Categories
Environnement Opinions Technologies Transport

Argenteuil. Après 17 semaines de conflit, fin de la grève chez Dassault Aviation

Jeudi 9 décembre 2021, des palettes brûlent dans la cour de l’usine Dassault Aviation d’Argenteuil. Les grévistes sont en colère ! (©La Gazette du Val d’Oise.)
Emmanuel Dumoulin (au micro) s'est défendu dans la cour de l'usine Dassault Aviation, devant les salariés grévistes.
Emmanuel Dumoulin (au micro) s’est défendu dans la cour de l’usine Dassault Aviation, devant les salariés grévistes. (©La Gazette du Val d’Oise.)

Vendredi 29 avril, une centaine de salariés de l’Usine Dassault Aviation d’Argenteuil se sont retrouvés pour célébrer au centre sportif Auguste-Delaune la fin de dix-sept semaines de conflit avec leur direction.

Accord signé le 8 avril

« Une grève historique », selon le délégué Cgt Dassault Argenteuil Emmanuel Dumoulin. Celle-ci s’est conclue par un accord signé le 8 avril entre la direction et les syndicats.

Argenteuil spécialisé dans le montage des fuselages des Rafale et des pointes avant des Falcon

La grève avait touché le site d’Argenteuil, spécialisé dans le montage des fuselages des Rafale et des pointes avant des Faucon et l’ensemble des neuf usines du groupe en France.

L’accord prévoit pour les salariés non-cadres (la grève concernerait principalement cette catégorie) une « augmentation générale uniforme » de 140 euros bruts sur treize mois.

L’augmentation générale, qui était prévue dans l’accord de décembre dernier, soit +1,8%, est composée dedans.

« Cette augmentation sera remise en mai avec effet rétroactif au 1euh janvier », confirme-t-on à la direction de Dassault Aviation, à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine).

Vidéos : en ce moment sur Actu

« L’accord de décembre prévoit également des augmentations individuelles de 1,7 %. Les minimas salariaux dans la grille sont revus à 2,8%. L’accord de décembre prévoyait +1,6%, donc c’est +1,2 point », précise-t-on encore.

La direction, qui ne commente pas la fin du conflit, souligne avoir « écouté » les syndicats. « Nous avions ouvert un nouveau cycle de discussions à partir de janvier après que l’accord de décembre ait été remis en question ».

Selon la direction de Dassault, « le dernier conflit comparable remonte à 2000 ». Les revendications tournaient autour de l’aménagement du temps de travail.

Ils réclamaient 200 € nets par mois d’augmentation

La finalité de ce conflit laisse cependant un goût amer à la Cgt.

« Les avis sont mitigés. Nous réclamions 200 € net par mois, nous avons obtenu 140 euros brut. Certains voulaient aller jusqu’à obtenir cette somme, surtout au vu de l’inflation, qui s’élève à 4,8 %. Nous n’avons pas obtenu une clause de remboursement qui aurait permis que les salaires soient revus en fonction de cette inflation. Les salariés vont encore en pâtir. »

Emmanuel Dumoulin, délégué syndical Cgt de l’usine Dassault Aviation d’Argenteuil

Quatre débrayages par jour

À Argenteuil, 180 à 190 salariés sur 600 en production étaient entrés dans le conflit qui consistait à débrayer quatre fois par jour, avec rassemblement (et feu de palettes) le jeudi et le vendredi.

La production de Rafale a été divisée par quatre

Un conflit qui a eu des conséquences sur la production. « On sortait deux Rafale par mois, là en quatre mois on en a sorti deux. La production a été divisée par quatre. »

Selon le syndicaliste, « c’est la seule et unique raison » de l’obtention de cette hausse salariale. « Ils devaient absolument que la production reprenne ».

Dassault Aviation a signé en décembre 2021 un contrat historique de plus de 16 milliards d'euros avec les Émirats Arabes Unis comprenant la commande de 80 avions de chasse Rafale pour 14 milliards et 2 milliards pour les armements.  Une signature qui a provoqué la colère des ouvriers spécialisés qui s'étaient mobilisés durant le confinement, à la demande de leur mécène Eric Trappier, pour finir le montage des avions.  Une mobilisation qui ne s'était pas soldée par des augmentations de salaires.
Dassault Aviation a signé en décembre 2021 un contrat historique de plus de 16 milliards d’euros avec les Émirats Arabes Unis, comprenant la commande de 80 avions de chasse Rafale (photo Dassault Aviation).

D’autant plus que l’avionneur a signé récemment un contrat historique de plus de 16 milliards d’euros avec les Émirats Arabes Unis comprenant la commande de 80 avions de chasse Rafale pour 14 milliards et 2 milliards pour les armements.

Une signature qui avait d’ailleurs provoqué la colère des ouvriers spécialisés de Dassault Aviation.

« Pendant le confinement, notre Pdg avait demandé à tous les volontaires de finir le montage des avions. C’est ce que tout le monde avait fait. On nous demandait de travailler la nuit, on l’a fait. Sur un fait beaucoup d’efforts. On espère être récompensés et même pas un merci ».

Emmanuel Dumoulin en décembre dernier, en plein conflit

Le départ de Dassault Aviation est prévu pour novembre 2023. L’avionneur, historiquement installé à Argenteuil depuis plus de 70 ans, a été rendu sa production dans une usine flambant neuve à Cergy, sur la plaine des Linandes.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre La Gazette du Val d’Oise dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

Leave a Reply

Your email address will not be published.