Categories
Actu france Environnement Monde Sport Tourisme Vacances

Sur L’Île-d’Yeu, grand bleu, paix et poésie

Situé à quelques centaines de mètres du débarcadère de Port-Joinville sur L’Île-d’Yeu (Vendée), où arrivent les navires assurant les liaisons maritimes depuis Fromentine et Noirmoutier, l’ancien hôtel Le Caillou Blanc a rouvert ses portes le 16 Avril. Les nouveaux propriétaires, Guillaume Foucher et Frédéric Biousse, à la tête de la société Les Domaines de Fontenille, l’ont rénové et renommé Les Hautes Mers en hommage à la chanson de Barbara.

Seule une petite route, accessible uniquement à pied ou à bicyclette, sépare le jardin de l’hôtel et sa piscine bordée de transats dans la baie de Ker Châlon. A l’étage, la Junior Suite no 15 (l’hôtel dispose de 17 chambres et suites) est idéale pour contempler l’océan par tous les temps : depuis la terrasse privée quand il fait doux ou à l’abri derrière les grandes baies vitrées de la loggia, lorsque le vent souffle ou que la tempête fait rage. Dès l’entrée, une banquette en bois garnie de coussins, nichée sous une fenêtre avec vue, invite à la contemplation.

La Junior Suite n°15.

La chambre est équipée d’un confortable lit queen size et parsemée d’objets emblématiques de l’univers marin (voiliers miniatures, bouée d’amarrage, statuette de baleine, nœud en corde…) sans que l’ensemble vers dans le kitsch maritime. Sur une étagère, deux célèbres romans d’aventures de pêche sont proposés : Moby Dick, d’Herman Melville et Le Vieil Homme et la mer, d’Ernest Hemingway. Et dans la salle d’eau les soins biologiques de la marque L : un Bruket, fabriqué sur la côte ouest suédoise, sont à la disposition des hôtes.

27, rue Pierre-Henry, L’Île-d’Yeu. La nuit dans la junior suite n°15 à partir de 400 euros. lesdomainesdefontenille.com

A 100 mètres : nager en paix

Ce n’est pas un hasard si la plage de Ker Châlon a accueilli les premiers bains de mer sur l’île au début du XXe siècle : l’eau est tiède et il n’y a pas de courant. A marée haute, les nageurs évoluent sous les cris des mouettes et des goélands argentés qui escortent les bateaux de pêche. A marée basse, riverains et vacanciers s’adonnent à la pêche à pied, à la recherche de coquillages et petits crustacés, en levant la tête lorsque la sirène d’un navire retient au loin.

A 750 mètres : déjeuner sur le port

La terrasse de La Cabane, sur le port, au cœur du quartier le plus animé de l’île, permet d’observer le va-et-vient des bateaux comme celui, terrestre, des Méhari. A l’intérieur du restaurant, mobilier en rotin, fauteuils Emmanuelle et suspensions en paille évoquent les cahutes du bout du monde. On y sert une cuisine simple : des samoussas de sardines, du poisson de la criée des Sables-d’Olonne à la plancha et du gâteau nantais en dessert.

Il vous reste 39,47% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply

Your email address will not be published.