Categories
Actu france Environnement Monde Sport Tourisme Vacances

la croisière bientôt de retour en Martinique ?

La pandémie de COVID 19 avait stoppé net l’activité croisière en Martinique. Beaucoup se souviennent de ces premiers cas de contamination qui revenaient de croisières mais aussi de tous ces paquebots tenus à distance des ports avec leurs passagers à bord.

Plus de deux ans après, les paquebots ne sint toujours pas de retour chez nous, contrairement à l’Hexagone où la croisière a redémarré depuis juillet 2021.

Le top départ des autorités locales

Un décret ministériel aurait été mis à jour en mars dernier, il autoriserait les escales des navires de croisière dans les ports ultramarins,“sauf si le navire présente des risques sanitaires”. François Baltus, Directeur général du Comité Martiniquais du Tourisme parle également d’un nouveau protocole qui donne une autorisation de principe aux compagnies de croisières d’escales en Martinique :

Il faut encore aller plus vite et plus longe. Parce que MSC, par exemple, nous avons mis une date limite au 10 mai, sinon ils quittent la Martinique. Nous travaillons en étroite collaboration pour faciliter ce retour. Retour prévu vers le mois de novembre ou de décembre. On ne peut pas leur dire Ok juste trois mois avant.

Si à ce jour les autorités n’ont pas indiqué précisément la date de reprise des croisières, Brice Nayaradou, gérant de Nayaradou Voyages garde bon espoir :

Il y a des échanges avec les entreprises sur les protocoles et la façon dont on sera géré. Donc oui, sur un bon espoir. On trouve le temps un peu long vu qu’on est déjà au mois de mai et les bateaux sont censés revenir vers novembre décembre. Effectivement, les croisières sont une source de revenus importante pour les agences de voyages en Martinique. Il faut savoir aussi que les Martiniquais sont de gros consommateurs de croisière.

La filière croisière en Martinique a enregistré – rien que pour les agences de voyages – jusqu’à 90% de perte en 2020-2021.

“Durant deux ans, il fallait se réinventer”

Avec cet arrêt forcé de la croisière, les excursionnistes et les tours opérateurs n’ont pas eu d’autre choix que de se réinventer. Le tourisme de séjour, lui-même en difficulté, a été une voie de secours pour Lesly Ferrati, gérante de la société Beyond The Beach, spécialiste de l’excursion :

C’est vrai qu’il a fallu se réinventer. Les croisiéristes exposent le plus gros de notre volume d’affaires puisqu’on leur propose des excursions pour découvrir l’île. On s’est davantage orienté sur le tourisme de séjour mais sur un également proposé des activités aux Martiniquais qui veulent faire des choses un peu inédites. On propose du coup des activités pour les couples et des choses beaucoup plus traditionnelles comme l’initiation à la yole. Il a fallu s’orienter vers une nouvelle clientèle qui n’était pas notre cœur de cible au départ.

De son côté Kalongi, excursionniste et gérant de Kalongi Tour, explique en quoi sa reconversion temporaire n’a pas été choisie facile :

Nous savons bien que nous n’avons pas eu le droit à la croisière par rapport à la France et d’autres îles de la Caraïbe. C’était très difficile. Il a fallu faire des choix. Personnellement, j’ai dû me pencher sur le transport sanitaire qui ne me plaisait pas et qui ne me plaît toujours pas. J’ai eu recours à cette branche vraiment pour pouvoir m’en sortir.

Leave a Reply

Your email address will not be published.