Categories
Actu france Environnement Monde Sport Tourisme Vacances

Montségur veut être le 2e Grand Site de France des Pyrénées : les élus en voyage d’étude au Canigou

l’essentiel
Montségur veut être le 2e Grand site de France dans les Pyrénées après le Canigou. Voyage d’étude en terre catalane.

Une délégation des Pyrénées cathares est allée au contact des acteurs du Grand Site de France du massif du Canigou, en fin de semaine dernière. Marc Sanchez, président de la communauté de communes du Pays d’Olmes, et Stéphane Bourdoncle, vice-président de celle du Pays de Mirepoix, étaient entourés d’élus du pays d’Olmes parmi lesquels le maire de Montségur.

Le Canigou a été labellisé en 2012 par le ministère de la Transition écologique et il est à ce jour le seul dans les Pyrénées. Montségur et plusieurs communes du pays d’Olmes ont le projet de devenir le 2e Grand Site de France de la chaîne.

A lire aussi :
Ariège : une pierre historique posée au pied du pog de Montségur

Durant ces deux journées, les élus et techniciens du territoire avaient une pensée pour l’ancien président du Pays des Pyrénées cathares, Marc Carballido, décédé la veille de ce voyage d’étude. Il avait été l’initiateur de la démarche en 2016.

Il a fallu dix ans aux Catalans pour obtenir le label et il en faudra sans doute autant aux Ariégeois, bien engagés depuis l’avis favorable de la commission supérieure des sites, perspectives et paysages (CSSPP) en décembre 2020. Aujourd’hui, Marine Le Breton, chargé de mission au sein de la CCPO, est aux manettes pour coordonner les actions prioritaires de l’OGS (Opération Grand Site). Elle était bien sûre du voyage avec ses collègues du pôle projets. Étaient également représentés le Pays d’art et d’histoire et l’Ana-Cen, gestionnaire de la réserve naturelle régionale du massif de Saint-Barthélemy.

« Aménager » et « ménager »

« Les efforts pour accueillir un nombre toujours plus important de visiteurs sur le site de Montségur exigent, en corollaire, que tous les moyens pour renforcer la qualité environnementale et la préservation des lieux soient mis en œuvre », écrivait Marc Carballido dans l’édito du dossier de candidature auprès du ministère. C’est la même préoccupation qui a porté à la candidature déposée par les élus catalans pour la préservation de leur « montagne sacrée ». « Aménager » et « ménager » sont les maîtres mots qui correspondent bien aux préoccupations constantes des élus et techniciens du Syndicat mixte Canigó Grand Site.

L’un des enseignements majeurs de ce voyage d’étude est résumé par Marc Sanchez : « Au-delà du périmètre du site classé, le développement économique se fait connaître dans toutes les communes de la destination Canigó (vallées de la Têt et du Tech , NDLR). » Le président de la CCPO fait le parallèle avec les 57 communes de la destination Pyrénées cathares qui profiteront selon lui du rayonnement du site labellisé.

Leave a Reply

Your email address will not be published.