ce trois-étoiles labellisé Logis (catégories Cosy et Gourmand) brille comme un sou neuf, avec ses 17 chambres pimpantes, rénovées. Peu de charme certes, mais bien pour un séjour quasi à l’ombre des châteaux avec son sauna privatisable et la possibilité de louer des vélos. Côté resto, carte courte, trouée par le chef, propriétaire des lieux. Menu très correct à 25 € aux succulents desserts. Chambre à partir de 70 €. Qui dit mieux ?

Logis Le Saint-Florent, 14 rue de la Chabardière, 41250 Mont-près-Chambord. Tél. : 02 54 70 81 00.

Hôtel de la Sologne : au cœur de Beaugency

L’Hôtel de la Sologne est situé sur une place arborée, au pied d’une abbatiale. Les chambres sont au calme, tout en étant au centre du vieux Beaugency. Hôtel de la Sologne / Photopresse

Son harmonieuse façade en pierre du XVIIIe siècle ne dépare pas le quartier historique de Beaugency, petite ville réputée pour son château des XVe et XVIe siècles et ses demeures Renaissance. Agréable de gagner à pied le centre, le soir, pour dîner ou tout simplement se balader. Les 15 chambres, dont certaines familiales pour quatre, de belle taille, au calme, avec leur vaste salle de bains justifient ses 3 étoiles. À partir de 65 €.

Hôtel de la Sologne, Place Saint-Firmin, 45190 Beaugency. Tél. : 02 38 44 50 27.

Le Clos d’Amboise : chez Gargantua

Le Clos d’Amboise est situé au cœur de la ville authentique et pittoresque de la Cité Royale. Le Clos d’Amboise / Photopresse

Autre coup de cœur, cette maison patriarcale du XVII siècle, où vécut Jean Langlois, grand écuyer et maréchal de Logis de Louis XIV et Louis XV, devenue quatre-étoiles cosy. Certaines de ses chambres et suites concernant le château. Une situation d’exception au cœur de la ville, près de tous les centres d’intérêt dont le château royal, l’un des trois de la Loire (les deux autres étant Chambord et Blois), le Clos Lucé de Léonard de Vinci ou encore les jolies rues commerçantes. Un séjour aux petits oignons, dans le grand parc où les roses flirtent avec de grands cèdres. Le soir, on savoure les spécialités du chef soit dans l’élégante salle, soit en terrasse. Menu premier 30 €, à la carte, compter 50 €. Chambre à partir de 152 €.

Le Clos d’Amboise, 27 rue Rabelais, 37400 Amboise. Tél. : 02 47 30 10 20.

Le château de la Giraudière : grande maison, bel accueil

Au cœur de la Sologne des Étangs et aux portes de la Vallée de la Loire, le calme de la propriété est idéal pour y trouver quiétude et intimité. Château de la Giraudière / Photopresse

Cinq chambres et suites au cœur de ce joli bâtiment du XVIIIe siècle entouré d’un parc paysager aux chênes centenaires et de 600 hectares de terres. Dîner aux chandelles dans le château ou sur la terrasse l’été, petit déjeuner soigné et bon participer largement aux plaisirs du séjour. Prêt de bicyclette pour filer jusqu’à Chambord, produits de courtoisie bio Maison Caulières, comme à l’hôtel de Crillon, et depuis ce printemps un bassin de nage pour se rafraîchir après avoir arpenté Chambord tout proche. À partir de 180 €.

Château de la Giraudière, La Giraudière, 41220 Villeny. Tél. : 06 37 21 34 85.

Les Hautes Roches : troglodyte chic

Ce Relais & Châteaux concilie le charme de 14 chambres et suites très design, dont une partie troglodyte. Les Hautes Roches / Photopresse

Surplombant la Loire, niché en partie dans la roche, comme les maisons troglodytes alentour, ce Relais & Châteaux concilie le charme de 14 chambres et suites très design, dont une partie troglodyte justement, et une table étoilée, celle du chef Didier Edon. Le décor rêvé pour « faire la route des châteaux » et visiter les caves proches de Vouvray, un des vins de Loire les plus réputés, tranquilles ou pétillants. Au restaurant, le chef marie avec intelligence produits du terroir et produits de la mer (il est Breton). Son premier menu en 5 services est à 76 €. À la carte, compter 100 €. Chambre à partir de 270 €.

Les Hautes Roches, 86 quai de la Loire, 37210 Rochecorbon. Tél. : + 02 47 52 88 88.

Grand Hôtel du Lion d’Or à Romorantin : Histoire de France et de famille

Construit en 1530 par un ami du roi François 1er, cet hôtel particulier Renaissance fut la résidence des premiers échevins et maîtres drapiers de la ville. Grand Hôtel du Lion d’Or / Photo presse

Résidence des premiers échevins de la ville, construite au XVIe siècle, par un noble, ami de François 1er, la bâtisse Renaissance, est auberge depuis 1774, Les Clément, père étoilé, maman attentive à la décoration et fille au service chouchoutent les hôtes des 16 chambres et suites de ce Relais & Châteaux, un des premiers membres de la chaîne. Séjour gastronomique avec une jolie cuisine du terroir, menu à partir de 120 €. Organisation d’expériences sur-mesure possibles, écoute du brame du cerf dans un abri en forêt, survol en Cessna ou montgolfière des châteaux. Chambre, à partir de 210 €.

Grand Hôtel du Lion d’Or, 69 Rue Georges Clemenceau, 41200 Romorantin-Lanthenay. Tél. : 02 54 94 15 15.

Relais de Chambord : le voisin de François 1er

Le Relais de Chambord profite d’un cadre royal et unique face au château, joyau de la Renaissance et de la vallée de la Loire. Relais de Chambord / Photopresse

Small Luxury Hotel of the world, ce quatre-étoiles est le seul hôtel dans l’enceinte même du château. Une poignée de ses 55 chambres et suites ouvre sur la demeure de François 1euh, d’autres sur le Cosson, cours d’eau la séparant du château, et certaines, moins glamour sur le parking. Les plus hardis opteront pour la toue (sorte de barque à fond plat) – cabanée sur l’eau… Ayant décroché pour 50 ans la concession des lieux, appartenant au domaine de Chambord, l’homme d’affaires Frédéric Jousset, s’est attaché les services de l’architecte Jean-Michel Willmotte pour réparer le très vieillissant Hôtel Saint Michel. Trois tables : gastronomique (menu découverte 90 €) brasserie (salades, burgers, sandwichs — et bar en terrasses. Donnez un spa Nuxe pour un séjour, royal ou presque. Coups de cœur pour les chambres 122 et 215. À partir de 172 € sans vue sur le château, 290 € avec.

Le Relais de Chambord, place Saint Louis, 41250 Chambord. Tél. : 02 54 81 01 01.

Les Sources de Cheverny : en trois coups de pédale, le château

Autour des étangs, des cabanons en bois noirci en forme de longères contemporaines sont dessinés et coiffés d’un patchwork de toits en zinc et ardoise – clin d’œil aux hameaux des alentours. La suite du Baron perché et son belvédère. Éric Martin / Le Figaro Magazine

Ouvert en 2020, entre bois, vignobles et pâturages, le cinq-étoiles compte 49 chambres et suites éparpillées entre le château du Breuil du XVIIIe siècle et les cabanes chics. Deux tables : « Le Favori » qui a décroché une étoile (menu à partir de 120 €), « l’Auberge » bistronomique avec de belles grillades (menu à partir de 32 ) , ont même s’ajouté un bar à vins. Piscines, chevaux, vélos, balades en toue sur la Loire, vol en montgolfière, et superbe spa ouvrant sur la nature. Le ton est donné, bobo de bobo. À partir de 200 € en basse saison, les prix s’envolent les week-ends et l’été.

Les Sources de Cheverny, 23 route de Fougères, 41700 Cheverny. Tél. : 02 54 44 20 20.


À VOIR AUSSI – Le château de Versailles vu par Franck Ferrand

.