Categories
Culture Loisirs Opinions Technologies Transport

Dassault aviation : Année rapide pour Dassault Aviation, qui double ses bénéfices et quadruple ses prises de commandes

(BFM Bourse) – Tant sur le plan civil que militaire, l’avionneur a engrangé de nombreuses commandes et livré plus d’appareils qu’escompté en 2021. Dassault Aviation prévient néanmoins que ses revenus devront baisser en 2022, alors qu’il compte livrer 48 avions, contre 55 lors de l’exercice livré.

Recherché par les investisseurs depuis des semaines dans un contexte de guerre aux portes de l’Europe et de l’annonce (choc) du réarmement de l’Allemagne notamment, Dassault Aviation a publié ce vendredi matin ses résultats (et perspectives) particulièrement attendus.

Et si l’avionneur a fait partie de comptes supérieurs qu’attendus et de prises de commandes exceptionnelles, à 100 appareils (51 Falcon et 49 Rafale, contre seulement 15 Falcon en 2020), il prévient que son activité devrait quelque peu ralentir sur l ‘exercice en cours. “La prévision pour 2022 est de livrer 13 Rafale et 35 Falcon. Le chiffre d’affaires sera en baisse par rapport à celui de 2021” avance ainsi le PDG du groupe Eric Trappier.

Ces 48 livraisons prévues pour 2022 sont à comparer aux 55 appareils livrés lors de l’année livrée, soit 30 Falcon (quand le groupe avait prévu d’en livrer 25) et 25 Rafale (conforme à la “guidance”). Le chiffre d’affaires annuel atteint ainsi 7,25 milliards d’euros, en hausse de 32% sur un an et presque au niveau de 2019 (7,34 milliards). Le bénéfice net ajusté s’établit pour sa part à 693 millions d’euros, contre 396 millions en 2020 (+75%).

Dans le domaine militaire, l’année 2021 a été “marquée par la concrétisation des efforts de prospection Rafale conduisant à la commande de 49 Rafale neufs (31 pour l’Égypte, 12 pour la France et 6 pour la Grèce” ainsi que 12 d ‘occasion (pour la Grèce), précise Dassault Aviation. Le carnet de commandes compte désormais 86 Rafale neufs, dont 46 à l’export, en attendant la signature d’un contrat de 80 Rafale pour les Émirats Arabes Unis. Et celui-ci Devrait encore bondir en 2022 alors que les commandes des Emirats Arabes Unis (80 Rafale), de l’Indonésie (42) et la commande supplémentaire de la Grèce devraient entrer en vigueur selon le PDG.

“Nous étions passés pratiquement à cadence zéro (Rafale par mois) en 2020. Deux ans plus tard, nous sommes actuellement à deux par mois, et nous allons passer à trois par mois avec les contrats émiratis et indonésiens” a détaillé le dirigeant, lors d’une conférence de presse avec les journalistes. Interrogé sur la forte hausse annoncée du budget allemand de défense (le chancelier Olaf Scholz a notamment annoncé dimanche débloquer une enveloppe exceptionnelle de 100 milliards d’euros pour moderniser son armée sous-équipée), Eric Trappier a répondu que “si la première a choisi qu ‘ils font est d’acheter le F-35 [à l’américain Lockheed Martin, hypothèse qui tient actuellement la corde, NDLR]ça va rafraîchir notre relation”

Sur le plan civil, 51 Falcon ont donc été commandés en 2021. L’augmentation de l’activité constatée est due “d’une partie à la reprise du marché de l’aviation d’affaires, et d’autre part, à l ‘élargissement de la gamme avec le Falcon 6X et le Falcon 10X” explique le groupe.

Le carnet de commandes atteint ainsi un record à 20,7 milliards d’euros à fin 2021, avec 86 Rafale et 55 Falcon.

Fort de ces solides résultats et perspectives, le conseil d’administration a par ailleurs décidé de proposer la distribution d’un dividende de 2,49 euros par action, doublé par rapport à 2021 (1,23 euro par action) et correspondant à un montant de 208 millions d’euros, soit une distribution de 30% du bénéfice net ajusté.

Dassault Aviation insiste enfin sur le fait qu’il poursuit également ses efforts pour réduire l’impact de ses processus et de ses produits sur l’environnement, et précise à cet égard que “la gamme Falcon est d’ores et déjà capable de voler avec 50% de carburants durables”.

En Bourse, le titre de l’avionneur est l’un des rares à échapper à la nouvelle purge du marché parisien ce vendredi matin face à l’intensification des combats en Ukraine. Vers 10h35, celui-ci gagne 1,8% à 133,4 euros – et consolide sa place sur le podium des meilleures performances du SBF 120 depuis le 1er janvier (3e, derrière Eramet et Thales, avec un gain de 40%).

Quentin Soubranne – ©2022 BFM Bourse

Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur DASSAULT AVIATION en temps réel :


Leave a Reply

Your email address will not be published.