Categories
Actu france Environnement Monde Sport Tourisme Vacances

au coeur de l’Ardenne méridionale

voyages

Patrimoine et nature seront au programme de vos balades. Ces villages ne manquent ni de sentiers, ni de gîtes pour vous accueillir.

Par Frédéric Marchesani / Photos Guy Focant et Bastien Lansbergen

Champêtre et forestier, la commune de Daverdisse se situe au nord-ouest de la province du Luxembourg, au cœur de l’Ardenne. Voisinant avec les communes luxembourgeoises de Libin, Paliseul et Wellin et, à l’ouest, avec celles, namuroises, de Beauraing, Bièvre et Gedinne, elle est composée de quatre villages : Daverdisse, Gembes, Haut-Fays et Porcheresse. À ceux-ci, il faut ajouter des dizaines de lieux-dits.

Daverdisse possède la particularité d’être la commune la moins peuplée de Wallonie (1 409 habitants au dernier recensement de 2018). Côté patrimoine, on compte un arbre et un pont classés, tandis qu’une trentaine de biens sont inscrits à l’inventaire du patrimoine immobilier culturel. La nature qui s’y taille la part du lion : Daverdisse abrite trois sites de grand intérêt biologique et quatre sites Natura 2000.

Châteaux et demeures. Parmi les biens patrimoniaux qui conviennent à toute notre attention se trouvent deux châteaux. Celui de Daverdisse, situé à l’écart du village, est l’ancienne demeure des seigneurs du lieu. De cette époque lointaine ne subsistant de l’ancien plan en carré ou en U que deux tours d’angle en grès, probablement du XVIe siècle. L’une est arasée à mi-hauteur, tandis que l’autre a été intégrée au nouveau château bâti au XVIIIe siècle sur un plan en L, qui prend l’aspect d’un manoir. Ce logis classique de deux niveaux a été élevé vers 1732 en réutilisant à l’arrière le mur de l’ancien château. Côté cour, il affiche aujourd’hui une belle façade en briques et pierre calcaire. Côté rue, le mur-pignon est creusé d’une fenêtre analogique. Le logis est protégé par une longue bâtière d’ardoises piquée d’une aigrette en fer forgé. À quelques mètres de là, on admire la seconde tour médiévale, qui a conservé ses créneaux et a été intégrée au jardin.

Le château de Daverdisse, manoir reconstruit au XVIIIe siècle. ©Guy Focant et Bastien Lansbergen

À Porcheresse, c’est un château bien différent qui tient le regard. Il est l’héritier de diverses constructions créées depuis le XVIIe siècle. Gravement incendié en 1914 au cours de la guerre, il a été reconstruit entre 1919 et 1920 par son propriétaire, le baron Henry Moortgat, dans le goût de l’époque. L’architecte a intégré les ouvertures, développé la décoration de la façade, des volumes pyramidaux et aménagé un intérieur confortable. Les salons et décors, de style classique d’inspiration Second Empire, sont les dignes héritiers des salons des hôtels de maître du XIXe siècle. Vendu en 1934, le château a connu divers propriétaires avant d’être transformé, vers l’an 2000, en lieu de vacances par une société mutuelle flamande. Revenu par la suite, il accueille toujours une résidence de vacances, le Château Morreau. On peut également y organiser des réunions et autres séminaires.

À Daverdisse encore, l’ancien moulin se place le long de l’Almache, un affluent de la Lesse dont la jolie vallée boisée est parsemée d’endroits légendaires, tel le trou de l’Ermite. Situé au cœur d’un parc de six hectares, il a été reconverti en hôtel et restaurant gastronomique. La maçonnerie laisse apparaître les traces de plusieurs campagnes de rénovation.

Le moulin, devenu hôtel-restaurant. ©Guy Focant et Bastien Lansbergen

Plus au cœur du village, la rue principale est bordée de belles maisons traditionnelles dans un environnement de verdure. La plupart présentent des volumes des XVIIIe et XIXe siècles, souvent transformés en lieu d’accueil touristique. Parmi celles-ci, la « maison blanche » ferme la perspective de l’allée des Marronniers. Au XIXe siècle, elle abritait la maison communale, avant d’être transformée en hostellerie à la Belle Époque. Ce volume cubique en grès blanc est flanqué de deux volumes annexes et d’un troisième à l’arrière. La partie principale date du XVIIIe siècle.

Le pont des Gades, patrimoine classé. Le territoire wallon abrite des milliers de ponts, de toutes sortes et de tous âges. Nous les franchissons presque quotidiennement sans nous poser de questions sur leur histoire. Ils constituent une branche de notre patrimoine méconnue et dont la richesse est insoupçonnée. En Wallonie, plus d’un millier de ponts sont repris à l’inventaire du patrimoine immobilier culturel. Parmi ceux-ci, quarante-six sont classés comme monument ou site.

Le pont des Gades à Gembes, seul monument classé de la commune. ©Guy Focant et Bastien Lansbergen

Parmi les centaines de ponts d’intérêt patrimonial présents sur le territoire wallon, plusieurs ont atteint un âge vénérable. C’est le cas du pont des Gades qui, bien qu’il ait été transformé dans la seconde moitié du XIXe siècle, remonte au XVIIIe siècle. Son nom lui a été donné en raison de la présence de troupeaux de chèvres, « gattes » en wallon, qui jadis broutaient paisiblement dans les prairies voisines.

L’ouvrage qui franchit l’Almache permettait autrefois de relier les villages de Gembes et Porcheresse, avant la création de voies de communications modernes. Le chemin qui le prolonge aujourd’hui vers des champs et la forêt. Rénové en 2015, il a été rétabli au moyen de moellons de schiste, cette roche friable caractéristique de l’architecture ardennaise. Son tablier est porté principalement par deux grandes arches en plein cintre. Celles-ci voisinent avec une troisième arche, plus petite, servante au passage d’un bief qui alimente le moulin de Gembes. Les parapets présentent des couvre-murs constitués de dalles de schiste. Protégé depuis 1991, ce pont est le seul monument classé de la commune.

La grotte Notre-Dame de Lourdes, réplique de la grotte de Massabielle, accueille un pèlerinage depuis 1903. ©Guy Focant et Bastien Lansbergen

préparez votre visite

La commune se situe au cœur du parc naturel de l’Ardenne méridionale. Celui-ci regroupe neuf communes du sud de la Wallonie, à cheval sur les provinces de Namur et du Luxembourg : Bertrix, Bièvre, Bouillon, Daverdisse, Gedinne, Herbeumont, Paliseul, Vresse-sur-Semois et Wellin. Cette importante réserve fait plus que la part belle à la nature, car elle compte 60 % de forêts et 31 % de zone agricole. Daverdisse dépend également de la maison du tourisme du Pays de Bouillon, qui propose des dizaines de balades pédestres dont plusieurs dans les villages de la commune.

INFOS
www.ardenne-meridionale.be
www.paysdebouillon.be

À Porcheresse, l’ancienne école a été reconvertie en musée du sabot. Celui-ci présente tous les outils du sabotier d’autrefois et rappelle que cet artisanat faisait jadis la fierté du village. Pour le découvrir, il est indispensable d’en faire la demande au plus tard la veille de la visite.

INFOS
Pour réserver, appelez le +32 (0)61 50 33 70 ou envoyez un courriel à [email protected]

©Guy Focant et Bastien Lansbergen

Leave a Reply

Your email address will not be published.