Categories
Uncategorized

l’Indonésie va acheter jusqu’à 42 Rafale

C’est officiel. Comme annoncé il y a deux jours par La Tribune, Dassault Aviation a placé le Rafale en Indonésie. Ce jeudi, le ministre de la Défense indonésien Prabowo Subianto a annoncé avoir signé un contrat pour 6 Rafale dans une commande totale prévue de 42 avions de combat destinés à la Tentara Nasional Indonésie Angkatan Udara (Force Aérienne de l’armée nationale indonésienne) .

“Nous nous sommes mis d’accord pour l’achat de 42 Rafale”, avec “un contrat signé pour les six premiers”, at-il indiqué après une rencontre avec son homologue française Florence Parly à Jakarta.

Le Rafale de Dassault Aviation atterrit en Indonésie

L’acquisition des Raffalé verser la Force aérienne de l’armée nationale indonésienne comprend une solution complète « clé en main » qui s’articule autour d’un paquet global incluant l’entraînement des équipages, le soutien logistique pour soutenir l’activité de plusieurs bases aériennes indonésiennes, ainsi qu’un centre d’entraînement composé de deux simulateurs de mission. “Ce contrat marque le début d’un partenariat de long terme qui se concrétisera par la montée en puissance rapide et concrète de la présence de Dassault Aviation” en Indonésie, a précisé le PDG de Dassault Aviation Eric Trappier dans un communiqué de l’avionneur publié jeudi.

“Ce contrat témoigne également du lien fort qui unit l’Indonésie à la France et conforte la position du plus grand archipel au monde en tant que puissance incontournable sur l’échiquier international. Je suis certain que le Rafale saura répondre aux besoins opérationnels de la force aérienne indonésienne en contribuant à la défense et à la souveraineté de la République d’Indonésie”, a expliqué Eric Trappier.

“Le choix de la souveraineté” pour Florence Parly

Il s’agit d’un nouveau succès pour le Rafale à l’export qui plus est dans un pays qui n’avait jamais acheté d’avions de combat à la France. Mais Jakarta cherche à diversifier ses alliances et ses fournisseurs d’équipements militaires face à une hausse des tensions en Asie Pacifique entre la Chine et les États-Unis.

“Le choix que fait l’Indonésie est celui de la souveraineté et de l’excellence technique, avec un avion qui a démontré ses capacités opérationnelles à de nombreuses reprises”, a souligné la ministre des Armées Florence Parly à des journalistes.

Paris cherche de son côté à réduire les liens avec l’Indonésie après avoir vu sa stratégie pour s’affirmer dans l’Asie-Pacifique ébranlée l’an dernier par la rupture soudaine par l’Australie d’un méga contrat d’achat de sous-marins français et de l’annonce de l’alliance stratégique AUKUS ce pays, les Etats-Unis et le Royaume-Uni.

Le contrat des six Rafale a probablement été financé par le ministère de la Défense indonésien sur un budget prévu pour l’achat de Sukhoï 35 (près de 600 millions de dollars). Un contrat avec les Russes que les Américains ont fortement déconseillé de signer aux Indonésiens, qui pourraient être sanctionnés au titre de la loi CAATSA (Countering America’s Adversaries Through Sanctions Act), qui punit les pays achetant des armements à la Russie. Ce cash a donc permis à Prabowo Subianto d’acquérir ses six premiers Rafale.

L’Indonésie dispose d’un équipement vieillissant, essentiellement des F-16 américains et des Sukhoï russes Su-27 et Su-30, et est en négociations avec de multiples afin de renouveler ses avions de combat. Jakarta négocie en parallèle l’achat d’une trentaine d’avions de combat américains F-15, selon les médias, et participe à un projet de recherche et de développement avec la Corée du Sud pour l’avion de combat KF-21.

Le Rafale vole de succès en succès

Avec cette nouvelle commande, Dassault Aviation commence l’année 2022 sur les chapeaux de roue après avoir connu une année faste en 2021 avec 49 Rafale commandés (37 pour l’export et 12 pour la France), alors qu’il n’y en n’avait pas eu les deux années précédentes. La méga commande de 80 Rafale par les Emirats arabes unis début décembre n’est pas traduite sur l’année 2021, le contrat n’étant pas encore entré en vigueur.

Rafale, Falcon : Dassault Aviation a remis les gaz en 2021

Fin 2021, le carnet de commandes autorisées donc 86 Rafale (62 fin 2020). Côté livraisons, 25 appareils ont été livrés à l’export (13 en 2020). Les premières livraisons à la Grèce ont commencé en janvier.

Une bonne nouvelle pour la filière aéronautique française

Tous ces contrats entraînent toute la filière aéronautique française. Derrière Dassault Aviation, c’est en effet un écosystème de 400 entreprises de toutes tailles impliquées dans sa production. Nombre de ces entreprises du secteur aéronautique n’ont qu’une partie de leur activité dans le domaine militaire et ont été affaiblies par l’effondrement du trafic aérien mondial provoqué par la pandémie. Les commandes militaires jouent donc un rôle d’amortisseur de crise. L’appareil est intégré par un groupement d’intérêt économique (GIE Rafale), regroupant Dassault qui supervise 60% de la valeur de l’avion, l’électronicien Thales (22%) et le motoriste et équipementier de défense Safran (18% ). Thales et ses sous-traitants fournissent ainsi le radar, les systèmes électroniques embarqués ou encore Spectra, le système de protection de l’avion Spectra. Safran et ses fournisseurs de leur côté les deux moteurs M-88 de l’appareil, le train d’atterrissage, le siège éjectable, le système de navigation inertielle (qui permet le repérage hors signal GPS) ou encore les câblages électriques.

Dassault Aviation produit lui l’avion sur sept sites répartis sur le territoire : Seclin (Nord) pour les pièces mécaniques, Biarritz pour les pièces composites, Argenteuil (Val d’Oise, fuselage), Martignas (Gironde, voilures), Argonay (Haute -Savoie, commandes de vol), Poitiers pour les verrières ou encore Mérignac (Gironde) où un lieu l’assemblage final.

Et au-delà de l’avion proprement dit, les ventes de Rafale se doublent en général de contrats pour le fabricant européen de missiles MBDA.