Categories
Actu france Environnement Monde Sport Tourisme Vacances

la galère avant le départ en vacances

L’obtention d’un titre d’identité se fait en deux temps : la prise d’un rendez-vous à la mairie qui va récupérer les justificatifs nécessaires et les empreintes. Puis viennent ensuite l’instruction du dossier à la préfecture et la fabrication du titre. Le délai est actuellement de 25 jours, indique le cabinet de Marlène Schiappa, ministre déléguée à la Citoyenneté.

Un plan d’urgence

En revanche, pour obtenir un rendez-vous à la mairie, « au niveau national, il faut compter 65 jours » en moyenne, selon la même source, même si la situation est « très hétérogène » suivant les villes, les départements. En Île-de-France, il faut par exemple compter huit semaines.

« Nous sommes très mobilisés sur la réduction des délais pour l’obtention des cartes d’identité et passeport », a assuré mardi Marlène Schiappa en visite au centre administratif de Melun. Ainsi, un plan d’urgence de 10 millions d’euros vient d’être mis en place par le gouvernement pour permettre aux villes d’embaucher des Contractants et d’ouvrir davantage de créneaux de rendez-vous.

Pour les communes périurbaines ou en campagne, Joël Giraud, ministre de la Cohésion des territoires, a annoncé mardi l’implantation de 410 dispositifs de recueil des justificatifs dans les maisons France Services. Ces structures permettent une aide aux démarches administratives dématérialisées aux personnes qui en sont éloignées.

Rattrapage post-Covid

Plusieurs facteurs expliquent la hausse de la demande de titre d’identité et le goulet d’étranglement. « Comme tous les ans, nous sommes dans la période estivale et les vacances approchent et certains s’aperçoivent que leur titre arrive à péremption », explique Marlène Schiappa. « Il y a également des examens qui arrivent et pour lesquels de jeunes personnes ont besoin d’un titre d’identité et puis il y a la question du Covid », ajoute-t-elle.

Depuis l’été 2021, l’Agence nationale des titres sécurisés (ANTS) constate une augmentation des demandes liées à la levée des restrictions sanitaires sur les déplacements et au rattrapage des demandes non effectuées en 2020 et 2021, avec des Français qui ont retrouvé l ‘envie de passer les frontières.

Enfin dans une moindre mesure, il y a « l’engouement vis-à-vis de la nouvelle carte d’identité au format carte de crédit, plus sécurisé et plus pratique », indique le ministre, qui assure vouloir « tout faire pour faire inverser la tendance et qu’à partir de juillet on pourra retrouver une tendance normale », de trois semaines.

« Tolérance » dans certains cas

Pour ceux qui ont des examens, notamment les bacheliers, il existe « une tolérance » pour les CNI périmées.

En principe, il est impossible de voyager avec des papiers d’identité qui ont expiré mais certains pays de l’UE (Croatie, Grèce, Hongrie, l’Italie) le tolèrent.

Leave a Reply

Your email address will not be published.