Categories
Culture Loisirs Opinions Technologies Transport

Baisse des émissions dans l’aviation en 2021 selon Cirium

Cirium, société d’analyses des activités de l’aviation, a lancé début novembre son « Global Aircraft Emissions Monitor ». Cet instrument de mesure permet d’avoir une idée très précise des émissions de CO2 et de la consommation de carburant émis par les compagnies aériennes.

Pour obtenir son bulletin des émissions globales de l’aviation, Cirium se base sur une série d’indicateurs basés sur des centaines de variables de vol et d’avion pour une précision maximale. Ces variables comprennent les temps de vol et de roulage réels, la configuration de la cabine, le poids à vide de l’appareil, le tonnage de fret supposé, le type d’appareil et de…

Cirium, société d’analyses des activités de l’aviation, a lancé début novembre son « Global Aircraft Emissions Monitor ». Cet instrument de mesure permet d’avoir une idée très précise des émissions de CO2 et de la consommation de carburant émis par les compagnies aériennes.

Pour obtenir son bulletin des émissions globales de l’aviation, Cirium se base sur une série d’indicateurs basés sur des centaines de variables de vol et d’avion pour une précision maximale. Ces variables comprennent les temps de vol et de roulage réels, la configuration de la cabine, le poids à vide de l’appareil, le tonnage de fret supposé, le type d’appareil et de moteur, l’équipement en winglets ou encore l ‘âge de l’appareil.

Une baisse de consommation pas seulement liée au Covid

Selon Cirium, les compagnies aériennes ont brûlé 40 % de carburant en moins pour les vols effectués en 2021 depuis le début de l’année par rapport à la même période de 2019. Certes, Cirium attribue la réduction des émissions de carbone produite par la baisse des vols dans le monde entier. Réduction obtenue en raison de l’impact du Covid-19 sur le transport aérien. Le nombre de vols suivis depuis le début de l’année par la société d’analyses s’affiche en baisse de 29 % par rapport à 2019.

Cirium constate que si la consommation de carburant s’inscrit à la hausse depuis le début 2021, elle est due avant tout à la reprise des vols intérieurs et internationaux. Cependant, cette consommation reste bien plus basse que ce qu’elle était en 2019, avant la pandémie. Les compagnies aériennes ont exploité de façon moindre leurs appareils. Elles privilégient aussi des avions plus économes en carburant.

Pour Cirium, les émissions de carbone et la consommation de kérosène sont toujours plus au centre des préoccupations de l’industrie. Cela concerne les compagnies aériennes, les aéroports, les avionneurs, les autorités de gestion du trafic aérien et les fournisseurs de carburant.

La reprise va relancer la consommation d’ici 2039

Si l’aviation a globalement réduit ses émissions cette année, la reprise des voyages devrait inverser cette tendance dès 2022. Les espoirs de Cirium portent sur une reprise mondiale aux niveaux de 2019 potentiellement d’ici 2023.

Parallèlement, Cirium estime qu’une expansion de la flotte mondiale se traduira par une la consommation de carburant pouvant atteindre 485 millions de tonnes en 2039. Ce qui équivaut à 1 530 millions de tonnes d’émissions de CO2. Ce serait certes un doublement de l’actuelle consommation de carburant par l’aviation. Cependant, ce chiffre ne prend pas en compte les initiatives en faveur des carburants d’aviation durables (SAF) ou la compensation carburant.

Expliquant les raisons de l’exhaustivité du Cirium Global Aircraft Emissions Monitor, Jeremy Bowen, PDG de la société notait lors de son lancement que « les objectifs définis par l’aviation pour atteindre des émissions nettes nulles d’ici 2050 de comprendre en profondeur tous les éléments nécessaires aux opérations en vol. Le Global Aircraft Emissions Monitor de Cirium peut ainsi se targuer de fournir des données de la plus haute qualité et validité.«

Leave a Reply

Your email address will not be published.