Categories
Actu france Environnement Monde Sport Tourisme Vacances

L’hypocrisie japonaise du tourisme étranger sous la Golden Week 2022

Pour la première fois depuis 3 ans, cette année les Japonais ont pu profiter de la sacro-sainte Golden Week presque normalement.
Comme vous le savez si vous lisez Kanpai assidûment, les salariés nippons disposent de peu de jours de congé et il est mal vu de tous les prendre. C’est pourquoi les vacanciers se concentrent très fortement sur 3 périodes de l’année en particulier, où l’archipel semble comme s’arrêter pour se consacrer aux congés nationaux :

🏖 La libération des congés du printemps 2022

Alors que les Golden Weeks de 2020 et 2021 avaient été réfrénées pour cause de pandémie de Covid 🦠cette année les festivités ont battu leur plein grâce à la suppression des (quasi) états d’urgence et l’autorisation de voyager à nouveau, à la fois hors de sa préfecture de résidence et à l’étranger.
Pensez-vous : juste avant le début des festivités, le ministre de la relance économique Daishiro Yamagiwa ouvrait carrément le débat sur l’utilité de porter un masque 😷 en extérieur, peu après la sortie presqu’inattendue de l’expert sanitaire en chef Shigeru Omi sur les activités sociales !

En réalité, la population de l’archipel n’a jamais été confinée et il s’agissait d’une recommandation morale plutôt que d’une interdiction juridique, mais la réputation du suivisme japonais n’était plus à faire, peu osaient en réalité le plus courageux. En tout cas, si un certain nombre de Japonais ne se serait pas fait prier pour voyager, il n’y avait pas encore de mouvements de masse.

Beaucoup de Japonais, logiquement frustrés de 2 années sans voyages, en ont donc profité pour s’offrir quelques vacances bien méritées en cette Golden Week 2022. Ainsi, rien que sur la route, les longs embouteillages se sont compensés.

👨‍🔬 Une explosion de tests Covid pré-GW

Pour qui suit les indicateurs Corona avec attestation, une statistique mais de quoi surprendre : celle des PCR et des antigéniques effectués par la population.
Depuis fin février, le nombre de tests quotidiens oscillait entre 150 et 200.000. En France pour comparaison, on tournait autour de 350 à 400.000 tests par jour sur la même période, malgré une population 2 fois moins nombreuse (soit environ 4 fois plus à nombre d’habitants égal).

Mais d’un coup le 27 avril (veille du début de la Golden Week), les Japonais ont été bizarrement ~7 fois plus à se faire dépister : 1,34 million de tests ont en effet été réalisés sur cette seule journée ! Avec une capacité de résultat de seulement 390.000 quotidiennement, il aura fallu plusieurs jours pour les absorber.

Pensez-vous qu’il s’agisse uniquement de Japonais urbains responsables, vérifiant qu’ils n’étaient pas contractés Omicron avant de retourner dans leur furieux pour passer quelques jours voir leur famille restée à la campagne ?
Quelques indices nous encouragent à penser que non. Car une constante du néo-tourisme mondial post-Corona est l’obligation désormais classique de soumettre un résultat de PCR négatif pour pouvoir embarquer à bord d’un vol vers l’étranger.

Un petit tour dans les principaux aéroports japonais, désespérément vides depuis 2 ans à cause de leurs fortes restrictions aux frontières, donne ainsi des éléments de réponse concrets en cette fin avril : ils étaient en effet déjà au moins 100.000 à avoir décollé de Narita seulement.

La liste des destinations extérieures où se sont rendus les Japonais en cette Golden Week 2022 n’est pas connu, si toutefois elle était rendue publique dans le futur, mais on sait déjà qu’Hawaii figure en bonne place dans la liste, sans grande surprise au vu de son statut de destination “cocotiers” traditionnelle des Nippons.

🛂 2 poids, 2 mesures

Il ne vous aura pas échappé que les frontières japonaises sont encore inconnues fermées aux touristes étrangers en ce début mai 2022, sans doute pour quelques semaines encore (une reprise dès juin est envisageable) :

Le gouvernement de Fumio Kishida conserve cette position de durée :

Pour être tenu(e) informé(e) le jour-même des annonces de réouverture des frontières aux touristesn’oubliez pas de vous inscrire gratuitement à la newsletter Kanpai :

Ce choix de prolonger son néo-Sakoku (la fameuse politique isolationniste) est justifiée par le Premier ministre japonais par une peur de la propagation du Corona sur son territoire. Il ne répond pas, en revanche, à la logique d’autoriser dans le même temps des centaines de même milliers de Japonais (tous la semaine !) à vaquer gaiement dans les autres pays, dont certains sans restrictions, avant de revenir tranquillement sur l ‘archipel.

Nous appelons cela de l’hypocrisie, mais d’aucuns sautent allègrement le pas et crient à la xénophobie. Jusqu’à quand cette posture pourra-t-elle tenir en l’état ?

Leave a Reply

Your email address will not be published.