Categories
Actu france Environnement Monde Sport Tourisme Vacances

Nos cinq plus belles plages de Corse, du nord au sud de l’Île de Beauté

Sable blanc et eau turquoise : les plages corses n’ont rien à envier aux îles du bout du monde. Tour d’horizon des bords de mer les plus idylliques.

Ah les plages de Corse… Souvent comparées, à juste titre, à celles de destinations exotiques, elles «crèvent les yeux», littéralement. Toutes différentes, elles ont pour dénominateur commun deux ingrédients essentiels : du sable blanc et des eaux turquoise. Passage en revue de ses plus beaux joyaux.

Rondinara (Corse du Sud)

La plage de Rondinara, en Corse, une anse en forme de coquillage parfaitement dessinée. Adobe Stock / Samuel B.

Effet waouh assuré ! À mi-chemin entre Porto Vecchio et Bonifacio, imaginez une anse en forme de coquillage, parfaitement dessinée, fermée par deux presqu’îles couvertes de maquis qui s’avancent l’une vers l’autre, comme le fermoir d’un collier. Entre les deux, un liséré de sable blanc baigné par des eaux turquoise et peu profondes, et bordé de pinède.

En période estivale, ce tableau est agrémenté de voiliers au mouillage dans la baie. À l’exception d’une paillote, aucune habitation ne vient défigurer ce paysage de rêve. Seul hic : un accès par une route étroite un peu malaisée.

Y aller

Route T10 entre Bonifacio et Porto-Vecchio, puis D158 sur la droite, en direction de Suartone. Parking payant en saison.

Palombaggia (Corse du Sud)

Palombaggia, c’est un ruban de sable de 3 km léché par une mer cristalline. Adobe Stock / pkazmierczak

Sur le podium des plages de rêve, Palombaggia peut prétendre occuper la première place. « Idyllique », l’adjectif paraît bien faible quand on découvre cet emblème des beautés naturelles du sud de la Corse, près de Porto Vecchio.

Frangée d’une pinède d’un vert éclatant, elle déroule un ruban de sable blanc sur 3 km, ponctué d’éperons rocheux et léché par une mer cristalline. Les couchers de soleil y sont splendides lorsque les rochers en partie immergés dans l’eau bleue ruissellent de teintes fauves et que les îles Cerbicale se détachent en ombres chinoises sur l’horizon.

Y aller

De Porto-Vecchio, prendre la T10 vers le sud puis bifurquer à gauche vers la D859.

Saleccia (Haute Corse)

Difficile d’accès, la plage de la Saleccia se mérite. Adobe Stock/mattei

Du sable blanc sur 1 km et des fonds translucides que l’on croirait copiés-collés d’un paysage des Seychelles… On ne se lasse pas de cette merveille aux allures tropicales, bordée d’un cordon dunaire piqueté d’oyats et de pins d’Alep. C’est la plage parfaite pour passer une journée farniente ou baignade.

La Saleccia se mérite : son accès en voiture, par une mauvaise piste à travers le désert des Agriates, est difficile. Un sentier littoral la repose à d’autres sublimes étendues de sable, dont la plage de Lodoà l’est (en 45 minutes), et la plage de Ghignuà l’ouest, moins mentionnée.

Y aller

Du hameau de Casta, sur la D81, une piste caillouteuse de 12 km descendre jusqu’à la plage. On peut s’épargner le trajet en voiture en prenant l’une des navettes maritimes au départ de Saint-Florent (www.lepopeye.com, 35 minutes).

Cupabia (Corse du Sud)

Plus discrètement que d’autres plages du Sud, Cupabia est divisée en deux par un éperon rocheux. Adobe Stock/seb hovaguimian

Elle n’a pas l’étoffe d’une star, et pourtant, elle envoûte tous ceux qui l’approchent. Longue étendue de sable fin qui s’offre comme une récompense au nord du golfe de Valincomoins ostensiblement sublime que les plages du sud de la Corse, Cupabia enchante par son authenticité et sa tranquillité.

Un éperon rocheux la sépare en deux, avec des ambiances différentes : calme total au nord (accessible à pied uniquement), tandis que la partie sud est plus familiale.

Y aller

Du village de Serra di Ferrorouler quelques kilomètres vers le nord sur la D155 puis bifurquer à gauche.

L’Ostriconi (Haute Corse)

La plage de l’Ostriconi est un beau diamant brut, encore préservé de la foule. Adobe Stock/Guillaume Besnard

Entre la Balagne et le désert des Agriates, cette plage crée la surprise. Au réduit d’une vallée, on ne s’attend peut-être pas à trouver ce beau diamant brut, relativement préservé des foules, même en haute saison. Savourez cette magnifique étendue de sable et de hautes dunes entre appelées serpentent des bras de mer bordés de roselières, sur fond de collines escarpées.

En revanche, l’ombre y est rare. À signaler : la baignade peut s’y révéler dangereuse en raison de la présence de courants et de vagues souvent puissantes.

Y aller

Suivre la T30 qui repose Corté un Calvi puis, à hauteur du Village de L’Ostriconiprendre la route qui longe la vallée de l’Ostriconi et se terminer en cul-de-sac.

Publié en juin 2020, cet article fait l’objet d’une mise à jour

.

Leave a Reply

Your email address will not be published.