Categories
Actu france Environnement Monde Sport Tourisme Vacances

échappée belle à Príncipe Real

La fête bat son plein. Le Dj est aux platines, les petits plats de bacalhau les invités dansent et crient. L’ambiance est au beau fixe pour l’inauguration du nouvel hôtel Mama Shelter à Lisbonne, situé entre les rues de Príncipe Real et l’avenida da Liberdade. La ville blanche, était l’un des derniers bastions en Europe, à ne pas profiter des atouts de la chaîne fondée par la famille Trigano. C’est choisi fait, et tous les codes du « Mama » sont là : literie cinq étoiles mais prix accessible, accueil cool, dessins punchy au plafond, déco pop, baby-foot, four à pizza, masques de super-héros sur les lampes de chevet… Le tout agrémenté de touches plus locales, comme les poissons en céramique signés Bordallo Pinheiro.

Cerise sur le gâteau, ce « Mama Lisboa » dispose d’un roof top de carte postale avec vue à 360 degrés sur la Ville blanche et d’un brunch dont la réputation n’est plus à faire le week-end. Mais il se révèle surtout un point d’ancrage idéal pour découvrir Príncipe Real. Fréquenté au départ par la communauté gay, ce quartier en plein éveil accueille aujourd’hui restaurateurs et jeunes designers.

Pour s’imprégner de son esprit arty, on débutera la visite par la nouvelle galerie du français Alexandre Neimann, Barracuda Interiors, qui présente de superbes pièces de mobilier de la fin du XIXe siècle aux années 1980 (rua do Vale de Pereiro, 8A), avant de se diriger vers le Jardim botânico, temple bucolique où siester au milieu des jacarandas parfumés. A deux pas, la praça do Príncipe Real, pittoresque et ombragée, est le spot où boire un expresso assis à l’ombre d’un kiosque. Difficile d’imaginer que sous ce lieu se cache un musée de l’eau.

La suite après la publicité

Le concept store Embaixada, au 26 praça do Príncipe Real, installé dans un magnifique palais de style mauresque

Premier réservoir du réseau de distribution de la ville, le Reservatório da Patriarcal a été conçu en 1856 par l’ingénieur français Louis-Charles Mary. Avec ses piliers d’une dizaine de mètres de hauteur, l’endroit, ouvert à la visite, est impressionnant. Le must, y aller le vendredi soir pour écouter un concert de fado : l’acoustique vaut le déplacement. On chinera ensuite des vêtements vintage à El Dorado (rue du Nord, 25) avant de filer vers les rues Dom Pedro V et da Escola Politécnica, où se succèdent de petites boutiques d’objets design et déco.

De l’art de chiner : les conseils de Sophie Fontanel

Mais le concept store le plus spectaculaire du coin est sans aucun doute Embaixada, au 26 praça do Príncipe Real, installé dans un magnifique palais de style mauresque. A l’heure du déjeuner, en redescendant vers le Tage, une halte s’impose chez André Coelho et Marta Caldeirão, le duo à la tête du nouveau restau Âmago, un mouchoir de poche où l’on se régale de plats portugais revisités avec finesse et modernité (rue d’Alegria, 41C).

Plus traditionnelle, l’Antiga Casa Faz Frio est une tasca (cantine populaire) qui n’a peut-être pas changé depuis sa création en 1918 (rue Dom Pedro V, 96). Et si l’on préfère pique-niquer au soleil, direction le Parque Eduardo VII. De là, on rejoindra en quelques pas la Fondation Calouste-Gulbenkian et ses chefs-d’œuvre. Enfin, pour s’imprégner de l’art de vivre lisboète, on finira la soirée avec un ciné et un verre de vinho verde au bar de la Cinémateca Portuguesa (rue Barata Salgueiro, 39).

Le spot de charme : l’hôtel Alma Lusa à Baixa

En descendant vers le Tage, dans le quartier plus touristique de Chiado/Baixa, l’hôtel Alma Lusa est une charmante halte nichée « Praça do Municipio », sur une des plus jolies places de Lisbonne. Le propriétaire Miguel Simoes De Almeida et l’architecte Giano Gonçalves ont travaillé de concert afin de rendre sa splendeur à cette belle bâtisse aristocratique dans un savant mélange de touches anciennes et design. On aime les dalles anciennes, les luminaires de la marque britannique Astro ou le papier peint rétro-chic signé Andrew Martin. Même esprit dans les 28 chambres avec les boutis faits main et leur cheminée en pierre recouverte d’un fond de mosaïque portugaise. Côté cuisine, c’est à la table du resto Delfina que cela se passe avec des plats classiques mais joliment exécutés.

La suite après la publicité

A partir de 145 € sur Booking.com et www.almalusahotels.com.

Y aller

Avec Transavia au départ de Paris, Montpellier et Nantes. A partir de 75 € l’A/R. transavia.com

Se loger

La suite après la publicité

Mama Shelter : déco pop, cuisine au top, super brunch. DJ les week-ends. A partir de 90 € la chambre. Rua do Vale de Pereiro, 19. mamashelter.com/lisboa

Hôtel Mama Shelter
Hôtel Mama Shelter

Y crèche

Crouton, pour des pizzas gastronomiques servies uniquement le soir, et préparées par Francisca Farinha. Rua de São Bento, 337A.

Panificadora Marquise : une des meilleures boulangeries de la ville ouverte par Cristiana Vieira. Juste à côté, un salon de thé et une boutique de déco scandinave. Rue Nova Piedade 29-33.

La suite après la publicité

-50 % la première année avec Google

En appliquant ce parcours d’abonnement promotionnel, vous autorisez le dépôt d’un cookie d’analyse par Google.

Un rapporteur

De la faïence et des azulejos de chez Solar, caverne d’Ali Baba incontournable. Rua Dom Pedro V, 70. solar.com

Azulejos de chez Solar à Lisbonne
Azulejos de chez Solar à Lisbonne

Leave a Reply

Your email address will not be published.